logo-article

L’explosion de la violence

quand les individus pètent les plombs

Olivier Labouret

Olivier Labouret, psychiatre, analyse de façon claire et accessible les ressorts de la violence contemporaine. Dans son analyse, il remet en cause notre système socio-économique et la pression étouffante qu'il imposerait aux individus.

Son livre part sur l’hypothèse d’une explosion de la violence, alors que celle-ci est invisible et immatérielle. En effet, toutes les statistiques le démontrent, la violence physique est en baisse depuis des années, les guerres sont moins nombreuses et moins meurtrières au niveau global. Cependant, le sentiment d’une violence croissante de la société envers les individus qui la composent semble aller crescendo. Olivier Labouret met en avant une sorte de politique de la peur, relayée par des médias complaisant avec des faits divers montés en épingle et un système politique qui favorise de plus en plus les inégalités pour régner. L’auteur donne aussi en exemple le milieu hospitalier dans lequel il exerçait : la pression de directives de plus en plus gestionnaires et normatives pour le personnel, tout en faisant face à la multiplication des soins psychiatriques et des personnes internées sans consentement :

« La perte de toute indépendance déontologique des agents, l’obligation qui leur est faite de se plier aux nouvelles pratiques gestionnaires et de se contrôler, de s’évaluer eux-mêmes en permanence génère une souffrance professionnelle extrême mais indicible».

Il parle aussi du phénomène de la psychiatrisation de la violence, où le criminel est forcément considéré comme un fou. La folie expliquerait tout. Même la radicalisation islamique, en dehors de toute réflexion sur le contexte et les raisons qui poussent à cette extrémité. Il met en garde contre cette simplification de la pensée, contre la « psychologisation » de notre société par une élite bien pensante et autocentrée. Enfin, il aborde les dérives de l’individualisation à outrance, l’accélération importante du rythme de vie et l’éloge permanent de la performance de notre société qui pousse à saturation les individus.
Une réflexion intéressante et bien écrite à découvrir.
Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *