Météorologie

La Niña

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - Modifié le 04/02/2021 par Dpt Sciences et Tech

Vous avez sans doute déjà entendu parler d’El Niño, mais connaissez-vous La Niña ? Ce phénomène pourrait expliquer cet hiver froid que nous rencontrons depuis la fin de l’année 2020, et dont nous avions perdu l’habitude…

Les phénomènes El Nino et La Nina
Les phénomènes El Nino et La Nina - Wikipedia

La survenue du phénomène La Niña avait été confirmée le 29 octobre 2020 par l’Organisation Mondiale de la Météorologie (OMM) au travers d’un communiqué, La Niña est bien là.

El Niño et La Niña désignent tous les deux un phénomène océanique de très grande échelle se passant dans le Pacifique équatorial. Ce phénomène impacte le régime des vents, la température de l’eau, les précipitations et a de nombreuses conséquences climatiques sur la planète. L’un est pourtant l’inverse de l’autre, El Niño se caractérisant par des températures anormalement élevées de l’eau dans la partie Est de l’océan Pacifique Sud, La Niña par une température anormalement basse des eaux du Pacifique centre, générant des épisodes climatiques souvent plus soutenus qu’en temps normal. Les deux alternent, mais leur périodicité est irrégulière. Ce sont des phénomènes très complexes qui font encore l’objet de multiples recherches scientifiques pour en découvrir les causes et conséquences exactes, et leur lien avec le changement climatique en cours.

La Niña a généralement pour effet de refroidir la température à échelle mondiale et de provoquer des intempéries, notamment des ouragans. D’où également cet hiver froid depuis fin 2020 en Europe, dont nous avions perdu l’habitude mais pourtant simplement « de saison ». Car le refroidissement attribué habituellement à La Niña est largement compensé par la chaleur retenue dans l’atmosphère par les gaz à effet de serre. Désormais, les années « à Niña » seront aussi chaudes ou même plus chaudes que les années « à Niño ». Ainsi l’effet de La Niña sur la fin de l’année 2020 n’a pas tellement joué pour abaisser la moyenne annuelle des températures terrestres, puisque 2020 a été enregistrée comme année la plus chaude de l’histoire (ex-aequo avec 2016, qui déjà avait été perçue comme extrême).

Pour aller plus loin

La mer, comment ça marche ? Eau, glace, climat, marées, icebergs, El Niño / Petra Demmler (Delachaux et Niestlé, 2013)

Climats : passé, présent, futur / Marie-Antoinette Mélières, Chloé Maréchal (Belin, 2020). Voir aussi la conférence donnée par Chloé Maréchal à la Bibliothèque municipale de Lyon en 2020

La météo expliquée / Jean Nicolas (Cépaduès-éditions, 2018)

Météo extrême : au cœur des phénomènes climatiques spectaculaires / Guillaume Séchet (Hugo Image, 2019)

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *