Dans le sable, sur la plage...

La sélection musicale de l’été 2019

- temps de lecture approximatif de 13 minutes 13 min - par Luke Warm

Des livres à emporter dans sa valise pour un été musical !

Charley_Guitars_CT-1_at_beach_-_2010-05-07_13.40.03
Charley_Guitars_CT-1_at_beach_-_2010-05-07_13.40.03

« Alain Pacadis – itineraire d’un dandy punk » Alexis Bernier et François Buot (Le Mot et le Reste, 2019)

couverture du livre Alain Pacadis, itinéraire d'un dandy punkAu fil des rééditions « Alain Pacadis, itinéraire d’un dandy punk » est devenu un classique de la littérature rock. De la littérature rock française, ce qui est plus rare.

Les deux auteurs, Alexis Bernier et François Buot, suivent la vie chaotique du « clubber » Alain Pacadis pour faire un portrait de la France de 1968 à 1986, année de la mort tragique du journaliste de Libération. Le portrait d’un Paris underground, d’une France de la contre-culture, de la vague hippie, des fanzines, du porno, des radios libres. Une France parallèle, vivante incarnée par les années Palace que fréquente assidûment Pacadis et une France parfois glauque, ponctuée de morts (overdose, suicide, sida,…).

En totale immersion et de nature nihiliste, Paca (comme l’appellent ses amis) collectionna les qualificatifs plus ou moins glorieux (mais tous vrais) : punk, marginal, flamboyant, drogué, délicat, suicidaire, dandy, gonzo, laid, disco, destroy, « chic », miséreux, provocateur, mondain, freak, clodo, décadent, branché, sale… embrassant avec gourmandise et passion l’effervescence culturelle de ces années, en en faisant le récit dans sa chronique culte « Nightclubbing » à Libération ou dans Actuell’Écho des Savanes ou Playboy.

Cette biographie narre ainsi les frasques de ce fils d’un immigré grec et d’une mère juive ayant survécu aux rafles et démontre son sens aiguisé du présent mais surtout du futur, précurseur de tendances  ayant tout essayé, testé. Le meilleur et le pire d’une vie d’excès sert ainsi de prétexte à un portrait d’une génération à la fois perdue, incandescente et ayant soif d’expérimenter la vie.

 

« Debussy à la plage » Rémy Campos (Gallimard, 2018)

couverture du livre de Debussy à la plage de Rémy Campos

Tout commence par une photographie du musicien, prise en 1911 lors d’une villégiature d’un mois à Houlgate, sur la côte normande. Derrière Debussy… la mer. Et derrière le photographe ? Quel est le monde qui s’offre au regard du compositeur ?

Ce cliché banal devient le premier élément d’une minutieuse enquête sur le quotidien et l’entourage de Debussy, à Houlgate et au-delà. Et nous voici embarqués dans un voyage concentrique à partir de cette micro-société balnéaire, théâtre proustien d’un été.

C’est cette perspective inédite que détaille Debussy à la plage , au fil de nombreuses photos et documents d’époque, décrits et interprétés avec un soin archéologique. On y découvre d’abord la vie littorale du musicien aux mœurs simples, plongé dans ce (petit) monde de vacanciers huppés. Puis d’un espace à l’autre, de la mer à la ville, se révèle une topographie des lieux, des êtres et des pratiques qui s’y inscrivent. On tire le fil de la vie intime et sociale du musicien, entre Paris et plage. Et on assiste à une remarquable leçon des usages de la photographie au début du XXème, doublée d’un bel exercice d’analyse des images.

Un ouvrage singulier et passionnant, qui se feuillette comme une carte postale à tiroirs, se lit comme un jeu de pistes iconographique, et offre un travail inédit de reconstitution.

Pour achever cette immersion, le livre est accompagné d’un CD, anthologie d’enregistrements anciens d’œuvres de Debussy, agrémentée d’un –très court- Chœur des matelots inédit.

 

« De la musique : conversations » Haruki Murakami et Seiji Ozawa (Belfond, 2018) 

Haruki Murakami est un romancier réputé et Seiji Ozawa est une sommité de la musique classique. Ensemble ils vont converser sur la musique et plus particulièrement la musique classique occidentale. Murakami se présente comme un amateur du sujet, mais c’est en véritable passionné qu’il pose des questions précises à son acolyte. Celui-ci lui répond clairement. Tous deux évoquent les différentes interprétations d’une même œuvre, la direction, le travail du soliste. Il parle de beauté, de richesse, de sentiment. Tout ce qui traverse ces œuvres musicales. Et c’est éclairant. Murakami propose des idées, des associations. Ozawa complète, enrichit, clarifie. Brahms, Beethoven, Karajan, Gould sont convoqués. Le plaisir d’une conversation fine et éclairée par deux personnalités d’exception transpire de ces pages. Et c’est passionnant.

Un site qui répertorie les musiques évoquées dans les romans de Murakami 

 

« Vinyle » Matt Anniss et Patrick Fuller (Eyrolles, 2018)

couverture du livre Vinyle

Cette fois c’est sûr le disque vinyle est de retour (dans les collections de la Bibliothèque de Lyon aussi).

Nouveaux fans et anciens accros se réjouiront de feuilleter ce volume passionnant, bourré d’informations de toutes sortes. On y trouve entre autres un sérieux petit cours d’histoire (les ancêtres du vinyle) et d’anatomie (comment c’est fait ?)  Mais aussi  des conseils d’achat pour sa platine et ses accessoires, des petites astuces de collectionneurs (rangement, classement), des informations sur les techniques de mixage, des reproductions et des analyses de pochettes, quelques considérations plus théoriques et comparaisons plus ou moins objectives analogique/digital, des chiffres et statistiques étonnants sur cette fameuse petite galette noire, une poignée d’anecdotes loufoques … et un bonheur communicatif à explorer cette culture d’un  « sound system » décidément unique.

 

« Blues en 150 figures » Philippe Thieyre (Éditions du Layeur, 2018)

couverture du livre Blues en 150 figuresOn ne présente plus Philippe Thieyre, un temps libraire dans le temple de la documentation rock, à savoir la Librairie Parallèles à Paris et auteur des premiers ouvrages en français sur le rock psychédélique.

Depuis le début des années 2010, l’auteur, passionné et passionnant, s’intéresse au blues, genre sur lequel il a écrit un premier livre en 2011 : « Parcours blues en 150 albums ». Exercice difficile et très subjectif que de désigner les 150 meilleurs albums d’un genre musical.

Il prolonge l’aventure avec ce « Blues en 150 figures » dans lequel il a réécrit tous les textes et approfondi les recherches. Articulé, cette fois ci, autour des artistes de blues, l’ouvrage est plus grand, avec des illustrations en couleur et l’auteur a ajouté à cette somme, de nouveaux bluesmen confirmés depuis.

Une biographie souvent passionnante et plus détaillée que dans son précédent ouvrage est complétée ici par les albums indispensables de l’artiste.

Même si le poids de cet ouvrage de référence ne vous permettra pas de le consulter à la plage, ça fait plaisir de découvrir une telle érudition dans ce domaine qu’on n’avait pas connue depuis la grande encyclopédie du blues de Gérard Herzhaft il y a…plus de 20 ans.

 

« Girls Rock » Sophie Rosemont (NiL éditions, 2019)

couverture du livre Girls rock de Sophie Rosemont Avec son livre Girls Rock, Sophie Rosemont, journaliste notamment  pour Rolling Stone, et les Inrockuptibles relate l’histoire du rock au féminin.

C’est en partant du simple constat qu’il n’existait quasiment aucun ouvrage concernant le sujet que Sophie Rosemont a entrepris d’écrire celui-ci… PJ Harvey, Tina Turner, Kim Gordon (Sonic Youth), Nico, St Vincent, Anna Calvi, Nina Hagen, Corine Marienneau (Téléphone), Beth Ditto (The Gossip), Patti Smith…toutes figurent dans ce livre faisant de cet ouvrage  une véritable « bible des femmes dans le rock ».

Au récit chronologique, l’auteure a préféré un cheminement thématique, plus subjectif mais aussi plus vivant. L’ouvrage est donc découpé en onze parties mettant l’accent sur des points que ces « girls rockeuses » ont en commun comme l’émancipation, l’égalité des sexes, la politique, les convictions, le sexe,  les muses, les girls band, et chacune de ces parties est complétée par une playlist.  A l’intérieur de ces chapitres, chacune des artistes est ensuite mise en avant par une biographie synthétique.

Plusieurs musiciennes françaises contemporaines, comme Jeanne Added, Lou Doillon ou Jain, ont également participé à cet ouvrage. Par le biais de textes intimes, de souvenirs, elles rendent hommage  à ces femmes qui les ont influencées dans leurs carrières mais aussi dans leurs vies de femmes.

 

« Electro : de Kraftwerk à Daft Punk » Sous la direction de Jean-Yves Leloup (Textuel : Philharmonie de Paris, 2019)

couverture du catalogue de l'exposition Electro, de Kraftwerk à Daft Punk Electro de Kraftwerk à Daft Punk est le catalogue de l’exposition Electro proposée jusqu’au 19 août 2019 à la Cité de la musique – Philharmonie de Paris.

255 pages grand format pour une immersion totale dans cette musique trentenaire pour sa forme la plus familière, et dont les racines remontent aux années 1950, à la faveur de révolutions technologiques et d’inventions successives. Le catalogue ne manque pas de retracer ce cheminement, à grand renfort de photographies .

Tous les aspects de l’univers électro et de sa culture sont documentés, des synthétiseurs aux pochettes de disques, des décors désolés de Detroit, aux exubérances des light shows de Jean-Michel Jarre, des home studios bordéliques aux flyers des premières soirées house de Chicago, de la galerie de portraits de clubbers aux liens esthétiques que l’électro entretient avec le cosmos…

Cette énumération n’est qu’un avant-goût de ce que recèle ce beau livre, avec comme compagnon de lecture ces playlists créées pour l’occasion par Jean-Yves Leloup :

Playlist 1 : pionniers & pionnières

Playlist 2 : Disco, House, Techno…

Et la bande son de l’exposition créée par Laurent Garnier

 

« Le oud nahhât : luth mythique de Damas » Marc Loopuyt (Paris : Musée de la musique, 2018)

couverture du livre Le oud Nahhat de Marc Loopuyt A travers ce petit ouvrage synthétique illustré, le musicien et spécialiste des musiques arabo-andalouses Marc Loopuyt effectue un état des lieux des connaissances sur le oud (luth oriental). Il s’intéresse à la place de cet instrument dans l’imaginaire et le champ culturel et aux différents courants musicaux où il s’inscrit. L’auteur fait un état des lieux de la tradition artisanale damascène de lutherie du siècle dernier.

L’archéologie des luths orientaux, multiples à travers les espaces géographiques, permet de replacer cette famille d’instruments dans l’imaginaire des connaissances scientifiques, artistiques et artisanales qu’elle inspire. L’auteur retrace l’histoire de la famille des Nahhât, cette dynastie de luthiers réputée à Damas pour la facture exceptionnelle de ses ouds.

Tout l’intérêt de cet ouvrage est de montrer comment la lutherie, en mobilisant une palette de disciplines, est un artisanat qui révèle et synthétise les arts les connaissances du monde arabe. Il conjugue et mobilise à la fois les mathématiques, la géométrie, la poésie, la philosophie, l’anthropologie,  la cosmogonie, les sciences musicales…

Ce petit livre présente un intérêt tout particulier pour ses belles illustrations et ses dessins géométriques : des plans de construction et de description d’instruments, des représentations de cette pratique musicale dans la peinture et la sculpture, des photographies d’instruments (notamment de belles photos de rosaces), des musiciens et musiciennes, plusieurs luthiers en exercice dans leur atelier… Cet ouvrage éveille ainsi la curiosité et ne saurait que trop inviter les lecteur-rices à voyager à travers les mélodies envoûtantes, lumineuses et paisibles de ce noble instrument.

 

« Apprendre la guitare (tout seul !) : un cours complet, progressif, et entièrement visuel » / [traduction et adaptation Catherine Bricout et Dominique Piolet-Françoise]

Envie de profiter de votre temps libre pour débuter la guitare ? Ce livre est fait pour vous !

Ce cours complet permet de débuter la guitare en étant accompagné étape par étape. Il répond à toutes les questions que se pose un guitariste novice, et propose un apprentissage gradué, sous différentes formes : photos, schémas, textes, vidéos permettent de visualiser clairement chaque technique abordée. Cet ouvrage se décompose en 6 grandes parties dans lesquelles le guitariste débutant pourra aller piocher pour construire lui-même son apprentissage.

  • L’équipement couverture du livre Apprendre la guitare (tout seul) !

Dans cette partie, c’est l’instrument en lui-même qui est décortiqué : lutherie, type et marque de guitare sont abordés en détail, pour mieux savoir quel instrument acheter pour débuter. Un schéma des sonorités permet de comprendre facilement vers quel modèle on peut être attiré : tonalité chaude, froide, grasse ou mince. L’impasse n’est pas faite sur les accessoires indispensables pour utiliser une guitare électrique : guide des amplificateurs, et des différents types de pédales d’effet pourront permettre d’y voir plus clair dans cette multitude de possibilités !

  • La théorie fondamentale

Ça y est, votre guitare est achetée et branchée ? Avant de pouvoir avancer progressivement dans votre pratique, un petit tour par la case théorie : en quelques pages vous apprendrez à jouer vos gammes et à apprivoiser les bases du rythme, essentiels pour aller plus loin.

  • Les sessions

C’est bien là que se trouve la partie la plus riche de cet ouvrage : une progression graduelle, permettant d’intégrer petit à petit de nouvelles techniques de jeu, une pincée de théorie à chaque étape, et une culture guitaristique (à chaque style est associé des guitaristes phares et des idées de morceaux à jouer). Le point fort de cette partie est la multiplicité des outils pour aider à comprendre chaque technique : photos, schéma, et vidéos du Dvd permettent de visualiser clairement ce qui est attendu pour bien réaliser chaque étape.  Les dernières sessions sont un gros plus pour la graine de guitariste que vous serez devenu.e : chaque style est décrypté, avec des exemples de riff et de morceaux représentatifs.

  • Devenir artiste

Un chapitre assez modeste, à l’image de ce que tout artiste débutant devrait être.

  • L’entretien d’une guitare

Quelques conseils avisés pour comprendre comment monter des cordes de guitare, la régler, en prendre soin ! Bien entendu, ça ne dispense pas des conseils de professionnels si vous êtes perdu avec votre nouvel instrument

Ça y est, il ne vous reste plus qu’à emmener votre guitare dans vos bagages !

 

« Dictionnaire de la comédie musicale » Isabelle Wolgust

couverture du Dictionnaire de la comédie musicale La musique est omniprésente  au cinéma. Le propre de la comédie musicale est de fixer un code singulier : la musique est dans le film. Elle est partie intégrante de l’action, c’est par elle et grâce à elle que les personnages s’expriment.

Ce dictionnaire est donc consacré à cette forme cinématographique, à ses créateurs autant qu’à certaines de ses œuvres les plus marquantes, de Cabaret à Flashdance, de Grease à West Side Story, ainsi qu’à la gravité diaprée de l’univers Demy. Discrètement subjectif – Cotton Club mais pas Coup de Cœur ; rien sur Phantom of the Paradise ; quatre pages consacrées à Une Chambre en Ville et dix pour Q comme Queer – ce livre ne manque rien de ce qui fait la force et le charme de ce genre précieux, parfois mésestimé.

C’est en tout cas le compagnon idéal de celles et ceux qui fredonnent ou frétillent à la seule évocation de Peau d’âne, Mary Poppins ou Singin’ in the Rain.

 

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *