Christian Sinding / Songs (1996)

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - par Civodul

Christian Sinding (1856-1941) est considéré comme le compositeur norvégien le plus important après Grieg. Cependant son nom, entaché, il est vrai, par des engagements politiques contestés, est tombé dans un injuste oubli. Voici quelques pages vocales toutes simples, mélodieuses et rafraîchissantes.

Sinding 2
Sinding 2

Sinding est profondément marqué par le romantisme allemand (il passe quarante années de sa vie en Allemagne). La musique de Wagner et Liszt l’influencent durablement.

Pourtant dans les quelques extraits que voici, on est loin des chromatismes incisifs, des envolées tumultueuses. C’est plutôt une face étale et intimiste du romantisme qui s’expose : des mélodies simples et largement diatoniques, généralement inspirées du folklore ; des textes évoquant fleurs des champs, oiseaux des bosquets et gens ordinaires. Le caractère un peu naïf de cet univers bucolique n’engendre pourtant aucune mièvrerie. Mieux encore, cette candeur est parfaitement servie par le soprano limpide et presque enfantin de Bodil Arnesen. Son chant aux aigus cristallins, d’une modeste élégance, est au parfait diapason de ces ravissantes miniatures, tout comme l’est le piano perlé et sans esbrouffe d’Erling Eriksen.

Un paysage musical scandinave charmant et sans apprêts à (re)découvrir.

Rav, op. 19, n°2
Sylvelin, op.55, n° 1
Herrens moder, hoje, milde, op. 50, n° 11
Barcarole, op. 128, n° 4

pour prolonger …

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *