Seul-e face à la nature

- temps de lecture approximatif de 8 minutes 8 min - par Département Sciences

L’expérience collective du confinement liée à l’épidémie de coronavirus nous a rappelé à quel point nous avions besoin des sensations que nous offre le monde naturel. La nature a des vertus apaisantes qui nous sont essentielles. Et c’est souvent lorsqu’on en est privé qu’on réalise combien on aimait s’y retrouver. Beaucoup ont eu cette pensée : tout quitter pour vivre au plus près de la nature. Le bonheur est d’être libre et soumis aux seules lois imposées par la nature. Expérimenter la vie en autarcie, en auto-suffisance, hors du temps, observer la nature, composer avec elle, et se contenter de ce qu’elle nous offre… Et beaucoup en rêvent…

 

Passée la réflexion maintenant place à l’action, mais avant cela rendez-vous au rayon « nature » de votre bibliothèque préférée afin de découvrir de nombreux ouvrages  qui vous permettront de vous initier aux différentes « techniques de survie ».

 

Survivre en pleine nature

 

 

Ce qui nous pousse généralement à partir, c’est un mélange parfait de retour aux sources, d’amour de la nature et de recherche de simplicité dans la vie.

Construire un abri pour la nuit, faire un feu pour se réchauffer, manger et boire, pêcher un poisson dans la rivière, cueillir des plantes sauvages et faire avec les ressources de la forêt.

Mais celui qui sait survivre dans la nature, c’est celui qui ne se met pas en danger, celui qui réfléchit, celui qui économise ses ressources et son énergie. Pour survivre dans la nature, il faut savoir être prudent, ne pas paniquer et réfléchir aux priorités !

Comment vivre sereinement et en parfaite harmonie avec la nature sans chercher à lutter contre…
Il faut vivre « avec » quelles que soient les conditions et l’environnement que nous rencontrons.

 

Les techniques de survie : un savoir ancestral

 

 

Des inuits par –70°C au Groenland, aux bushmen par +70°C, depuis des millénaires les hommes des peuples premiers ont su vivre dans les régions les plus inhospitalières de notre planète.
Ils ne luttent pas pour survivre comme on l’entend bien trop souvent, ils savent lire le moindre indice naturel, ils ont appris à faire avec la nature, ils l’apprivoisent et vivent tout simplement en accord avec leur environnement, grâce à des pratiques ancestrales, transmises de générations en générations au fil des siècles.

 

François Couplan

Sillonnant la planète, cet ethnobotaniste se trouve à l’origine du renouveau de l’intérêt porté aux plantes comestibles et médicinales en France et de par le Monde.

 

picture

Il possède une expérience approfondie de la vie au sein de la nature et de l’utilisation des plantes sauvages, mais il est aussi le pionnier en Europe de la « survie douce », expérience profonde de la vie en harmonie avec la nature.

 

 

Peter Wohlleben

Ce forestier allemand, et auteur à succès de « la vie secrète des arbres », nous explique les interactions secrètes entre l’homme et la nature. Il met en évidence les bienfaits que procure à l’homme, la connexion à la nature.

 

picture

 

Le Bushcraft : une philosophie de vie

 

                                   picture                   

 

Plus qu’une manière de vivre, le Bushcraft revêt une dimension idéologique nouvelle : celle d’un retour à un mode de vie plus simple. En cessant de modifier l’environnement, on retourne à un mode de vie plus respectueux de la nature. La technique Bushcraft tend à acquérir la plus grande autonomie possible en milieu naturel avec peu de moyens techniques. Subvenir à ses besoins de manière simple : construire son bivouac, se nourrir, et préparer son feu…

 

En immersion totale dans la nature

 

Cela veut dire sortir de notre zone de confort et subvenir à nos besoins vitaux.

La survie est souvent perçue comme une activité extrême et comporte parfois une connotation « militaire ». N’importe qui, sans faire partie d’un commando d’élite, peut apprendre le b.a.-ba de la vie sauvage. Cela demande une bonne connaissance des différentes ressources que la nature peut nous offrir, ainsi que quelques techniques de base. Chaque milieu étant différent, la créativité et la capacité d’adaptation sont des atouts majeurs. Que ce soit pour passer un moment proche de la nature ou pour faire face à une situation d’urgence, la connaissance de ces techniques est nécessaire.

 

                                   

 

L’homme peut mourir du manque d’oxygène en 3 minutes, de froid en 3 heures, de soif en 3 jours, de faim en 3 semaines.

D’où l’ordre des étapes essentielles de la survie en nature :

  1. S’orienter
  2. S’abriter
  3. Se réchauffer
  4. S’hydrater
  5. Se nourrir

Isolés au milieu de nulle part, sans moyen de communication, le sort peut être contre nous !

Dans ce cas-là, ne paniquons pas !

Voici des guides pour nous accompagner vers l’autonomie en pleine nature en partageant des notions essentielles :

 

        

 

La « technologie primitive » consiste à fabriquer des outils, des structures, des textiles et des vêtements en utilisant exclusivement des matériaux trouvés dans la nature.

 

Mais aussi des mangas :

 

 

Shin Morimura, auteur de mangas, va se lancer dans un projet « un peu » fou : partir vivre dans la montagne, sans eau courante ni électricité, et raconter son nouveau quotidien en manga (10 volumes) ! Sa femme le suivra volontiers, malgré quelques appréhensions.

De la construction de leur maison passive en bois jusqu’au difficile apprentissage de l’autonomie alimentaire, suivez l’incroyable vie de ce couple plus tout à fait comme les autres.

Et maintenant, place à l’aventure !

 

Partager cet article

Poster un commentaire

One thought on “Seul-e face à la nature”

  1. Carole dit :

    Un retour au source, un récit tout court, une expérience avant la mise en pratique : Walden ou la vie dans les bois, Henry David Thoreau, 1854 -> https://catalogue.bm-lyon.fr/permalink/P-0a3a8202-cabd-4f89-99cc-b25d770744f5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *