Histoires du panafricanisme et de l’afrocentrisme

L’Afrique aux Africains !

- temps de lecture approximatif de 5 minutes 5 min - Modifié le 01/07/2017 par Département Civilisation

Pour alimenter la réflexion sur l’histoire de l'Afrique et des Africain-es, il semble intéressant de questionner le panafricanisme et l’afrocentrisme. En effet, ce sont des sujets fondamentaux et l'historien Amzat Boukari-Yabara affirme que si l'on "veut écrire l’histoire de l’Afrique, il faut partir du panafricanisme" ou encore que "l’histoire contemporaine de l’Afrique, c’est le panafricanisme".

Slogan panafricain sur un mur - Africa Unite !

Le panafricanisme s’inscrit dans un temps long, puisqu’il naît à la fin du XVIIIe siècle de la solidarité entre les déportés noirs de la Traite atlantique. Il se développe au XIXe siècle de façon concomitante avec le libéralisme et le socialisme. Face au colonialisme, sorte d’esclavage à domicile, au racisme et à la ségrégation, le panafricanisme s’est organisé et a œuvré tout au long du XXe siècle jusqu’aux espoirs et aux désillusions des indépendances. Les objectifs étaient la solidarité, l’émancipation et l’unité des populations noires du monde qu’elles soient africaines, afro-américaines ou afro-caribéennes.

La conférence de Berlin : le chancelier Bismarck partageant le gâteau africain. Caricature de Draner pour l'Illustration, 1885

La conférence de Berlin : le chancelier Bismarck partageant le gâteau africain. Caricature de Draner pour l’Illustration, 1885

De même, l’afrocentrisme s’est construit contre l’eurocentrisme et la suprématie blanche, pour l’autodétermination des peuples noirs et la réappropriation de leur histoire. S’il a connu sa plus forte diffusion, notamment universitaire, dans les années 90 aux Etats-Unis, il s’inscrit aussi dans l’histoire et le long parcours des populations de la diaspora africaine pour retrouver des traces d’Afrique, pour incarner son héritage et pour penser le monde d’un point de vue africain.

En ce sens, ces deux mouvements semblent être les deux faces d’une même pièce, mais ils n’en ont pas moins eu des divergences entre eux et en leur sein.

Et pour cause, car au-delà des différences de contextes, de personnalités et de formes d’expression, ils posent des questions complexes. Qu’est-ce qu’être noir-e ? Qu’est-ce que l’identité africaine ? Questions qui font appel à la mémoire, à l’expérience, à l’imaginaire, au politique. Et des multiples réponses à ces questions ont découlé divers modes de pensées, d’action et d’organisation pour arriver à l’objectif initial commun : l’émancipation, la solidarité et l’unité.

Aussi faire œuvre d’histoire et de sociologie, écrire des généalogies, dresser des portraits, décrire des milieux et des pratiques, analyser des idées et des controverses, tout cela est précieux pour mieux comprendre et mieux se saisir de cet héritage aujourd’hui.

Deux auteurs ont renouvelé à leur manière les perspectives sur ces deux courants :

Amzat Boukari-Yabara est historien, docteur du Centre d’études africaines de l’EHESS. Sa thèse a porté sur la vie, politique et intellectuelle de l’historien guyanien Walter Rodney et il travaille sur les divers aspects du panafricanisme et des mouvements révolutionnaires contemporains. Il a publié un livre qui a obtenu un grand succès « Africa Unite ! Une histoire du panafricanisme » à La Découverte en 2014 et qui vient de sortir en édition de poche.

Sarah Fila-Bakabadio est historienne, spécialiste de l’histoire afro-américaine, et maîtresse de conférence en civilisation américaine à l’université Cergy-Pontoise. Elle travaille notamment sur les constructions identitaires et les appartenances culturelles chez les afro-américains et a publié sa thèse sous le titre « Africa on My Mind : histoire sociale de l’afrocentrisme aux Etats-Unis » aux éditions Les Indes savantes en 2016.

 La bibliothèque municipale de Lyon a organisé le 18 mai 2017 en partenariat avec le Centre d’études postcoloniales de Lyon un café-débat avec ces deux auteurs.

Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo du café-débat en ligne sur le site de la BmL.

 

Autres regards…

Nous vous conseillons le documentaire de William Klein daté de 1969, sur le Festival panafricain d’Alger, un film beau et fort, ouvertement militant, donnant à voir les festivités et les figures de cet évènement hors du commun, réunissant des délégations de tous les pays africains, mêlant artistes, intellectuels et politiques… Un document précieux car « il permet de partager concrètement ce moment passé et politiquement périmé où l’utopie était encore de l’ordre du possible. »

Dans un autre registre, deux textes, une lettre et un roman, qui interrogent les questions de la condition noire, du lien entre la diaspora et l’Afrique et témoignent des milieux afrocentristes aux Etats-Unis et en France :

Une colère noire : lettre à mon fils / Ta-Nehisi Coates

Tels des astres éteints / Léonora Miano

Enfin, un numéro de la revue Africultures qui interroge une autre notion : l’Afropéanisme

Pour aller plus loin sur le panafricanisme et l’afrocentrisme :

Le Panafricanisme / Philippe Decraene

L’hypothèse panafricaniste / Albert Moutoudou

De l’Unité africaine de Nkrumah à l’Union africaine de Kadhafi / Fulbert Sassou Attisso

La naissance du panafricanisme : les racines caraïbes, américaines et africaines du mouvement au XIXe siècle / Oruno D. Lara

Le mouvement panafricaniste au vingtième siècle : recueil de textes : contribution à la Conférence des intellectuels d’Afrique et de la Diaspora (Dakar, 7-9 octobre 2004)

Marcus Garvey : père de l’unité africaine des peuples / Têtêvi Godwin Tété-Adjalogo

Cheikh Anta Diop : l’homme et l’oeuvre : aperçu par le texte et par l’image : les racines du futur / Cheikh M’Backé Diop

Kemtiyu [D.V.D.] : Séex Anta, Cheikh Anta / réal. de Ousmane William Mbaye

Afrocentrismes : l’histoire des Africains entre Egypte et Amérique / sous la dir. de François-Xavier Fauvelle-Aymar, Jean-Pierre Chrétien et Claude-Hélène Perrot

La mémoire aux enchères : l’idéologie afrocentriste à l’assaut de l’histoire : essai / François-Xavier Fauvelle-Aymar

L’impossible retour  : à propos de l’afrocentrisme / Clarence E. Walker

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *