Guide de Voyage immobile

- temps de lecture approximatif de 6 minutes 6 min - Modifié le 16/10/2019 par Stéphanie B.

Comment peut-on voyager en restant immobile ? Le « voyage immobile », expression paradoxale, est pourtant très utilisée. Elle désigne aussi bien le fait de vivre un voyage géographiquement immobile, que celui de voyager par l’esprit, sans bouger d’un pouce. Nous vous proposons plusieurs pistes, afin de découvrir et d’explorer, selon vos envies, les différents types de voyages immobiles.

Vivre un voyage géographiquement immobile

Pour expérimenter ce type de voyage, vous devrez partir ailleurs et vous y poser. Ce voyage vous permettra, tel Paolo Rumiz qui est devenu quelques semaines gardiens de phare, de :

« Réconcilier deux pulsions, nomade et sédentaire, qui habitent chaque homme. »

Vous pourrez selon votre envie, soit vous consacrer à un objectif pendant ce voyage, soit au contraire « laisser venir »:

> Ainsi pour Nath’, du blog La Terre sur son 31, il s’agit de « se poser à l’autre bout du monde pour avoir le temps de se consacrer à l’objectif qu’elle s’est fixé avant son départ, tel que découvrir un aspect plus en profondeur ».

> Pour Ariane Mnouchkine au contraire, il s’agit de ne pas « s’encombrer de nous-même ou de ce que nous voulons tirer d’un voyage ». Elle explique lors d’une interview à Geo que le voyage immobile dans un sanctuaire bouddhiste au Népal lui a permis de « laisser le temps s’écouler et cet endroit faire son travail en [elle] ».

Femme sur une balançoire, avec derrière elle une cascade

Voyager vers d’autres lieux et d’autres époques sans se déplacer

Plusieurs méthodes vous permettront de découvrir d’autres lieux, sans vous y rendre, et même voyager dans le temps. Vous pourrez, par exemple :

  • Consulter des Guides de voyage
  • Lire des récits et carnets de voyage, tels que:

-Le Livre des merveilles de Marco Polo

-Voyages en Italie de Stendhal

-Le Carnet de Voyage de Titouan Lamazou,

-Le Petit traité sur l’immensité du monde de Sylvain Tesson

  • Vous plonger dans les BD « Corto Maltese » d’Hugo Pratt
  • Effectuer un Voyage dans le Temps grâce à l’art et la philosophie

Daniel Guillon-Legeay  explique en effet sur son blog que:

« La philosophie – la philosophie certes, mais pas seulement la philosophie : cela vaut aussi pour la littérature, le cinéma, le théâtre…- permet d’autres formes de voyages: des voyages dans le temps.  »

En outre, il considère ce vagabondage dans le temps comme « une merveilleuse manière de sortir de soi pour aller à la rencontre d’autrui »

 

Livres, macarons, fleurs et montre

  • Regarder des émissions de voyages telles que:

– Echappées belles 

Des trains pas comme les autres

– J’irai dormir chez vous

  • Visiter des Musées tels que:

-Le Musée des Confluences à Lyon

-Le Musée du Quai Branly à Paris

  • Ecouter des albums de musiques conçus comme des invitations au voyage:

Comme par exemple l’album Amour chien fou  d’Arthur H, qui « raconte une histoire, propose un voyage ». Olivier Lejeune qui l’a interviewé pour le Parisien conseille de « se poser pour savourer pleinement cet album, voyage immobile du Mexique à Tokyo, de Montréal à Bali ».

  • Vivre une expérience Immersive

La chaîne d’hôtels Marriott a ainsi imaginé des « télétransporteurs » qui permettent de voyager à Hawaï, en enfilant un casque numérique. D’après le site les Echos, il s’agit d’une « expérience immersive en haute définition qui préfigure ce que pourrait devenir le tourisme immobile »…

Homme portant un casque vitruel sur les yeux

 

Voyager vers un Ailleurs imaginé

Pour vivre ce voyage vers un « Ailleurs imaginé », vous pourrez laisser votre esprit vagabonder, vous adonner à la rêverie, voire même rêver.

A l’instar de Baudelaire qui considère que « les plus beaux voyages sont ceux que l’on imagine idéalement loin des contingences et lourdeurs du réel », comme le souligne le site Etudes littéraires. Dans son poème  L’invitation au voyage  des Fleurs du mal, Baudelaire imagine ainsi un ailleurs, où « tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté. »

Gérard de Nerval voyage quant à lui par le rêve qu’il considère comme « une seconde vie » dans Aurélia.

L’état d’esprit du voyageur immobile

Quel que soit le type de voyage immobile que vous explorerez, l’essentiel sera d’adopter un certain état d’esprit, qui consiste à prendre son temps, être curieux, contempler, méditer, se décentrer…

Homme qui médite en position de Y devant la mer

Prendre son temps et contempler

Laurence Devillairs a définit le voyage immobile comme « l’art de ne rien faire » et de « contempler »,  dans sa Chronique philosophique sur RTF. Pour elle, le voyageur immobile a « envie d’avoir du temps à perdre. D’avoir du temps pour ne rien faire. Rien du tout ».  Elle explique ainsi que:

« La plupart du temps, nous enchaînons les jours et les occupations, nous les subissons plus que nous ne les vivons. Contempler, c’est accorder, au contraire, toute son attention aux êtres et aux choses, c’est leur permettre d’exister, leur faire une place. C’est occuper aussi soi-même sa place dans le monde, avec détermination, avec plaisir aussi : je suis là et le monde est là devant moi. »

« Il faut savoir laisser du temps au temps, laisser les choses avoir une durée. Elles en gagneront en intensité »

Méditer

Marie-Edith Laval propose quant à elle de méditer, dans l’ouvrage collectif d’Anne Becel sur l’Invention du voyage:

« La méditation ressemble à s’y méprendre à l’appel de la route : laisser derrière soi son port d’attache, quitter les rivages de l’habitude et de ses certitudes, tracer des chemins dans l’inconnu, s’engager dans une démarche radicale en quête d’un rapport franc et sincère de la vie. Oui, méditer, c’est partir en voyage… avec la curiosité pour guide, l’ouverture comme maître, la confiance comme compagnon et le cœur aventureux ».

Etre curieux

La curiosité est aussi essentielle pour Blaise Hofmanns, qui explique dans l’Invention du voyage:

« On met au ban le quotidien, alors que ce quotidien, justement, est l’assomption héroïque d’un défi, le seul vrai défi. Il est si facile d’être « disponible » à l’autre bout du monde. Le véritable défi du voyage, c’est faire perdurer la curiosité au-delà du retour. »

Par ailleurs, cette curiosité peut aussi être sensuelle. Ainsi, dans la Chanson d’Etienne Daho, de l’album Paris Ailleurs, « Les Voyages immobiles » sont permis par la rencontre charnelle.

 

Nous espérons vous avoir inspiré, et nous vous souhaitons de très beaux voyages immobiles!

 

Pour aller plus loin:

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *