logo-article

Esthétique de la charogne

Cadavres frais pour une nouvelle Esthétique

Hicham-Stéphane Afeissa

Au commencement il y a Aristote (La Poétique, les Parties des animaux) qui offre à la laideur une véritable conversion esthétique tout en rappelant notre condition d’animal. Cela explique "La charogne", terme choisi sciemment par l’auteur qui nous inscrit dans une chaîne ininterrompue d’espèces soumises aux mêmes lois… à celle incontournable de la décomposition finale. Il s’agit, ici, de s’emparer du spectacle de la vie, d’une étape du cycle, des mécanismes de la nature, de comprendre le processus de putréfaction, sa combinatoire mais aussi ses reformulations structurelles, formelles, textuelles, artistiques…

Si la philosophie colorise le discours; la peinture, le dessin anatomique, le cinéma, l’art contemporain, la poésie, la science…sont mobilisés dans une logique historique.

L’étude fonctionne comme un SUBSTRAT synthétisant le processus qui régit notre éco-système et qui, dixit l’auteur, se joue à l’infini « tel un ruban de Moebius«  où la vie et la mort se côtoient, se frôlent dans un continuum, une logique de fin et début qui passe par le corps humide mais ne se termine pas, s’accomplit avec la mort : une étape.

C’est aussi notre fascination pour le pire, pour l’abject qui est questionnée, la catharsis liée à cette observation qui attire et repousse de concert mais qui enseigne aussi, révèle scientifiquement, nous porte à la connaissance de notre condition et nous invite à la regarder et questionner tout de front.

Cette approche arborescente attise la curiosité, les savoirs. Tout est savamment distillé, équilibré (iconographie, citations,…): c’est original et brillant, porté par un éditeur dont on aime le cheminement et l’audace : les édition Dehors.

Synapses :

Théophile Gautier : la comédie de la mort

Dasein de Martin Heidegger

Nietzsche : Ainsi parlait Zarathoustra

Carole Talon-Hugon : les pouvoirs de l’art à l’épreuve du dégoût

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *