logo-article

Mais leurs yeux dardaient sur Dieu

Zora Neale Hurston

Z. N. Hurston est née en 1891 en Alabama. Elle est romancière et anthropologue, essayiste et dramaturge, elle est noire et féministe, militante et figure de proue du mouvement « Harlem Renaissance ». Selon Toni Morrison, elle est « l’un des plus grand écrivains de notre époque »

Ecrit par une femme afro-américaine en pleine ségrégation raciale, ce roman donne la vie à Janie Mae Crawford, petite fille d’esclave née d’un viol et élevée par sa grand-mère. Tout d’abord son enfance insouciante où, élevée avec les enfants d’employeur blanc, elle ne se voit pas noire…Puis arrive (trop vite) l’adolescence, fini de rêver, il faut trouver un mari pour se mettre à l’abri, pour ne pas finir comme sa mère disparue.

Vont suivre trois mariages : le premier avec le vieux Logan Killick, choisi par Nanny, la grand-mère. C’est loin d’être un mariage réussi, le mari est trop fruste et ne comprend rien aux femmes. Après, il y a Joe Starks, un fringant jeune homme qui se laisse dévorer par ses ambitions politiques, au détriment de sa vie familiale. Quand arrive le tour de Tea Cake, Janie est déjà une femme mûre, mais son besoin d’émancipation et de liberté reste intact.

Au roman d’émancipation, de soif de liberté, de volonté farouche d’égalité entre les hommes et les femmes, s’ajoute  une vraie découverte au niveau du style : le roman est écrit dans une langue parlée, « black english », étonnante, drôle, savoureuse, dans l’audacieuse et magistrale traduction de Sika Fakambi.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *