La Commune de Paris

18 mars - 28 mai 1871

- temps de lecture approximatif de 3 minutes 3 min - par Silomoderne

*

Barricade boulevard Voltaire
Barricade boulevard Voltaire

Retranchée dans le pli de nos mémoires, quelque fois l’évènement se rappelle à nous, même si ce n’est que par intermittence, la « Commune de Paris » fut ce moment inouï et fragile de l’histoire de France où l’on assista, au vu des circonstances politiques, à une prise de pouvoir fait par le peuple de Paris contre le gouvernement provisoire d’Adolphe Thiers.

La Commune de Paris débutera le 18 mars 1871 et s’achèvera durant la semaine sanglante du 21 au 28 mai 1871 où les Versaillais réprimeront férocement, avec une violence exceptionnelle, les insurgés.

Le contexte historique de ce XIXe siècle accumule les remous politiques entre restauration monarchique, empire et proclamation de républiques sociales, révolutions sociales. Aux prémisses historiques de cet évènement, on retrouve la défaite française de la guerre franco-prussienne de 1870, le droit donné aux troupes allemandes de défiler dans Paris ressenti comme une humiliation, et le siège de Paris par les vainqueurs.

La perte de l’Alsace et de la Moselle, entérinée par un vote à l’Assemblée Nationale dès le 1er mars 1871* (préliminaires de paix), est très mal acceptée par bon nombre de parisiens et de français. Un nombre important d’alsaciens participeront à l’édification de la Commune. Cette décision d’annexion d’une partie de la France sera définitivement actée au moment de la signature du traité de paix, appelé aussi Traité de Francfort le 10 mai 1871

L’épisode fondateur et déclencheur de la Commune de Paris, le fameux soulèvement du 18 mars 1871, est directement lié à la décision prise par Adolphe Thiers de récupérer les canons qui se trouvaient à Montmartre.

« La garde nationale les a disposés sur les buttes de Montmartre et de Belleville pour les mettre hors d’atteinte des Prussiens lors de leur entrée dans la capitale »

Cette insurrection communaliste donne l’occasion aux parisiens de mettre en place un gouvernement révolutionnaire, opposé à celui de Versailles, proche d’un régime socialiste, autogéré, en tous les cas, idoine à leurs aspirations politiques.

Cette nouvelle version politique et sociale ressemble à une énième tentative d’instaurer un régime proche des préoccupations de tous (communes à tous), identiques en partie à celles qui naquirent au moment de la Révolution française (1er République), ou encore des espoirs qui apparurent au moment de la Révolution de février 1848, (2e République et fin de la Monarchie de Juillet). Cette énième épisode révolutionnaire s’achève par la répression violente d’ouvriers en juin 1848 (révolte d’ouvriers parisiens contre la fermeture des ateliers nationaux), tout comme la Commune se clôturera par un bain de sang.

Paris la Rouge se meurt dans d’effroyables contorsions de douleurs et de souffrances, la répression est sanglante, la Commune est vaincue le 28 mai 1871.

« Bientôt de la caserne Lobau le sang en deux ruisseaux s’en alla vers la Seine ; longtemps il y coula rouge », Louise Michel, La Commune, histoire et souvenirs

 


 

*Les préliminaires signés à Versailles entre Bismarck et Thiers (26 février1871) sont acceptés par l’Assemblée nationale, à Bordeaux, dès le 1er mars, afin d’éviter une entrée triomphale des Allemands dans Paris. Les négociations sont reprises à Bruxelles (28 mars-24 avril) et continuées à Francfort par Jules Favre, ministre des Affaires étrangères, et Pouyer-Quertier, ministre des Finances (6-10 mai).

 

Pour aller plus loin :

Histoire de la Commune de 1871 / Prosper-Olivier Lissagaray ; av.-propos de Jean Maitron

La Commune de Paris : 1871 / William Serman

La Commune de Paris racontée par les Parisiens / Jean-François Lecaillon

Histoire populaire et parlementaire de la Commune de Paris / Arthur Arnould

Une tragédie française : la Commune de Paris de 1871 / Gérald Dittmar

1871 [Mille huit cent soixante-et-onze] : la commune de Paris

Aux origines du socialisme moderne : la première Internationale, la Commune de Paris, l’exil : Recherches et travaux / Michel Cordillot

De Paris à Nouméa : l’histoire des communards de la Commune de Paris déportés en Nouvelle-Calédonie / textes Hélène Duparc ; iconographie Pierre Barthélémy Alibert

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *