Histoire et renouveau du corset

- temps de lecture approximatif de 4 minutes 4 min - par N C

Le corset est avant tout une pièce de vêtement rigide et articulée qui redéfinit les proportions et les volumes du haut du corps, en particulier la taille et la poitrine.

Autant-en-emporte-le-vent
Autant-en-emporte-le-vent Scène du laçage du corset

 

Mon amie, mon amie, remettez-vous !

Le corset est la plupart du temps associé à un carcan, un enfermement qui est imposé au corps féminin. L’image d’une femme prisonnière d’une cage qui la comprime et l’empêche quasiment de respirer est souvent répandue et n’est pas forcément exagérée. Combien de femmes ont littéralement défailli jusqu’à la perte de connaissance à cause d’un corset trop serré… On faisait alors respirer des sels à la personne afin de la ranimer, afin qu’elle reprenne tout bonnement conscience.

L’article de Renée DAVRAY-PIÉKOLEK, « CORSET, histoire du costume », Encyclopædia Universalis donne le ton. A la fois honni et décrié, mais aussi porté aux nues et révéré, le corset ne laisse certainement personne insensible.

 

Taratata !

Les héroïnes au cinéma ont enchanté le public en arborant le corset associé à des robes merveilleuses. On se souvient des Sissi (Romy Schneider), Caroline Chérie (Martine Carol) et autre Angélique Marquise des Anges (Michèle Mercier)… Mais celle qui sans conteste aura marqué les esprits, c’est bien Vivien Leigh dans le film Autant en emporte le vent (1939). Dans la scène du laçage du corset par sa camériste noire Mamma (Hattie McDaniel), Mam’selle Scarlett éblouit par son aplomb. Mamma argue du fait qu’elle « doit manger comme un petit oiseau » pour être une jeune fille de son rang et Scarlett s’empiffre littéralement pour donner du fil à retordre à sa nourrice. Mademoiselle O’Hara s’en sort avec panache en proférant à qui veut l’entendre un « taratata » cinglant qui clôt la scène avec clinquant !

 

 

Trois corsetiers à découvrir

Jean-Paul Gaultier

Né en 1952 à Bagneux, Jean-Paul Gaultier « l’enfant terrible de la mode » marque un sommet dans son œuvre avec le corset réinventé. Il exhume des placards de sa grand-mère maternelle, Marie, les corsets du XXe siècle et les guêpières des années 1940. En travaillant le corset, il offre à celles qui en sont privées les attributs de la féminité. Loin d’être un instrument de torture emprisonnant le corps de la femme, le corset incarne désormais la nouvelle puissance du féminin. Le paroxysme est atteint avec l’iconique corset « aux nénés pointus comme des cornets à la crème » porté par Madonna lors du Blond Ambition World Tour, 1990.

« Le corset évoquait pour moi quelque chose d’extraordinaire, de fascinant et de mystérieux. Je n’étais pas du tout préoccupé par sa fonction orthopédique » déclarait le grand couturier.

 

Corset designé par Jean-Paul Gaultier pour Madonna en 1990

 

Mr Pearl

Né en 1962 en Afrique du Sud, Mister Pearl est le pseudonyme de Mark Pullin corsetier de son état. Il a habillé les stars comme Kylie Minogue dans sa tournée Showgirl 2005, Victoria Beckman le jour de ses noces en 1999, et son égérie n’est autre que Dita Von Teese la célèbre danseuse érotique et mannequin américaine. Mister Pearl est un adepte de la technique du tigh lacing c’est à dire le fait de réduire volontairement sa taille par le port constant d’un corset (23h/24, 7 jours/7), de plus en plus serré au fil des mois et années. Sa taille correspond à la plus fine connue au monde pour un homme : 46 cm.

 

Portrait noir et blanc du corsetier Mister Pearl

 

Jérôme Dillinger

Né en 1979 à Strasbourg, Jérôme Dillinger travaille le corset en sur mesure afin de réaliser des robes de mariées, des vestes, des costumes de scène pour des effeuilleuses dans des shows burlesques et pour des danseurs professionnels. Il a poussé à l’extrême le côté rigide du corset en collaborant avec un compagnon du devoir de Lyon pour un corset tout en métal qui fut présenté comme chef-d’oeuvre du compagnon du devoir lors de son examen de fin d’étude et à l’occasion de défilés de mode dans la capitale des Gaules. Ce corset en deux parties était littéralement moulé sur le corps de la mannequin et donnait plus l’impression d’une sculpture que d’une pièce de vêtement.

 

Corset réalisé par Jérôme Dillinger corsetier. Vue de face.

 

 

Corset réalisé par Jérôme Dillinger corsetier. Vue de face.

 

Veste lacée et corsetée réalisée par Jérôme Dillinger corsetier. Vue de dos.

 

Depuis l’arrêté du 12 décembre 2003, le métier de corsetier est classifié parmi la liste des Métiers de l’artisanat d’art.

 

Cet article a été largement illustré grâce aux créations originales du corsetier Jérôme Dillinger avec son aimable autorisation, qu’il en soit chaleureusement remercié.

 

Corset réalisé par Jérôme Dillinger corsetier. Vue de face.

 

A noter

L’exposition du moment à Bâle en Suisse au Musée de la Maison de Poupée (Spielzeug Welten Museum Basel) permet d’admirer des corsets réalisés certes en textile mais aussi à partir de matériaux divers et variés tels l’osier, le lichen, les feuilles et les fleurs !

 

 

Pour aller plus loin

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *