A redécouvrir

Arto Lindsay "Mundo civilizado"

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - Modifié le 01/07/2016 par La COGIP

Ce chanteur et guitariste américain élevé au Brésil fût une figure de la no wave au sein de son groupe DNA dès la fin des années 1970.

Il conjugue avec les Ambitious Lovers, puis en solo son goût de l’avant-garde et ses “racines” brésiliennes. Sur « Mundo civilizado » (1997), deuxième album solo il chante en anglais et portugais des mélodies fragiles, en convoquant par petites touches les sonorités de la drum’n’bass et de l’électronica (DJ Spooky et Mutamassik aux sampleurs). Un mariage envoûtant et parfaitement équilibré de pop, jazz, electro et bossa. Sa reprise d’Al Green est à l’image de l’album : « simply beautiful ».

(L’album « Noon Chill » qui suivra en 1998, est lui aussi une merveille)

Voir dans le catalogue

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.