logo-article

Django

Etienne COMAR

Pendant l'occupation, la musique doit-elle choisir son camp ?

En cette année 1943 sous occupation allemande, le musicien tsigane Django Reinhardt enflamme les nuits musicales de Paris.

Le nouveau « king of swing », autodidacte, ne sachant pas lire une partition et à la technique de jeu particulière suite à un accident ne vit « que » pour la musique.

La musique de ce jazzman manouche plaît beaucoup, et notamment aux gradés de l’armée allemande qui souhaitent programmer une série de ses concerts à Berlin.

Va-t-il aller jouer là-bas alors que sa communauté est pourchassée par les allemands ?

Comment se déroulera la suite de sa vie ? Son souhait de ne se concentrer que sur la musique sera-t-il réalisable alors que le chaos gronde aux alentours ?

Ce film présente un double portrait, à la fois artistique de cet artiste hors pair, et historique, à travers le sort réservé à la communauté tsigane durant cette période de conflit, peu souvent exposé.

De plus, la relation entre le musicien et la résistante Louise de Klerk permet de mieux comprendre le rôle du réseau la « résistance française ».

Le dévouement, les sacrifices acceptés par cette femme, traduisent bien le courage dont devait faire preuve une partie de la population pour espérer survivre, et par la suite gagner la guerre.

Bref, les bonnes raisons de voir ce film sont nombreuses !

Si vous avez envie de le voir, vous souhaiterez peut-être aussi connaître les autres documents concernant notre héros disponibles à la bibliothèque municipale de Lyon.

En attendant, pour égayer cette période de confinement, vous pouvez écouter différents morceaux de ce maître du jazz en accès libre ici :

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thèmes :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *