Allélopathie

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - Modifié le 02/06/2021 par S&T

Terme scientifique lié au domaine de la botanique, l'allélopathie est une zone encore peu explorée. Pourtant, cette notion est porteuse de bien des promesses pour comprendre les interactions entre les végétaux.

Pixabay

L’allélopathie est l’ensemble des interactions biochimiques directes ou indirectes, positives (se protéger entre elles) ou négatives (se porter préjudice) entre les plantes ou les micro-organismes les entourant.

Ce terme, dérivé du grec allelo (« l’un l’autre ») et pathos (« souffrance ») est utilisé pour la première fois en 1937 par un professeur autrichien Hans Molisch.

« Les composés biochimiques essentiels à la vie de la plante ne sont pas concernés par le processus, l’organisme utilise les métabolites secondaires pour leurs fonctions de défense ou de communication. Les plantes parviennent ainsi à se prévenir d’un danger, à libérer des substances pour attirer le prédateur de leur ravageur ou inhiber la pousse d’autres végétaux dans leur environnement direct pour éviter la concurrence. »

Source : https://www.aujardin.info

Ainsi, les pins produisent des substances chimiques afin d’inhiber le développement des jeunes pousses qui grandissent trop près de la plante mère.

Le phénomène naturel appelé « couronne de timidité » ou « timidité des cimes » qui permet aux branches et aux racines de certains arbres de ne pas se toucher est également le résultat de l’allélopathie.

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *