Lyon et région

Articles

Lyon ou les charmes de l’urbanisme transitoire

Une politique d'occupation temporaire des friches

En 2019, la Biennale d’art contemporain de Lyon quitte la Sucrière pour investir les anciennes usines Fagor-Brandt. D’autres exemples d’occupation temporaire de friches fleurissent dans l’agglomération depuis quelques mois : Halles du Faubourg, Halles Debourg dans le 7e arrondissement, Fort Saint-Laurent à la Croix-Rousse… Qu’il s’agisse de propriétés publiques ou privées, l’exploitation des délaissés urbains dans un cadre délimité en termes d’usages et de durée d’occupation est révélatrice d’une véritable ambition métropolitaine. Un moyen de dynamiser le territoire et de valoriser des friches industrielles, espaces dormant dans l’attente d’une réaffectation durable, tout en gardant une certaine maîtrise sur ce qui s’y déroule.

Continuer la lecture - temps de lecture approximatif de 17 minutes 17 min

Chasseurs d'images

L’immeuble « Le Montgolfier », 1959

Les années 1950-1960 sont celles d’une intense crise du logement. L’effet cumulé des destructions de la seconde guerre mondiale, de la nécessaire amélioration de l’habitat et de l’exode rural incite les villes à se lancer dans des chantiers d’envergure. (…)

Continuer la lecture - temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min

Lu, vu, entendu

Articles supplémentaires