Musiques d'attente

Ne quittez pas… nous allons donner suite à votre appel…

- temps de lecture approximatif de 3 minutes 3 min - Modifié le 07/03/2022 par Julie

Oh, ne me faites pas croire que vous n’avez jamais prononcé de gros mots après 10 minutes d’attentes au téléphone. votre banque, les impôts et même votre coiffeur , tous ont le don de nous faire perdre patience pour nous faire patienter...

people-g534c5ec34_1920
people-g534c5ec34_1920

La musique d’attente téléphonique fait partie de notre quotidien. Elle est souvent le premier contact avec notre correspondant mais avouez que vous n’en pouvez plus de ce passage des Quatre Saisons qui passe en boucle lorsque, malade, vous essayer de joindre votre médecin. C’est toujours la même chose au standard ! Pendu au téléphone, on vous fait patienter avec des enregistrements nasillards des tubes de Vivaldi, Mozart ou Beethoven. Vous êtes êtes alors pris en otage pour une durée qui dans 80 % des cas dépasse les 6 minutes!

Cette musique a bel et bien une fonction. Elle vise à réduire la perception d’attente des interlocuteurs et d’éviter ainsi qu’ils ne raccrochent. Selon une étude de la SCPA,  7 interlocuteurs sur 10 rencontrant du silence raccrochent en moins d’une minute et 72% des français préfèrent patienter en musique plutôt que sans.

«la musique réduit les effets négatifs de l’attente parce qu’elle détourne l’attention du passage du temps et, par conséquent, les consommateurs perçoivent la longueur de l’attente comme étant plus courte que s’il n’y avait pas eu de musique». (Journal of Retailing)

Au palmarès des morceaux choisis:  le classique,  mais aussi la flûte de pan et tous les disques de méditation ou de sons de la nature

Pourtant, cette musique transmet à l’interlocuteur une identité sonore . La vision que nous nous ferons d’une entreprise qui nous fait patienter avec du hip-hop ne sera pas la même que celle qui le fait avec  du classique. Il est donc important  que le choix de cette musique prenne en compte le domaine d’activité de l’entreprise, les produits et/ou services proposés ainsi que le type d’appelants (public, professionnels, fournisseurs…). Elle doit aussi tenir compte de leur profil (âge, catégorie socioprofessionnelles…). L’idée étant toujours de leur permettre de considérer ce temps d’attente comme un moment de plaisir et non comme une punition…

Alors pourquoi tant de redondance dans ce choix?  Sans doute une question de droit.. et donc de coûts. En effet lorsque l’on utilise des extraits musicaux, il faut s’acquitter de différentes redevances:

  • les droits de diffusion SCPA  qui servent à rémunérer les interprètes et les producteurs du phonogramme utilisés.
  • Les droits de diffusion SACEM qui rémunèrent l’artiste-compositeur et l’éditeur ou leurs ayants droit après leur mort cependant les œuvres musicales tombent dans le domaine public 70 ans après la mort de l’artiste.

L’utilisation de morceaux dont les artistes sont décédés depuis plus de 70 ans permet donc d’économiser les droits SACEM! Mais d’autres solutions existent pour réduire la facture!

Plusieurs sites Internet proposent des catalogues de musiques libres de droits. Il s’agit de productions musicales dont on peut acquérir une licence d’utilisation. Une fois cette licence achetée, on peut utiliser le morceau autant de fois qu’on le souhaite sans avoir à payer de redevance supplémentaire .

Vous ne pourrez plus dire que vous se saviez pas .. Alors vite changez vos musiques d’attente.. et étonnez nous!

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.