La nomophobie

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - par scorroyer

Vous avez peur, vous êtes angoissé(e) à l'idée de vous retrouver sans votre téléphone portable ? Vous êtes peut-être atteint de nomophobie...

Le mot “nomophobie”  a été créé en 2008, pendant une étude menée par la UK post office, pour observer les angoisses subies par les utilisateurs de téléphone mobile.

La nomophobie tient son nom de la contraction de l’expression anglaise”no mobile phone” et du mot “phobie” qui signifie “crainte angoissante et injustifiée d’une situation”.

Celle-ci traduit  donc l’inquiétude à l’idée se retrouver sans téléphone portable ou dans l’impossibilité de s’en servir.

La nomophobie révèle un état d’anxiété important et une incapacité à gérer son utilisation du téléphone mobile.

Elle a également été élue mot de l’année 2018 par les membres du comité du “Cambridge dictionnary”.

Pour savoir si vous êtes sujet à ce trouble, il suffit de répondre aux questions qui suivent.

Quelques questions pour un test

  • Seriez vous contrarié(e) à l’idée de ne pas pouvoir accéder à tout moment aux données de votre portable ?
  • Etes-vous angoissé(e) à l’idée de ne plus avoir de batterie ?
  • Seriez vous inquiet si vous ne pouviez plus recevoir d’appels ou de SMS ?

Si vous répondez oui à plusieurs questions, vous êtes peut-être accroc à votre téléphone….

Si l’addiction au smartphone se développe, cela est lié au fait que ces utilisations sont multiples, comme nous l’explique la vidéo qui suit :

Une journée mondiale sans portable : le 6 février

Même si vous arrivez à vous passer de votre téléphone, vous pouvez, si vous le souhaitez, relever le défi de la journée sans smartphone. Vous pouvez aussi,  plus  simplement vous interroger sur votre utilisation de cet outil, afin d’éviter toute dépendance . Cette journée particulière a lieu depuis 2001, le 6 février, le jour de la Saint Gaston, en hommage à la chanson “Gaston, y’a le téléfon qui son…” de Nino Ferrer.

Si toutefois vous rencontrez des difficultés à lâcher votre mobile, pas de panique, il existe des solutions.

Traitement

Quand une personne a développé une dépendance à son téléphone, le but est de l’aider à progressivement moins l’utiliser.

On leur conseillera tout d’abord de l’éteindre plusieurs fois dans la journée durant 15 minutes, avant d’augmenter cette durée jusqu’à 1 heure.

Arriver à ne pas le consulter en présence d’autres personnes et ne pas le garder avec soi lors de sorties sont deux autres étapes importantes de la “désensibilisation” au mobile.

Dans certains cas d’addiction sévère, la consultation d’un psychologue peut s’avérer utile afin de se faire aider dans cette démarche.

Pour aller plus loin, à la bibliothèque Municipale de Lyon, vous pouvez consulter la revue Cerveau et Psycho de ce mois-ci, et son article sur la nomophobie, et la bande dessinée “Adikphonia“, écrite par Phil Marso, le fondateur de la journée sans portable.

Sur internet, vous pouvez également écouter le podcast de l’émission Hashtag sur le site de la France Culture <  : “Je me sens en insécurité sans mon téléphone“.

Il est temps pour moi de vous laisser, mon téléphone sonne…

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *