Nuits au Bénin

- temps de lecture approximatif de 12 minutes 12 min - Modifié le 19/02/2016 par FGrignoux

kidjo2-07697.jpg
kidjo2-07697.jpg
Le 21 Juin 2011, trois générations de chanteurs et musiciens béninois sont invités aux Nuits de Fourvière. Au programme de cette nuit : Angélique Kidjo, la marraine de cette soirée, L’Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou et le Gangbé Brass Band.Une nuit fiévreuse en perspective.
JPEG - 56.1 ko
Angélique Kidjo

Le Bénin, anciennement Dahomey, est un petit pays d’Afrique de l’Ouest, situé entre le Togo et le Nigéria, et proche du Ghana et de la Côte d’Ivoire, il a pour capitale Porto Novo. _ On y pratique le culte des « vodun » ; Vaudou vodou vodun signifie esprit dans la langue des Fon, peuple du Bénin. Le culte des vodun se developpera à Haïti où les esclaves dahoméens arrivèrent au début du 18eme avec leurs esprits.
Au cours des cérémonies les musiciens jouent des polyrythmies dans des ensembles ou chaque instrument a une place hiérarchisée : cloches tambours hochets …
Il existe encore deux grandes cours : celle d’Abomey et celle de Porto Novo.
Dans le sud du Bénin l’instrument le plus remarquable des goun est le double xylophone sur troncs. Il est notamment utilisé au cours de ces cérémonies pour les vodun.

D’autres instruments : la cithare sur radeau (douze cordes), des ensembles de flûtes à encoche, des trompes, des cloches, des hochets, des tambours (notamment les tambours d’eau), pour de la musique en toutes occasions : naissance, mariage, mort, rituels saisonniers….Le chant est toujours homophonique.

Pour approfondir ce volet plus traditionnel de la musique au Bénin
:

JPEG - 33.2 ko

- §Lire§ : le chapitre consacré au Golfe du Bénin dans le livre

« Musiques de toutes les afriques ».

- § Discographie§

  • Chœurs royaux du Bénin coll prophet enregistrements réalisés dans la cour de l’ancien palais du Roi Béhanzin en 1963, répertoire des musiques qui se pratiquaient à la cour du roi.
  • Bénin [Disque compact] : rythmes et chants pour les vodun AIMP
    Enregistrements réalisés en 1973 et 1974 par François Borel chez les Aïzo d’Allada et les Gun de Porto Novo

La scène musicale béninoise a été influencée par la musique cubaine, la rumba congolaise et le highlife du Ghana et du Nigéria voisins.

« L’influence du highlife sera prépondérante à partir des années 1950 au Bénin largement diffusé par le saxophoniste Ignace de Souza » nous dit Nago Seck dans l’article (à lire !) : Bénin et Highlife, une histoire d’amour

Dans les premières années d’indépendance 1960 62, fleurissent des clubs, des groupes de danses populaires dont le Poly rythmo de Cotonou, présent lors de cette nuit à Fourvière.

Vie nocturne, clubs et bars ne furent plus à l’honneur au cours des années suivantes, pendant le gouvernement de Kérékou. Des musiciens partirent pour jouer leur musique hors du pays.
_ Dans les années 76 émerge Nel Oliver un musicien devenu producteur dans les années 90 à Cotonou.

Quelques artistes se sont fait connaitre hors frontières, le pianiste Wally Badarou en 1985 par la création du groupe Level 42 et Angélique Kidjo, révélée dans les années 1990 par l’album « Logozo ».

« Le pianiste compositeur Tchangodei enregistre avec de nombreux jazzman (Steve Lacy, Archie Shepp, Louis Sclavis) et Idriss Badarou, le frère de Wally, se lance dans la variété française ».

JPEG - 27.9 ko

ANGELIQUE KIDJO

Angélique Kidjo naît le 14 juillet 1960 à Ouidah, petite ville portuaire de la République du Bénin.

En 1983 à 23 ans elle débarque dans la capitale française.

En 1988, elle monte son propre groupe, Angie Kidjo. Elle y est entourée de jeunes musiciens français, plutôt issus du jazz, dont le bassiste Jean Hébraïl, qui devient son mari.

En mai 1989, elle réalise son rêve de toujours en chantant en première partie de Myriam Makeba à l’Olympia à Paris.

Dès 1991, sort « Logozo » (« La tortue » en fon), point de départ d’une notoriété internationale. L’album est enregistré à Miami et produit par le label Island.

Et l’aventure continue : plusieurs albums au fil des années dont :
l’album « Oremi« , largement inspiré par le jazz et le rythm’n’blues.

en 1998.

Et avec « Black Ivory Soul« , aux couleurs brésilienne, la chanteuse continue son exploration des Amériques noires.

Dans Oyo son dernier disque paru en 2010, Angélique Kidjo choisit de reprendre des standards qui l’ont marquée : « Move on up » de Curtis Mayfield en duo avec le chanteur américain John Legend ou « Baby I love you » d’Aretha Franklin avec Dianne Reeves ; elle reprend des morceaux de Miriam Makeba et interprète des duos avec Bono et Roy Hargrove. Cet album se veut une évocation de la musique qui a bercé sa jeunesse et qui lui a permis de déterminer sa fibre artistique.

- Le site de l’artiste

- Sa biographie détaillée sur le site de RFI

- §Discographie§ : sur le site Afromix

- §

Ecouter

§

JPEG - 35.4 ko

§ Le GANGBE BRASS BAND§

Le Bénin a une tradition de fanfares héritée des fanfares militaires des colons occidentaux.

Le GANGBÉ B B, fondé en 1994, renoue avec cette tradition de fanfare, dans une alliance entre jazz et musique traditionnelle béninoise : huit saxophonistes, trompettistes et percussionnistes.
« Gangbé c’est le son du métal (en dialecte fon, la cloche rituelle frappée, la force du fer forgé … Entendre et voir le Gangbé c’est évidemment, d’abord être pris dans un déferlement entre les rafales de cuivres, les échanges vocaux et les percussions menés par la cloche… » écrit Etienne Bours

Ils vinrent en Europe invités par le groupe angevin Lo’Jo.
« Ils ont également créé « l’union des instrumentistes à vent » et effectuent d’importants travaux de collectage des musiques traditionnelles du Bénin, devenant ainsi un relais important pour les musiciens de leur pays. » (Mondomix)
« Durant quatre semaines, le groupe de musique Gangbe Brass Band a effectué une tournée de 20 concerts dans une vingtaine de villes et villages du Bénin, pour la première fois dans son pays ; Pour le chef du groupe Athanase Dehoumon, cette tournée s’inscrit dans le cadre de sensibilisation des populations Béninoises sur différents thèmes tels que : l’alphabétisation, la protection des ménages contre les maladies sexuellement transmissibles et la scolarisation des enfants. C’est une tournée de paix pour le Bénin et pour le continent africain a-t-il ajouté. » Hector TOVIDOKOU,journaliste culturel et critique de cinéma du Bénin.

- La présentation du groupe sur le site de leur label, le label contrejour

- Un portrait sur le site de Mondomix.

- §Visiter§ leur site

- Présentation sur le blog des nuits de fourvière

- §Discographie§ : Trois CD dont :

JPEG - 43.7 ko
assiko
  • Whendo Roots racines en 2004
  • Assiko en 2008, (le livret contient une belle présentation d’Etienne Bours.

ORCHESTRE POLY-RYTHMO DE COTONOU

JPEG - 192.6 ko

Ce groupe phare de la musique moderne béninoise, créé en 1966, vit une renaissance grâce à la journaliste Elodie Maillot, partie pour un reportage au Bénin en Juillet 2007 et en quête de ce groupe,découvert grâce à de vieux vinyles de la discothèque de RFI. Elle est devenue leur impresario après leur rencontre lors du concert pour la fête de l’indépendance en Août 2007.
Et depuis : tournée autour du monde, invitation au Festival Jazz à La Villette :
« Puisant au fonds des musiques religieuses, recyclant des sons venus de Cuba, du Brésil ou de Jamaïque, adaptant les innovations nigérianes, le Poly-Rythmo demeure un des orchestres les plus dynamiques d’Afrique de l’Ouest » (article de présentation lors de la venue au festivall Jazz à La Villette.
Ces derniers mois, à l’occasion de la sortie de leur dernier album, diverses revues musicales évoquent cette aventure.(Vibrations, Mondomix)

- Leur portrait

- Leur tournée en Afrique : France culture nous permet de suivre la tournée
de ce boys band de seniors dans 8 pays d¹Afrique pour le cinquantenaire des indépendances en 2010. Ils furent sacrés parmi « les meilleurs groupes de funk du monde » par le New York Times !

JPEG - 291.8 ko
orchestre poly-rythmo-cotonou club

- Cotonou club , leur dernier double CD vient de paraître. Un article dans le livret retrace leur aventure. (passionnant !). Des CD à écouter bien sûr ; une belle dynamique.

- Leur site est à visiter

Pour écouter leurs enregistrements des années 70 :

- THE VODOUN EFFECT 1972-1975 funk & sato from Benin’s obscure labels /

- AFRICAN SCREAM CONTEST Raw & Psychedelic Afro SoundsFrom Benin & Togo 70s. Une compilation de la musique des années 70 au Bénin et au Togo, fruit de plusieurs mois d’enregistrements, concoctée par le Label Analog Africa.

JPEG - 49.5 ko

Le label Analog Africa contribue à faire découvrir la musique du Bénin au monde… en 2009 il édite :

– LEGENDS OF BENIN : afro- funk gavacha afro -beat.
Artistes en vedette : Gnonnas Pedro et Ses Dadjes, Antoine Dougbé, El Rego et Ses Commandos and Honoré Avolonto, certains d’entre eux accompagnés par Poly Rythmo.
Disque consacré à la musique moderne du début des années 70 au Bénin. Des 45 tours et des vinyls rarissimes. « Une musique brûlante à la limite du psychédélique, à mi-chemin entre la musique intense et hypnotique du Nigéria (des voisins) et de la musique ouest-africaine du Sénégal et de la Côte d’Ivoire ».

- Il faut absolument visiter le blog du label Analog Africa. Vous trouverez les présentations des albums, avec des extraits à écouter ainsi que des vidéos.

Pour un tour d’horizon des artistes du Bénin

- visitez aussi le site Afromix, page Bénin

Pour un petit voyage à Cotonou et dans d’autres pays d’Afrique

- L’étape à Cotonou avec Benjamin Agon dans le « Arte reportage » de 2010 : Afrique 50 ans d’indépendance, périple dans une douzaine de pays d’Afrique.

Un Mondo Sono spécial Bénin

- en quatre titres phares choisis par Eliane Azoulay. récemment proposé par télérama dans le fil musique : musiques vaudoues à tous les étages, en version traditionnelle, jazz, reggae, ou latino. Avec le Poly-Rythmo de Cotonou, le Gangbé Brass Band et Stan Tohon.


Voir le Site des Nuits de fourvière 2011

789.16

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *