à redécouvrir

Alice COPPER “Welcome to my nightmare” (1975)

- temps de lecture approximatif de 3 minutes 3 min - Modifié le 26/10/2022 par Eric

Après sept disques Alice Cooper réalise son premier album solo

Alice Cooper
Alice Cooper

Au départ Alice Cooper est le nom d’un groupe. Ils ont choisi un prénom féminin qui fait penser à  Lewis Caroll, et un nom tout ce qu’il y a de plus commun et gentillet. Mais ils font aussi courir la rumeur que c’est le nom d’une sorcière du  XVIème siècle. Mais ce choix les rend unique. Le groupe commence par écumer les bars de leur Colorado natal. Et après un bref passage par Detroit, ils émigrent à Los Angeles et signent un contrat d’enregistrement avec le label de Frank Zappa, puis avec Warner Music. Mais le service marketing du label rechigne à vendre un groupe de Rock avec un prénom féminin. Il leur parait aussi plus simple de personnaliser le nom du groupe. Après discussion et d’un commun accord, le chanteur Vincent Furnier devient le dépositaire du nom Alice Cooper.

Ainsi pour tous Alice Cooper est une personne et non pas un groupe. D’autant plus que Vincent Furnier incarne jusqu’à la caricature cet alter-égo étrange. Le chanteur estompe peu à peu les autres membres du groupe. Néanmoins ensemble ils réalisent cinq albums majeurs de heavy rock. (Love it to death, Killer, School’s out, Billion Dollar babies, Muscle of love). Cinq disques qui marient outrance et gros son et qui les font connaitre comme des maitres du shock rock. Ensemble ils ont aussi réussi leurs paris : devenir des rock stars.

Mais les divergences deviennent insurmontables entre les membres du groupe et le chanteur. En 1974 Vincent Furnier prend légalement le nom d’Alice Cooper. Et il quitte le groupe, continuant néanmoins à payer des droits à ses anciens associés pour l’exploitation du nom. Les autres membres du groupe fondent le groupe Billion Dollar Babies et sortent un album sous ce nom.

Pour signer son indépendance, Furnier/Cooper décide de publier un nouvel album sous ce nom. L’idée est de réaliser un concept album, basé sur les cauchemars d’un enfant nommé Steven. Le projet doit se décliner ensuite en show pour la TV américaine. Pour les intermèdes parlés, Alice Cooper recrute l’acteur de films d’horreurs Vincent Price.

Pour réaliser l’œuvre qui doit l’aider à cette transition Alice Cooper aka Vincent Furnier engage Bob Ezrin un producteur star avec lequel il a déjà travaillé. A cette époque Ezrin est reconnu comme le maitre des deux œuvres majeures de Lou Reed : Berlin & Rock n Roll animal. Et c’est avec les mêmes musiciens que le new yorkais qu’Alice Cooper entame l’enregistrement du nouvel album. Parmi eux Dick Wagner un guitariste en provenance de Detroit avec lequel Vincent Furnier co-compose pratiquement l’ensemble de l’album.

Délivré de ses anciens acolytes, Vincent Furnier est libre d’orienter sa musique vers de nouveaux horizons plus commerciaux. Et Welcome to my nightmare penche résolument vers le rock FM. Moins hard rock, il s’essaye même en crooner trash avec Only women bleed : son plus grand succès. Il recentre également plus délibérément son univers sur la thématique de l’horreur. Et durant les décennies suivantes, il continuera à creuser jusqu’à la parodie ce sillon originaire. Mais finalement jamais aussi bien que dans cet album étrange, déroutant, et paradoxalement très attachant.

Le groupe Alice Cooper devient ainsi Alice Cooper, une personne

Welcome to my nightmare dans notre catalogue

Le DVD du show dans notre catalogue

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.