Voici l’été et ses insectes qui piquent !

- temps de lecture approximatif de 6 minutes 6 min - Modifié le 31/07/2020 par scorroyer

Comment les soigner ou les éviter

abeilles
abeilles

C’est l’été, les températures sont élevées et nous en profitons pour nous aérer, nous promener, manger en terrasse en cette période de déconfinement. En profitant de l’extérieur, nous nous exposons davantage au risque des différentes piqûres d’insectes. Celles-ci sont souvent sans conséquences graves, limitées à des démangeaisons ou de faibles douleurs, sauf dans le cas de personnes allergiques.

Les moustiques, guêpes, abeilles, aoûtats, et autres sont prêts à nous piquer dès que l’occasion se présente comme nous allons le voir maintenant.

Le moustique

Le moustique, principal « ennemi » de nos soirées en terrasse, nous poursuit lorsqu’il perçoit le dioxyde de carbone que l’on expire par la bouche. Il peut repérer le CO2 jusqu’à environ 10 mètres de distance.

Ce sont les moustiques femelles qui nous piquent, après l’accouplement, car le sang récolté va être une source de protéines pour aider à la maturation de ses oeufs, selon l’Entente Interdépartementale de Démoustication Rhône-Alpes.

Les odeurs du corps sont également importantes pour cet insecte car « chaque moustique a un odorat très développé, et une perception différente des odeurs que notre corps dégage », selon Stéphane Robert.

Les femmes et les moustiques : pourquoi les femmes attirent-elles plus les moustiques ?

Après avoir perçu l’odeur du dioxyde de carbone exhalé par une personne, le moustique va essayer de percevoir la chaleur corporelle, ainsi que l’éventuelle humidité liée à la transpiration pour choisir sa proie.

Le moustique privilégiera le choix d’une personne à la peau fine, donc plutôt celle d’une femme, plus facile à percer, selon futura-sciences.com.

Selon sante.journaldesfemmes.fr, les femmes enceintes émettent 20% de dioxyde de carbone en plus que les autres personnes. Elles sont donc plus sujettes aux piqûres de moustiques que le reste de la population.

Un penchant pour les couleurs sombres

Les moustiques préfèrent généralement les couleurs sombres, d’après doctissimo.fr. Privilégiez donc les couleurs claires, pour accéder à plus de tranquillité lors de vos soirées en plein air.

O, un groupe sanguin « sucré » et attirant

En 2004, une étude menée au Japon a démontré que les personnes du groupe sanguin O, étaient plus susceptibles d’être attaquées par des moustiques « tigres », car leur chimie corporelle produit plus de glucides. D’après eux, les personnes du groupe sanguin O ont 85% de « chances » d’attirer les moustiques, contre moins de 45% pour les autres.

Pour en savoir plus sur le moustique tigre, vous pouvez consulter cette brève paru sur l’influx : « Moustique tigre : l’Anses demande de le signaler en photo« , ainsi que la réponse du guichet du savoir : « Moustique et sida »

L’importance de la sécheresse

Une étude publiée le 23 juillet dans la revue « Current Biology » par des chercheurs de l’université de Princeton aux Etats-Unis a montré que les moustiques sont, dans les endroits où la saison sèche est plus importante, plus attirés par les humains que par les animaux, selon le site pourquoidocteur.fr.

La densité de population, un autre facteur important

De plus, cet article nous apprend que ces insectes apprécient plus les humains dans les zones urbaines à fortes densités de population que dans les zones rurales.

Les piqûres de guêpes

Les guêpes, après leur hibernation, se réveillent au début du printemps, et sévissent jusqu’au mois d’octobre. Les guêpes piquent principalement pour se défendre. Leur piqûre entraîne tout de suite une douleur, ainsi que la formation d’un œdème dans la zone piquée.

En cas de piqûre, il est important de désinfecter la plaie. Appliquer des glaçons sur celle-ci permet également de diminuer la douleur. L’application, par la suite d’une pommade contenant une légère dose de cortisone peut également s’avérer utile.

Ceci est d’ailleurs valable pour l’ensemble des piqûres d’insectes que nous énumérons aujourd’hui.

En cas d’allergie, la réaction est plus importante. Si des articulations se situent proche de la piqûre, elles peuvent gonfler. La personne touchée peut également avoir de l’urticaire (plaques rouges qui démangent).

Si la personne souffre de malaises, de vertiges liés à une chute de tension, de nausées, elle aura peut-être subi un choc anaphylactique.. Une injection d’adrénaline intramusculaire doit alors être effectuée pour soulager cette personne.

Pour mieux connaître les différentes « familles de guêpes, vous pouvez lire l’article « Guêpes à longues pattes » du guichet du savoir.

Les piqûres d’abeilles

Une abeille, lorsque elle vous pique, peut laisser son dard, contrairement à la guêpe. La première des choses à faire est de retirer celui-ci avec un maximum de précautions, comme nous l’explique le docteur Louis Teulières « Il  est préférable de retirer le dard à l’aide d’un coton imbibé d’une solution antiseptique ou d’une pince à épiler préalablement désinfectée ». Il faudra ensuite nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon, puis y poser une compresse froide, et enfin appliquer de la crème cicatrisante. Si vous êtes piqués sur une zone sensible comme la gorge, la bouche ou les yeux, rendez-vous rapidement aux urgences ou contactez un médecin.

Les différentes réactions allergiques possibles sont identiques à celles d’une piqûre de guêpes, et nécessite également la consultation d’un spécialiste de la santé.

Si vous souhaitez en savoir plus sur cet insecte, vous pouvez consulter ces 2 réponses du guichet du savoir :

Les piqûres de tiques

Autre insecte présent durant l’été, la tique fait partie de la famille des arachnides, comme les acariens et les araignées. Elle est hématophage, et nous pique pour se nourrir de notre sang.

Les tiques vivent dans les zones boisées et humides telles que les forêts, les hautes herbes des prairies, les parcs et les jardins. Elles sont présentent du printemps à la fin de l’automne.

La piqûre de tiques se caractérise par une petite rougeur avec une pointe noire au milieu. Elle est dangereuse et redoutée car elle peut transmettre la maladie de Lyme. Si elle porte la bactérie « borrelia », elle est porteuse de cette maladie. Celle-ci provoque des douleurs au niveau des articulations qui peuvent entraîner jusqu’à une paralysie des membres.

En cas de piqûre, une fois la tique retirée, comme pour les autres insectes, il est important de nettoyer la plaie, avec de l’eau et du savon, et de la désinfecter.

Pour en savoir plus, nous vous conseillons de lire cette réponse du guichet du savoir : « La tique utile ? »

Les piqûres d’aoûtats

L’aoûtat fait partie de la famille des acariens. L’adulte n’est pas dangereux, c’est la larve qui nous mord douloureusement. Ces petites bêtes, à peine visibles à l’œil nu, se retrouvent sur notre gazon, dans les zones ombragées, les vergers, et proches des zones humides comme les piscines où les étangs.

Quand une larve nous mord, elle injecte sa salive et cela provoque des petits boutons, rouges et boursouflés, qui apparaissent alignés ou en cercles au bout de quelques heures.

Après 20 à 30 heures suite à la morsure, des démangeaisons peuvent apparaître.

Cet acarien apprécie tout particulièrement les zones de la peau qui sont humides et couvertes : aine, aisselles, derrière les genoux….

La morsure de cet acarien provoquera les mêmes symptômes que celle d’une piqûre de moustique, mais les démangeaisons peuvent durer plus longtemps, et se prolonger au-delà d’une semaine.

Pour éviter ces acariens, il convient de porter des habits longs et couvrants en promenade, et de bien penser à prévoir une couverture lors d’un pique-nique. De plus, le talc, appliqué sur les vêtements, ou des huiles essentielles comme l’eucalyptus ou la lavande permettent d’éloigner ces insectes.

Pour mieux comprendre le fonctionnement de cet insecte, la lecture de ce très bon article du guichet du savoir : « Aoûtat » peut s’avérer utile.

Enfin, pour éviter ces différents petits désagréments estivaux, nous vous proposons quelques conseils simples à appliquer durant l’été :

  • Porter des chaussures, et ne pas se promener pieds nus, surtout dans l’herbe
  • Eviter de porter des substances telles que les parfums, laques ou crèmes solaires parfumées
  • Rester à distance des poubelles mal fermées
  • Rester calme, sans faire de gestes brusques si un insecte vous tourne autour
  • Si vous êtes allergique, évitez de manger à l’extérieur

Pour aller plus loin, vous pouvez, d’une part, consulter nos ouvrages sur les piqûres d’insectes, disponibles à la bibliothèque municipale de Lyon.

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *