Chanson à découvrir

Willin’/Little Feat (1972)

- temps de lecture approximatif de 3 minutes 3 min - Modifié le 01/07/2022 par Eric

L’hymne intemporel des routiers américains

Little feat
Little feat

La légende dit que Frank Zappa vira Lowell George des Mothers of Inventions après l’avoir entendu chanté cette chanson, lui conseillant de fonder son propre groupe. Lowell George suivit le conseil. Il rameutât quelques instrumentistes de talent et Little Feat naquit. Comme The Band, Little feat est  le type même de formation musicale reconnut avant tout par les musiciens. Ainsi leur influence est grande auprès de leurs pairs, mais minime auprès du public. Et de Jimmy Page aux Rolling Stones, ou aux Eagles… nombreux sont ceux qui reconnaissent leur apport à la rock music.

Little Feat (1971)

Avec l’aide de Zappa le groupe signe un contrat chez Warner. Le premier album de Little Feat au titre éponyme sort en 1971 et contient le titre Willin’. L’instrumentation est minimale : une guitare acoustique et une guitare slide jouée par Ry Cooder. L’album sort, sans rencontrer un grand succès (11 000 copies). Pourtant le disque est un très bon album de rock, varié et efficace… Et la chanson Willin’ d’apparence simple est très suggestive. Les paroles évoquent vaguement la vie et les tracas d’un routier qui gagne de l’argent en faisant de la contrebande entre le Mexique et les USA usant de substances licites et d’autres moins (Weeds, White and Wine). Le peu de succès du disque n’empêche néanmoins pas Warner de leur donner une seconde chance.

Sailin shoes (1972)

En 1972 un deuxième album est enregistré avec l’intention avouée d’être plus commercial. Et en effet la production est plus ample, moins rugueuse. L’album regorge de hits potentiels. Pop, boogie, funk, blues, jazzy tous les genres sont représentés pour ce qui deviendra la marque de fabrique de Little Feat. Autre fait majeur, la couverture est signée par Neon Park, soit celui qui illustrera toutes les pochettes des albums suivants de Little Feat, apportant ainsi une image surréaliste et un peu barrée au groupe.

Le groupe enregistre une seconde version de la chanson Willin’, le rythme est plus lent, et l’instrumentation plus fournie avec l’apport d’une basse d’une batterie, de chœurs et d’un piano. La chanson parait plus country, plus chaleureuse, et moins roots que la première version. Mais l’album et la chanson ne connaissent toujours pas le succès. C’est le troisième album intitulée Dixie Chicken qui leur apportera un début de reconnaissance.

Mais en 1974, la chanteuse Linda Ronstadt reprend Willin’ dans son album Heart like a wheel. La chanson devient un succès, et accessoirement l’hymne des routiers américains.

Depuis cette date de très nombreuses reprises sont parues de Willin’ :

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.