Le chiffre du mois

85% de tirs à droite du gardien

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - Modifié le 28/06/2016 par Michel W.

C'est le chiffre que tout gardien de but qui se respecte doit savoir pour arrêter un penalty de Cristiano Ronaldo.

Cristiano Ronaldo
Cristiano Ronaldo Photo par Jan SOLO, CC BY-SA 2.0

Par un soir pluvieux le 21 mai 2008 à Moscou, les clubs anglais de Manchester United et de Chelsea s’affrontent en finale de la ligue des champions. Le match s’est achevé sur un nul et la finale va se joueur aux penaltys. Peu de gens le savent, mais le club de Chelsea avait reçu avant le match un rapport détaillé de l’économiste basque Ignacio Palacios-Huerta sur les habitudes des joueurs de Manchester United en matière de penaltys. Dans son rapport, l’économiste observe que Ronaldo s’arrête souvent dans sa course vers le ballon. Dans ce dernier cas, il est vraisemblable qu’il tire à droite du gardien dans 85% des cas. Petr Cech, le gardien de Chelsea, plonge du bon côté :

Mais l’économiste ne s’ést pas contenté d’analyser le comportement de Ronaldo. A propos de Van der Sar, le gardien adverse, il observe que celui-ci a tendance à plonger à sa droite face à un droitier et à sa gauche face à un gaucher. Les joueurs de Chelsea ont donc plus de chances de marquer s’ils tirent dans la direction opposée, ce qu’ils font pratiquement tous avec succès ! On en est maintenant au sixième penalty et c’est au tour de Nicolas Anelka de tirer pour Chelsea. S’il rate, Manchester United remporte la ligue des champions. Après plusieurs penaltys, Van der Sar a eu le temps de comprendre que Chelsea suit une stratégie. Lorsqu’Anelka se prépare pour tirer son penalty, le grand gardien hollandais pointe du doigt son côté gauche avec la main gauche, l’air de dire : « je sais où tu vas la mettre ! ». Déstabilisé, Anelka est confronté à un dilemme : il sait que Van der Sar sait qu’il sait (ou il s’en doute, vous me suivez ?). Il décide donc de ne pas suivre la stratégie de l’économiste et tire à droite de Van der sar. Celui-ci stoppe sa frappe, au grand soulagement d’un Ronaldo tout penaud :

Devant sa télévision, Ignacio n’en revient pas. Anelka a cédé sous la pression de Van der Sar qui l’a contraint à changer ses plans. Pour l’économiste, cette situation sert à illustrer parfaitement la théorie des jeux dans sa forme la plus basique, en particulier le théorème minimax de von Neumann. C’est ce que l’on peut découvrir dans son livre L’Economie expliquée par le foot, mais aussi dans Les attaquants les plus chers ne sont pas ceux qui marquent le plus de Simon Kuper et Stefan Szymanski qui analyse au passage les facteurs qui ont fait de l’Olympique Lyonnais un modèle de réussite économique parmi les clubs de football européens.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *