Solastalgie

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - Modifié le 04/05/2021 par Maud C

Dérèglement climatique, migration de populations, perte de la biodiversité, coût d’extraction grandissant des énergies fossiles, effondrement de notre civilisation… les différents maux de la Terre vous affectent tout particulièrement, atteignant votre corps et votre esprit? Vous souffrez peut-être de solastalgie.

people-2567393_1920 Pixabay
people-2567393_1920 Pixabay

Au début des années 2000, le philosophe Glenn Albrecht observe chez les habitants de la Hunter Valley en Australie une profonde détresse liée aux pollutions de leur région par l’industrie minière. Afin de décrire ce sentiment de dépossession et d’impuissance face à la dégradation de leur lieu de vie, il forge le concept de “solastalgie”.

Formé du latin solacium (le réconfort, le soulagement) et du suffixe grec algia (relatif à la douleur), le terme est inspiré du mot « nostalgie ». Le terme rend compte de l’anxiété et de la peine de ces habitants privés du réconfort que procure le fait de se sentir chez soi. Dans son ouvrage, traduit en français en 2020, Les Émotions de la Terre: des nouveaux mots pour un nouveau monde, Glenn Albrecht explique que si la nostalgie est le regret du passé avec un goût positif, la solastalgie est son opposé dans un miroir : le regret du futur avec une note amère. Les deux sont reliées par une douleur plus ou moins profonde.

En 2019, le philosophe français Baptiste Morizot étend ce concept à notre condition humaine face aux métamorphoses dues au changement climatique. Selon lui, la nature est en mutation ; on ne reconnaît plus le paysage où l’on a grandi, on est dépossédé de son environnement. L’homme semble désormais “plus stable que son milieu”, la biodiversité est en danger, les saisons bouleversées.

Charline Schmerber, praticienne en psychothérapie et auteure du blog Solastalgie, a identifié parmi les différents symptômes de la solastalgie :  le sentiment d’impuissance, de perte de contrôle, de perte de sens, la peur de l’avenir, la tristesse et le regret. Elle précise que ces troubles peuvent provoquer de l’anxiété chronique, des attaques de panique et des insomnies. Afin d’apaiser ses tourments, elle conseille avant tout à ses patients de parler à leurs proches ou encore sur les réseaux sociaux afin de verbaliser leurs émotions. Elle leur propose également de rejoindre une ONG ou une association, pour faire de la sensibilisation, aider le public à ouvrir les yeux sur des problématiques sociales et écologiques, travailler à l’émergence d’alternatives. En somme, d’agir au présent afin de retrouver un peu d’emprise sur leur destin, pour ne plus se sentir totalement impuissant.

La bonne nouvelle, c’est que pour Glenn Albrecht comme pour Charline Schmerber, cette climato-déprime est loin d’être une maladie. Au contraire, elle serait le symbole d’un esprit rationnel et inquiet face à l’inaction de la société en dépit des dramatiques constats des scientifiques. La psychothérapeute n’hésite pas à comparer les solastalgiques aux lanceurs d’alerte.

 

Pour aller plus loin:

Déprimé par la crise climatique? Voici comment soigner l’éco-anxiété, Reporterre, 04/12/2019

Solastalgie, éco-anxiété… Les émotions de la crise écologique, France culture, 21/02/2020

Comment rester écolo sans finir dépressif, Laure Noualhat, 2020, éditions Tana

L’éco-anxiété: vivre sereinement dans un monde abîmé, Dr Alice Desbiolles, 2020, éditions Fayard

Le chagrin écologique : petit traité de solastalgie alerte, Philippe J. Dubois, 2021, éditions du Seuil

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *