logo-article

Jane, un meurtre

publié avec Une Partie Rouge, autobiographie d'un procès

Maggie Nelson

De prime abord, Jane, un meurtre a de quoi rebuter (ou inspirer selon les goûts !), puisque le titre tient plus du polar haletant que du recueil de poésie.

Ce paradoxe, peut-être, en fait sa première force puisqu’il permettra une entrée en poésie pour d’habituels férus de littérature policière.

Constitué de fragments mêlant des rapports de police et découpes de presse relatant de ces fameux « meurtres du Michigan » -dont Jane, la tante de Maggie Nelson, fut l’une des victimes en 1969- avec des morceaux choisis des journaux intimes de la jeune femme et de nombreux poèmes aux formes diverses de prose par la plume resplendissante, étrange et nostalgique de l’auteure.

Une Partie Rouge, autobiographie d’un procès vient compléter ce recueil magnifique, avec une version narrative de la même histoire criminelle. Auteure phare du genre de la non-fiction aux Etats-Unis, Maggie Nelson parvient à nous projeter avec elle dans son histoire familiale tragique sans jamais tomber du côté du pathos, mais au contraire avec une élégance rare, beaucoup d’humour et de pudeur.

Les portraits qu’elle dresse de sa mère, sa sœur et son père sont poignants, et à travers l’histoire d’un meurtre, puis d’un procès, Maggie Nelson nous mène bien à propos vers ses thèmes de prédilection que sont l’amour, le deuil, la vie dans toute sa joie et toute sa douleur.

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.