MEMOIRE SONORE

Musiques et sons de la Métropole (1)

1. PAROLES ET MUSIQUE

- temps de lecture approximatif de 3 minutes 3 min - Modifié le 09/06/2022 par GLITCH

Vieilles chansons et scène émergente, contes et témoignages, langues et accents, ambiances de rue et chants d’oiseaux… Tous ces éléments constituent le patrimoine sonore d’un territoire. Ils font entendre les voix des habitants et apparaître les lignes d’un écosystème des sons.


En Auvergne-Rhône-Alpes, à Lyon et ses alentours, plusieurs institutions et initiatives collectent et cartographient, valorisent ou récréent le patrimoine oral, musical et sonore.

Archives sonores du territoire

♦   Collecteur et passeur inlassable, le Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA) copilote la plateforme sonore Infrasons. Cette base propose à l’écoute “chants, airs instrumentaux, récits de vie, contes, langues et légendes collectés depuis près d’un siècle sur le territoire d’Auvergne-Rhône-Alpes”.

Le site se déploie autour d’une carte sonore interactive du territoire régional, dotée d’un moteur de recherche détaillé. Un outil passionnant, qui propose des centaines d’enregistrements, accompagnés d’une notice explicative qui les resitue dans l’espace et l’histoire. Certaines ouvrent vers des ressources documentaires autour du son présenté : focus musicologique, parcours sonore approfondi, projet de recherche..

Infrasons fait partie de la Base Inter-régionale / Patrimoine oral, qui regroupe les archives de collectage sonore de 6 régions. Une quinzaine de fonds numérisés (chansons et musiques, entretiens, enquêtes et témoignages..) constituent le socle de la collection d’archives sonores en Rhône-Alpes.

♦   Le CMTRA participe également à des initiatives d’ampleur autour de la mémoire musicale locale. Il s’agit à la fois d’engager une démarche universitaire de recherche et d’en partager les fruits avec les habitants.
Ainsi le centre est-il partenaire du projet « Comment sonne la ville ? », destiné à collecter et valoriser auprès de la population l’histoire des musiques migrantes de Saint-Etienne.
Il était aussi associé à l’exposition-évènement Instruments voyageurs , qui documente l’histoire et la pratique instrumentales des Villeurbannais.

Disques d’ici, d’hier et d’aujourd’hui

La production discographique constitue un autre pan du patrimoine sonore.

♦   Le CMTRA publie depuis 1996 la collection des Atlas sonores. Riche de 26 volumes, ce corpus offre une « photographie sonore des territoires ruraux et urbains de la région » . On y découvre les aires géographiques et les strates historiques du paysage musical de la Région, collectées chez les particuliers ou lors d’événements publics.  Un parcours des “chants occitans du Haut Vivarais en Ardèche aux airs des fêtes de Conscrits dans l’Ain, des musiques du Maghreb ou d’Espagne à Lyon aux comptines des Alpes, des berceuses comoriennes aux airs de fanfare accompagnant les joutes sur le Rhône”.

♦   La Bibliothèque municipale de Lyon (BML) collecte depuis 2009 l’ensemble des enregistrements produits sur le territoire de la Métropole. Artistes et labels, 45 tours et fichiers en ligne, musique symphonique ou électro…
Le Fonds Mémoire des musiques lyonnaises a vocation à l’exhaustivité. Près de 10 000 enregistrements, des années 1950 à aujourd’hui, constituent la collection actuelle. Ces documents sont progressivement numérisés (musique, pochettes, livrets..) et versés dans la base Numelyo.

A ce jour, la BML propose 5 000 phonogrammes écoutables intégralement depuis les bibliothèques (via Numelyo ou sur platines), et sous forme d’extraits à l’extérieur. Un Facebook dédié, ainsi que le blog Amply viennent relayer l’activité de la scène locale.

(A SUIVRE…)

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.