Sociologie

Les questions de société en revues et magazines

- temps de lecture approximatif de 5 minutes 5 min - Modifié le 16/06/2021 par Karine

Le sociologue comme tout autre chercheur publie le résultat de ses travaux dans des revues à destination de ses pairs. L’histoire de la publication scientifique en sciences humaines et sociales est marquée par des revues de référence comme L’année sociologique fondée en 1898 par Emile Durkheim, Actes de la recherche en sciences sociales créée en 1975 par Pierre Bourdieu ou encore Sociologie conçue par Serge Paugam en 2010. Mais il existe des périodiques spécialisés sur des problématiques sociétales à destination d’un large public qui offrent un regard sur notre société à la fois sérieux et accessible. Voici une sélection de quelques titres qui vous donnera un aperçu de la richesse de la proposition des éditeurs de presse dans ce domaine.

moritz320 de Pixabay

L’incontournable

Sciences Humaines se présente comme « le magazine de référence pour comprendre l’humain et la société à travers l’actualité des sciences humaines et sociales ». Né à Auxerre il y a plus de trente ans, ce magazine de vulgarisation scientifique propose des articles de synthèse sur des sujets d’histoire-géographie, de philosophie, de psychologie, de sociologie, de science politique, de communication ou encore d’éducation.

A l’occasion des vingt ans de Sciences Humaines, Héloïse Lhérété, rédactrice en chef, revient sur la genèse du magazine. Au tout début, en 1988, « ce n’est encore qu’une feuille de chou, photocopiée et agrafée au domicile de son fondateur, diffusée dans quelques librairies seulement », portée par une association et sans annonceurs. Aujourd’hui, le périodique publie annuellement 11 numéros, 4 Grands dossiers et 2 hors-séries. Il s’est enrichi d’un site internet et d’un blog où vous pourrez découvrir tous les éditoriaux en libre accès et les sommaires des numéros parus ainsi que certains articles.

Les académiques

Nous avons choisi deux revues scientifiques qui offrent des opportunités de lecture accessibles dès la première année d’étude universitaire.

La revue Actes de la recherche en sciences sociales étudie les rapports de domination dans la société en enrichissant la théorie par l’expérience. Editée par Le Seuil, cette revue « entend incarner une sociologie en actes, qui n’aborde pas les problèmes les plus abstraits et les plus généraux dans l’espace pur de la théorie, mais soumet les objets empiriques à une analyse approfondie ». Dans un grand format et illustrée en noir et blanc, elle publie des dossiers thématiques où chaque article fait l’objet d’un résumé en fin de numéro.

 

Sociétés contemporaines est une revue généraliste et pluridisciplinaire de sciences sociales qui a vu le jour en 1990. La revue ne se réclame d’aucune école et s’attache « à ce que les dossiers présentent une pluralité d’approches théoriques ». Elle s’adresse à un large public : étudiants, enseignants, chercheurs mais aussi « à toute personne intéressée par la réflexion sur les sociétés actuelles et leurs changements ».

Dans un format classique, Sociétés contemporaine intègre des dossiers thématiques et un ou deux articles sur des problématiques variées. En 2020, elle a publié un dossier sur la morphologie et les styles de vie des classes populaires (n° 114), sur la corporéité au travail (n° 117) ou encore sur le mépris de classe (n° 119).

Pour de plus amples explorations, il existe différents portails de revues en Sciences humaines et sociales qui offrent un accès en ligne à de nombreux titres et articles : CAIRN, Persée, Erudit, OpenEdition Journals.

Les thématiques

Spécialiste d’un sujet ou simplement intéressé par une question qui agite notre société, vous trouverez dans les kiosques de nombreuses revues et magazines thématiques qui nourriront votre réflexion.

Féminisme

Puisque l’ère est aux revendications féministes, focalisons-nous sur ce magazine consacré aux « femmes agissantes ». Le bimestriel Femmes ici et ailleurs « propose une information généraliste qui met en lumière les femmes, d’hier et d’aujourd’hui, partout dans le monde, dans toutes leurs diversités » Avec son iconographie soignée, ce magazine fourmille d’informations, de la plus élémentaire à la plus stupéfiante. Saviez-vous par exemple que le festival 2021 de la bande dessinée d’Angoulême compte pour la première fois 26 % de femmes participantes ou encore que le recours à l’avortement a conduit plus de 600 femmes en prison au Salvador depuis 1998 ?

Au détour d’un reportage ou d’une interview, vous découvrirez aussi le combat d’une réfugiée politique nord-coréenne ou vous rencontrerez un homme assistant maternel (à lire dans le numéro 41 de janvier-févier 2021). L’originalité de ce magazine, c’est qu’il permet à ses lecteurs d’adhérer au Club Femmes ici et ailleurs pour participer à des rassemblements et à des évènements. De quoi éveiller un peu plus sa conscience féministe !

Sur la même thématique, la toute jeune revue La Déferlante se positionne comme un média grand public, féministe et militant. Fondée et dirigée par quatre femmes, ce trimestriel indépendant « pense l’époque au prisme du genre et analyse la société dans une perspective féministe ».  Dans une interview donnée à Radio Parleur, Marie Barbier, l’une des co-fondatrices, décrit La Déferlante comme un lieu de rencontre des luttes féministes mondiales où se croisent les regards différents de chercheurs, de militantes, de journalistes. Pour rendre compte de la richesse des combats féministes, la revue laisse place à de nombreux formats journalistes (récits, enquêtes, portraits, reportages, bande dessinée…). Le titre de la revue fait référence au « bouillonnement actuel » post #MeToo mais aussi aux différentes vagues féministes. Pour ses fondatrices, ce titre c’est aussi la revendication d’une expression libre car oui La Déferlante entend bien faire des vagues.

Monde carcéral

Dans un registre tout aussi militant et engagé, l’Observatoire International de Prisons (OIP) publie sa revue Dedans-Dehors. L’OIP est une organisation non gouvernementale qui œuvre pour la défense des droits et de la dignité des personnes détenues. En France, les conditions de détention ne cessent de faire débat. A la veille des présidentielles de 2017, Libération revient sur la question épineuse de la surpopulation des prisons.

En 2019, Le Figaro rapporte que selon le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) « les droits fondamentaux des détenus sont «quotidiennement» mis à l’épreuve le soir venu. » En 2020, le site d’information Vie-publique.fr se fait l’écho de la condamnation de la France par La Cour européenne des droits de l’homme pour des « conditions de détention inhumaines et dégradantes ». L’incarcération concerne 70 000 personnes en France, c’est dire si la peine et l’emprisonnement revêtent des enjeux sociaux et politiques majeurs. La revue Dedans Dehors (sans oublier son blog) enquête, dénonce et donne la parole aux personnes incarcérées.

Culture et pratiques culturelles

« Pour les sociologues, les pratiques culturelles correspondent à un type particulier de pratiques sociales qui concernent les activités intellectuelles et artistiques » (Sciences sociales ; Editions Sirey).

La revue L’Observatoire est l’un des rares périodiques à investir le champ culturel. Editée deux fois par an par l’organisme national l’Observatoire des Politiques Culturelles (OPC), cette revue « décrypte les enjeux artistiques et culturels d’aujourd’hui au regard des transformations de la société et des politiques publiques. » Elle s’adresse à tous ceux et toutes celles qui s’intéressent à la vie culturelle en générale : élus, acteurs culturels, artistes, étudiants… Chaque numéro propose un dossier thématique d’une centaine de pages et une bibliographie.

Pour en savoir plus sur l’OPC :

Signalons également la revue en ligne Culture et Recherche,  publication en accès libre du Ministère de la Culture destinée à l’enseignement supérieur.

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *