EnsembleALaMAison

Penser notre rapport au temps pour le retrouver 1/2

1/2 Accélération : le temps qui nous échappe

- temps de lecture approximatif de 9 minutes 9 min - Modifié le 02/05/2020 par Olivia A.

De nombreuses voix s’élèvent pour penser et construire un nouveau projet de société après l’expérience meurtrière et traumatisante de la pandémie actuelle. La brusque décélération du temps social et économique imposée par la crise mondiale du Coronavirus perturbe le temps collectif et le temps individuel de différentes manières.  Voici un article sur nos rapports au temps en deux volets : 1. Accélération : le temps qui nous échappe ; 2. Ralentissement : le temps que l'on prend.

Sablier@Nile - Pixabay
Sablier@Nile - Pixabay

L’organisation de la vie humaine est composée d’une multitude de temps – social, économique, individuel, physique ou psychique qui se chevauchent et parfois s’opposent.

La prise de recul par rapport à notre rythme de vie habituel, l’immobilisme spatio-temporel paradoxal pour les personnes confinées pourrait être le moment de repenser, de réactualiser notre rapport au temps en fonction des enjeux vitaux de croissance économique, de développement durable, de progrès social et de développement personnel au XXIème siècle.

Une occasion inédite de (re)découvrir les réflexions des penseurs majeurs – Hartmut Rosa et Paul Virilio – et des passionnants travaux de la sociologue et psychologue Nicole Aubert sur l’idée d’accélération, un rapport au temps qui fait partie de notre être-au-monde à plusieurs titres.

Le régime-temps de la modernité selon Hartmut Rosa

Accélération d'Hartmut Rosa

Dans son ouvrage Accélération, Une critique sociale du temps (paru en 2010 et traduit en français en 2013), le sociologue et philosophe allemand Hartmut Rosa (professeur à l’Université Friedrich Schiller de Iéna et directeur du Max-Weber-Kolleg à Erfurt,en Allemagne) explore la dynamique de la modernité à partir des années 1970 sous l’angle de l’expérience majeure que représente l’accélération. Selon lui, cette poussée d’accélération menace le projet même de progrès social.

Le compte-rendu de lecture très clair de cet ouvrage par Elodie Wahl se trouve en texte intégral (PDF de 2 pages) sur le portail gratuit Open édition.

Aliénation et accélération d'Hartmut RosaHartmut Rosa prolonge sa réflexion dans l’ouvrage : Aliénation et accélération, Vers une théorie critique de la modernité tardive. Il part de la question philosophique « Qu’est-ce qu’une vie bonne ? » pour y développer l’idée que l’accélération sociale (travail, techniques de production, de transport et de communication, famille) mène à des formes d’aliénation sévères, véritables obstacles à une bonne qualité de vie.

Un autre compte-rendu de lecture de cet ouvrage par Sébastien Broca se trouve en texte intégral (PDF de 3 pages), toujours sur Open édition.

Retrouvez ci-dessous la vidéo (57 mn) d’un entretien Rencontre avec Hartmut Rosa, le philosophe anti-moderne dans l’émission du 24 janvier 2020 : Les matins de Guillaume Erner sur France Culture où le sociologue propose le concept de résonance pour se reconnecter au monde.

D’ailleurs, Hartmut Rosa vient de livrer une analyse tout à fait pertinente sur le Coronavirus dans le média AOC intitulée Le miracle et le monstre – un regard sociologique sur le Coronavirus qui décrit cette crise comme un moment de résonance collective nous offrant la possibilité de nous transformer et de transformer le monde social.

AOC est un média indépendant quotidien qui publie, du lundi au vendredi, trois articles par jour : une Analyse, une Opinion et une Critique. Vous pouvez découvrir l’originalité de son format en créant un compte gratuit (vous bénéficiez ainsi de 3 articles gratuits par mois).

L’accélération du réel, l’anéantissement du Temps selon Paul Virilio

Vitesse et politique de Paul VirilioDéjà en 1977, l’urbaniste et philosophe Paul Virilio publiait Vitesse et Politique : essai de dromologie dans lequel il pointait la violence des conséquences de l’accélération du monde sur nos vies sociales, économiques et politiques. Sa critique visionnaire de la vitesse, omniprésente, omnipotente, rendue possible par l’essor des technologies de transport et de communication s’accompagnait de la crainte d’une réduction du monde à rien, d’un rapetissement du monde par le rétrécissement de l’espace et du temps.

Dans un entretien avec le journaliste Jean-Claude Raspiengeas du quotidien La Croix, il parlait de la menace de la vitesse en ces termes : La vitesse, c’est le pouvoir. On ne peut pas parler d’une économie politique de la richesse, donc de l’accumulation, sans parler de la nécessité d’une économie politique de l’accélération. L’instantanéité des relations n’est plus gérable. La crise actuelle est de nature systémique, liée à l’interaction instantanée des Bourses. La vitesse limite des ondes électromagnétiques, met en œuvre les attributs du divin (instantanéité, simultanéité, ubiquité, immédiateté) dans nos sociétés athées. La tyrannie du temps réel est une vraie menace. Nous sommes face à des situations qui exigent une nouvelle intelligence et de nouvelles pensées. (source : La Croix, 19/09/2018)

Retrouvez son parcours intellectuel dans : Paul Virilio : conjurer la vitesse, un podcast (3 mn sur le site de France Culture – 27/11/2018) où l’on découvre que le philosophe propose la création d’un ministère du Temps qui permettrait, selon lui, de gérer non seulement le temps qui passe, mais aussi le temps qu’il faut et le temps qu’il fait. Une grande instance d’encadrement de la durée et du moment. Une administration qui redonnerait au politique la puissance d’agir et permettrait une reprise en main du réel par le contrôle des flux : des agitations de la finance, aux déséquilibres de l’aménagement du territoire. (source : France Culture)

Mais aussi cette autre émission de France Culture (podcast de 33 mn) qui rend hommage à Paul Virilio : penseur de la vitesse et de la tyrannie du temps réel.

Egalement sur France Culture, dans l’entretien Hors champs, Paul Virilio (podcast de 45 mn), il revient en 2010 sur son œuvre intimement liée à son vécu des bombardements de la Seconde Guerre Mondiale. Parmi ses phrases choc qui résonnent encore : Nous vivons dans l’instant et non le présent ou encore Aujourd’hui, c’est l’accélération du réel. On n’a pas de philosophie pour penser ça.

Le culte de l’urgence dans le monde de l’entreprise selon Nicole Aubert

La sociologue, psychologue et professeure à l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris, Nicole Aubert s’est basée sur l’observation de l’explosion de l’urgence dans la vie des entreprises pour nous proposer une analyse passionnante des effets de ces nouvelles injonctions managériales depuis les années 1990.

Son ouvrage Le culte de l’urgence, la société malade du temps (Flammarion, 2009) est présenté dans une conférence vidéo sur la chaîne Youtube GRAPH en 4 parties d’environ 20mn chacune. Cette conférence nous éclaire de façon très pertinente sur les raisons de l’accélération de notre rapport au temps, notamment dans le monde du travail et sur ses effets désastreux dans la société.

Le culte de l’urgence : vidéo 2 (20 mn), vidéo 3 (16 mn), vidéo 4 questions de la salle (20 mn).

Nicole Aubert identifie trois nouvelles façons de vivre le temps : l’instantanéité (rendue possible par les nouvelles technologies), l’immédiateté (nouveau délai d’exigence du résultat) et l’urgence qui s’est emparée de la vie des entreprises. Les technologies de communication nous procurent un sentiment d’ubiquité, la sensation de pouvoir jongler avec le temps et l’illusion de se croire maître du temps (avec un sentiment de jouissance et d’ivresse qui peut devenir addictif). L’individu se retrouve arrimé à l’immédiat, à flux tendu.

Derrière cette violence faîte au temps, elle décèle une angoisse de mort évidente, une fuite en avant dans laquelle il ne faut surtout pas se poser la question du sens. Cela induit malheureusement une perte du sens de l’oeuvre, du travail bien fait. L’urgence étant d’autant plus difficile à vivre quand le travailleur a moins d’autonomie dans sa tâche (ce qui explique, selon elle, que ce sont les cadres qui s’accommodent le mieux de cette injonction de la vitesse).

@la recherche du temps sous dir.N.AubertPlus récemment, en 2018, Nicole Aubert a dirigé un ouvrage collectif pluridisciplinaire sur ce sujet transversal @ la recherche du temps : individus hyperconnectés, société accélérée : tensions et transformations . Ce livre traite de la progressive accélération du rythme de la vie avec l’avènement des nouvelles technologies de la communication et le triomphe du capitalisme financier. Ce sont les fondements et les incidences de ce nouveau rapport au temps que les auteurs se proposent d’approfondir au niveau des individus, des groupes, des institutions et des entreprises, et dans différents domaines : la finance, la politique, l’économie, l’utilisation des technologies, les apprentissages. (source : Editions Erès)

Un podcast de 35 mn sur le site de France Culture résume le contenu de cet ouvrage collectif sur l’injonction moderne et permanente à accélérer dans tous les domaines, du plus individuel au plus collectif.

Dans les collections de la bibliothèque municipale de Lyon :

24/7 de Johnathan Crary

Dans son ouvrage 24/7 : le capitalisme à l’assaut du sommeil, l’essayiste américain Jonathan Crary décrit le comble de l’appropriation du temps par la mondialisation néolibérale : le temps hors cadran, le temps qui ne passe plus. Son essai observe de manière percutante les tentatives de prédation du système productiviste sur le sommeil de l’homme.

Les 40 premières pages de cet essai sont gracieusement offertes à la lecture par les Editions La Découverte sur ce lien.

Mais aussi :

  • Tout s’accélère, un film documentaire vivifiant de Gilles Vernet (La clairière production, 2016).

Ce film a été réalisé par un ancien trader devenu instituteur qui a eu un déclic existentiel après la lecture de l’essai Accélération d’Hartmut Rosa. Il a réorienté sa carrière afin de témoigner de son expérience, donner la parole à ses élèves de CM2 sur leur rapport au temps et proposer une réflexion philosophique sur les enjeux sociaux de la course contre le temps.

Ce film et ses projections ont donné lieu à un véritable projet pédagogique à découvrir sur le site du film. Ce site propose un kit pédagogique très accessible – un PDF de 67 pages – à destination des enseignants ou des parents pour accompagner une réflexion sur le temps et ses enjeux par des expériences et des exercices très pratiques.

Gilles Vernet propose également des conférences TEDx pour expliquer et diffuser son expérience pédagogique.

 

Pour aller plus loin :

Pour rebondir sur l’actualité, retrouvez l’émission Quand le monde accélère du Dessous des cartes (12 mn sur YouTube) diffusée par Arte le 11 avril dernier et qui montre comment la dictature de l’urgence finit par produire l’effet inverse : une envie irrépressible de ralentir.

Une bonne transition pour la seconde partie de cet article à découvrir en mai sur l’Influx : 2. Ralentissement : le temps que l’on prend.

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *