logo-article

Ici notre défaite a commencé

la grève des mineurs britanniques (1984-1985)

Mathilde Bertrand, Cornelius Crowley, Thierry Labica

Mars 1984. Contre un projet annoncé de fermeture de vingt puits de mines et de 20 000 suppressions d’emplois, 140 000 mineurs britanniques commencent une grève qui durera une année.Entre le 8 mars 1984 et le 3 mars 1985, plus de 11 000 d’entre eux seront arrêtés, 5 653 poursuivis en justice, 200 emprisonnés et près d’un millier licencié.

En se concentrant sur la grande grève de 1984-85, le présent ouvrage propose de prendre pour objet le point haut de cette crise historique et avec elle, une part au moins de sa « radioactivité culturelle ». Parce qu’il y a en effet quelque raison de présumer que, la mine, les mineurs et la grève de 1984 occupent une place centrale, un moment inaugural d’un ensemble de basculements qui ont largement dépassé le cadre de l’Angleterre.

Vous qui avez aimé des films tels que « Les Virtuoses », « The Full Monty », ou « The Navigators » ou même « Billy Eliott ».
Vous qui avez perçu, à travers ces productions culturelles, les enjeux de la désindustrialisation comme éclatement de normes collectives et individuelles, de rituels, des appartenances à la fois communautaires et de classe, de violences extrêmes du conflit, d’écrasement de la classe ouvrière anglaise, de crise de ce qu’auront été certaines formes de la culture ouvrière en Grande-Bretagne…Et ailleurs .
Ce livre devrait vous intéresser .
Et  après cette lecture, vous pourriez poursuivre en regardant « Ken Loach, années 90 » .

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *