Rêve ou réalité

Dessine-moi une photo ?

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - par Tori

Frédéric Poincelet, né le 15 août 1967 à Sartrouville est un dessinateur français. Le dessin est son médium de prédilection même s’il est ici décliné en sérigraphie.

Sans titre #1, sérigraphie, 32,5 x 25 cm, 2016, Éditions Galerie Catherine Putman ©Galerie Catherine Putman
Sans titre #1, sérigraphie, 32,5 x 25 cm, 2016, Éditions Galerie Catherine Putman ©Galerie Catherine Putman

Des couleurs vives, fluorescentes, fun : rose, bleu, orange et vert sont les tonalités des paysages traités par Frédéric Poincelet.

Aplats de couleurs, et superpositions, dépôts d’encre en épaisseur comme une couche de peinture. La sérigraphie fonctionne par occultation de parties de la matrice qui ne doivent pas imprimer le support receveur. Il y a autant de couleurs que de passages. Mais certaines sont appliquées l’une sur l’autre donnant naissance à de nouvelles.

Frédéric Poincelet travaille à partir de photographies. Il se constitue une banque d’images qui devient le réservoir de ses créations. Son travail consiste ensuite à réinterpréter ses photographies par la sérigraphie ou le dessin. Il ne cherche pas à les reproduire avec réalisme et exactitude. Lieux de poésie, de beauté et de mystère telle est la nature de Frédéric Poincelet. Bord de mer, plaine ou forêt, sans aucune présence humaine… l’artiste remodèle les composantes de l’image, les plans, les masses et les couleurs comme un commentaire graphique, une re-création du visuel de départ.

« J’ai besoin de représenter, de montrer du réel, même si c’est un réel qui peut être transformé et fantasmé. » Frédéric Poincelet : « Dans les contingences du réel » in Art Press

 

Sans titre #3, 2016

Un réel graphique et pictural. En effet, Frédéric Poincelet a étudié le graphisme et est auteur de Bande dessinée. Il est le graphiste attitré de l’éditeur « Ego comme X ».

Nous retrouvons dans ses œuvres un trait vif et les caractéristiques de son dessin au stylo bic : hachures noires verticales et horizontales. Un trait qui n’est pas sans évoquer la gravure. Ses compositions dynamiques sont quelquefois à la limite de l’abstraction.

« C’est vrai que ma ligne est presque devenue psychorigide, à essayer de canaliser les choses, de réfléchir davantage à la composition, alors qu’avant la composition n’était jamais pensée, elle se construisait par défaut. Tandis que maintenant, elle est là avant tout. » Frédéric Poincelet

Les stries et zones noires contrastent avec les couleurs vives. Le dessin au trait noir et net se superpose à la couleur. Il donne du relief et de la force à l’œuvre. Quelques touches de blanc vont apporter de la lumière. Les couleurs flamboyantes et intenses pourraient être celles du lever ou du coucher de soleil, lorsque les rayons du soleil traversant l’atmosphère produisent des couleurs orangées, rosées ou une étrange apocalypse chromatique qui bouleverse les couleurs du réel.

« Mon travail s’affiliait davantage à l’art brut ou à l’expressionnisme au départ, mais il est toujours parti du même stimulus : celui d’une image qui me donne envie de produire un dessin. » Frédéric Poincelet : « Dans les contingences du réel » in Art Press

Vous pouvez découvrir et emprunter des oeuvres de Frédéric Poincelet à l’artothèque de la BmL.

Pour aller plus loin : le site internet de l’artiste.

Tags

:

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *