Explorateurs et protecteurs de la mémoire RACINE, pourfendeurs de la DESTRUCTION

Babylone / La chambre d’Orphée, Anne et Patrick Poirier

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - Modifié le 11/10/2019 par Dalli

L'or sur rouge claque, éclate, salit et exalte les griffures d'un plan architectural cerné d'écritures sur 26 x 20 cm avec MESOPOTAMIE tel un socle en majuscules. Ce berceau d’une prestigieuse civilisation urbaine est le point de jonction des mots: « Mésopotamie Les formes du rêve entrecroisées et développées prennent naissance dans les formes du rêve…destin saturant le rêve, destin froid comme le rêve…mauvais rêve… ». Freudiens, ceux-ci sont disposés aux confins de l’œuvre Babylone (gravure sur dibond et feuille d’or) glissée dans la Chambre d’Orphée (boite à œuvres et œuvres en boite) pour une dialectique indéterminée...

Babylone
Babylone Courtesy Éditions Dilecta

 

La chambre d’Orphée / Courtesy Éditions Dilecta

Cette boite mnémique, reliquaire, testamentaire concentre les traces d’une dyade artistique où Les Poirier se confondent indifférents aux temps. Ce sont de fragiles enfants de la guerre, artistes archéologues, architectes, explorateurs de l’irréel, des possibles, héritiers de Levi- Strauss.

Fragments, ruines et catastrophes de nos civilisations passées et à venir sont l’hypocentre de leur travail. Avec eux, ils dénoncent les ravages géopolitiques qui mettent en danger l’héritage séculaire du berceau de notre civilisation incarné par Babylone, la perle mésopotamienne rappelant que «  Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. Nous sentons qu’une civilisation a la même fragilité qu’une vie » .

Cette oeuvre est consultable sur rendez-vous à la Part-Dieu.

Synapses :

Tête à Tête étoilées, étoiles filantes : Anne et Patrick Poirier, Cocteau et Gradiva.L’écrin de cette conversation entre l’irréelle Gradiva, feu Cocteau, Anne et Patrick Poirier a connu en 2015,un versant scénarisé par le Musée organique de Menton dédié à Cocteau et réalisé par Rudy Ricciotti.

 la Difficulté d’être, Jean Cocteau

Freud et Gradiva

Mald’archive, Jacques Derrida

Tags

:

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *