Une Fabrique de l’innovation : Vélo’v et la « vélorution »

- temps de lecture approximatif de 11 minutes 11 min - Modifié le 25/03/2017 par FGrignoux

La Bibliothèque municipale de Lyon programme du 5 novembre 2013 au 1er mars 2014 une série d'évènements qui parlent des révolutions industrielles en Rhône-Alpes à travers les domaines des pôles de compétitivité : le textile (Techtera), la chimie (Axelera), la plasturgie (Plastipolis), l'automobile et les transports (Lyon Urban Trucks and Bus), les biotechnologies (Lyonbiopôle), et l'image-cinéma (Imaginove). Expositions et rencontres sont regroupées sous le label Une Fabrique de l'innovation.

Le plus grand vélo de piste du monde, 1989 - Copyright Marcos Quinones (Fonds Lyon Figaro)
Le plus grand vélo de piste du monde, 1989 - Copyright Marcos Quinones (Fonds Lyon Figaro)


Sommaire

1. Le vélo : accessoire de l’hyper mobilité

2. Le réseau cyclable lyonnais
-2.1 Une politique d’espace public
-2.2 Une offre de qualité mais au compte-goutte

3. Une offre de services multipliée

-3.1 Vélo’v : 8 ans déjà !
-3.2 Cyclopousse
-3.3 Le Cyclopolitain
-3.4 Un foisonnement associatif

4. Lyon et la « vélorution »

Aller plus loin

 

JPEG - 14.9 ko

Chacun s’accordera pour admettre que le vélo est de plus en plus présent dans nos rues (et sur nos trottoirs). Il a gagné le droit d’être considéré comme un véritable moyen de locomotion urbain. Entre 1995 et 2012, la part des déplacements à vélo à triplé à Lyon, récompensant à leur juste valeur les nombreux efforts de la ville dans le domaine. A l’heure actuelle, les déplacements à bicyclette représentent 1,7 % des déplacements dans l’agglomération lyonnaise, et 2,8 % des déplacements sur les seules communes de Lyon et Villeurbanne.

© Bibliothèque municipale de Lyon [Maison I. Lecomte et fils : atelier de réparation des cycles]

Le vélo : accessoire de l’hyper mobilité

JPEG - 39.8 ko
© Agence d’urbanisme – Lyon

Par le passé le vélo occupait une place très forte dans la part modale des transports français. Dès que la bicyclette sécurisée, confortable, rapide et relativement économique est apparue sur le marché, ce mode de déplacement a su s’imposer à la population. Avec la révolution industrielle notamment le prix des bicyclettes a chuté et l’acquisition en est devenue possible par les ouvriers qui l’utilisaient pour se rendre au travail. Dans les magazines du début du XXe siècle le vélo occupe jusqu’à 10% de l’espace publicitaire. Il est au centre de la société. Jusqu’à l’aube des années 50 la part du vélo s’élevait à 30%. A cette époque, l’automobile n’était pas encore massifiée et l’espace urbain encore assez concentré, empiétant peu sur les espaces ruraux.

 


© Agence d'urbanisme - Lyon

De nos jours, le vélo en « mode actif » n’est pas seulement synonyme de co-responsabilité ou d’urbanité. C’est également une accessibilité à la ville améliorée. Le vélo répond plus justement aux pratiques du quotidien et au plaisir de voir la ville autrement que par le biais des schémas motorisés des transports urbains classiques.

Le vélo à Lyon : état des lieux et prospectives d’après les enseignements de Copenhague et d’Amsterdam. Comment définir une politique vélo définir une politique vélo efficace. Thèse de Martin Benoît soutenue à Sciences Po en 2011. Ce mémoire a pour but de comprendre comment une ville française telle que Lyon et son agglomération peut devenir cyclable, dans le sens où le vélo pourrait occuper une place prépondérante dans la part modale des transports de ses habitants.

Grand Lyon. Vélo. Etude du Grand Lyon qui a souligné notamment que le vélo est le mode de transport idoine pour les déplacements urbains en comparant sa rapidité à celle des autres modes (roller, métro, bus, marche…).

 

Le réseau cyclable lyonnais

Une politique d’espace public
A Lyon, on ne peut pas dire que la notion de Vélo en Libre Accès soit « tombée du ciel » ! Il est le résultat de 15 ans de réflexion sur l’aménagement et le partage de l’espace public.
Lyon est une ville construite autour de la voiture. Une ville parfois « meurtrie » comme en atteste la coupure infligée par le passage de l’autoroute du Soleil, voie hyper-fréquentée, en plein centre-ville. Si l’on ajoute les coupures dues à l’espace naturel (fleuves, collines…), on comprend aisément qu’en matière de vélo, Lyon soit partie de très bas. C’est dans les années 80, sur le modèle de Barcelone, que les élus ont décidé de « reconquérir les espaces emblématiques ». Cette politique de réhabilitation a connu son apogée dans les années 90, permettant de « rompre avec des logiques de cloisonnement » (Jean-Louis Azéma, directeur des espaces publics du Grand Lyon en 2007). Après que la réflexion s’est portée sur les espaces centraux, il a fallu réfléchir à la manière de lier ces grands espaces les uns aux autres.
Dès 1997, le Grand Lyon a montré une véritable volonté de développer de manière significative le réseau cyclable. Après concertation, il a mis en place pour une durée décennale, le Plan de déplacements Urbains (PDU). Ce plan a permis l’amélioration des infrastructures : transports en commun, aménagement des voies et pistes cyclables existantes. Il a fallu également prendre en compte les contraintes liées à la circulation automobile.
Depuis septembre 2009, le Grand Lyon décrit la politique du PDU en faveur des modes de transports non polluants par la mise en place du [actu]@[actu]Plan modes doux 2009-2020, qui constitue un cadre et un référentiel pour la programmation et le suivi des réalisations.. Ce plan est axé sur deux volets principaux : le vélo et la marche.
Au-delà de la mise en œuvre du PDU, la communauté urbaine a choisi de montrer l’exemple à travers la création d’un Plan de Déplacement d’Entreprise (PDE), un micro-PDU à l’échelle d’une administration.

  • Grand Lyon : le vélo à grande échelle, article paru dans Ville & Vélo ; n°29, septembre-octobre 2007. Numéro paru à l’occasion de la Semaine de la mobilité 2007.
  • Une carte interactive pour favoriser ses trajets à vélo dans l’agglomération lyonnais, in Le Progrès de Lyon, 3 juillet 2013. Article paru à l’occasion du lancement de Géovélo, un site Internet et une application gratuite pour Smartphones. L’application permet de calculer son itinéraire et de connaître l’état de disponibilité dans les stations Vélo’v.
  • Onlymoov’ est un service du Grand Lyon pour faciliter les déplacements urbains au sein du territoire grand lyonnais. Il s’appuie sur le Poste Central de régulation du trafic (CRITER) basé dans les locaux de l’Hôtel de Communauté du Grand Lyon. Il propose des informations accessibles en temps réel grâce à des flashs radios, un service d’alerte par mail ou SMS et un numéro vert.

Une offre de qualité mais au compte-goutte

Si les férus de vélo reprochent des créations au compte-goutte, tous s’accordent cependant pour reconnaitre qu’en général les infrastructures (pistes cyclables, bandes de circulation, voies sur berges…) sont de bonne qualité (séparation physique d’avec les voies automobiles, largeur permettant le croisement, feux tricolores aux intersections sensibles…).
Actuellement les pistes cyclables lyonnaises (et dans les proches environs) occupent 320 km. Pour 2014, la Ville prévoit ambitieusement d’atteindre les 520 km (et 920 en 2020 !).
Les prochains chantiers et axes de développement du réseau prévus sont :

  • le Canal de Jonage ;
  • l’est lyonnais ;
  • les passerelles et les tunnels réservés aux modes doux (piétons, vélos, bus) ;
  • le partage de l’espace (voies de bus, zones de vitesse limitée à 20 km/h,…).

Plan des pistes cyclables à télécharger sur le site du Grand Lyon.

Les pistes cyclables du Grand Lyon, pour connaître tous les chantiers et leur état d’avancement, les aménagements réalisés et ceux programmés.

 

Une offre de services multipliée

Vélo’v : 8 ans déjà !

JPEG - 38.2 ko

La mise en place de Vélo’v, au printemps 2005, a fortement contribué à l’augmentation du vélo en ville. Environ 350 stations et 4000 vélos, 60 000 abonnés et jusqu’à 30 000 vélos empruntés chaque jour !

En 2006, le Grand Lyon a reçu le « Gold Award » du vélo mondial à l’occasion du congrès mondial du vélo. Ce prix, décerné par l’association Vélo Mondial vise à récompenser les actions de promotion du vélo et des modes de transports doux.

© Agence d’urbanisme – Lyon

 

Depuis sa création ce service remporte un réel succès auprès de la population. Près de 90% des usagers sont lyonnais ou villeurbannais. Ce mode de déplacement urbain est fortement plébiscité. Il améliore de manière significative la qualité de l’air intra-muros.
Le 8 juin 2013, Vélo’v a fêté ses 8 ans de fonctionnement. Pour l’occasion, une grande journée a été organisée par le Grand Lyon. Après Ben en 2010 et Robert Combas en 2012, c’est un jeune artiste lyonnais Le Gentil Garçon qui a parrainé ce 8e anniversaire.

Pour les 8 ans de Vélo’v, pédalez jusqu’à Fourvière. Le défi était simple, avec un Vélo’v, ralliez la place Bellecour à l’esplanade de Fourvière (1 200 mètres et 150 mètres de dénivelé positive). Loin d’être une compétition, l’événement se présentait surtout comme un challenge personnel. Chacun y allant à son rythme, le but étant d’arriver avec son Vélo’v.

Annivelov, le site de l’événement.

Les 343 stations Vélo’v : et les itinéraires cyclables

Lyon : le Vélo’v du futur pourrait être électrique. Article paru dans Lyon Capitale le 2 juillet dernier. Gilles Vesco (vice-président du Grand Lyon en charge des nouvelles mobilités) souhaite la mise en place à l’horizon 2020 d’un Vélo’v à assistance électrique.

Le Vélo’v : une entreprise lyonnaise. Digne héritier des cycles stéphanois, la mise en place de ce vélo en libre service a redynamisé l’usine des cycles Mercier à Andrézieux-Bouthéon (Loire) dont l’activité était mise à mal par la concurrence asiatique. Cette entreprise a connu la gloire grâce à Raymond Poulidor et obtenu les contrats à Toulouse et Nantes.

Vélo’v Lyon invente la douceur de ville

Cyclopousse

Lancé en 2007 à Villeurbanne, Cyclopousse est un moyen de transport original et novateur à destination des personnes âgées et des personnes ayant des difficultés de marche. 100% écologique et respectueux de l’environnement, ce système de « vélo-taxi » convivial et solidaire, évite l’isolement des seniors et les accompagne dans leurs déplacements de proximité. Ce dispositif favorise les rapports sociaux et intergénérationnels en permettant aux usagers de retisser des liens avec l’extérieur. Service créateur d’emploi, les conducteurs du cyclopousse sont recrutés par le partenaire de l’opération, l’association AREFO, via une entreprise d’insertion.

Lyon, Tassin-la-Demi-Lune et Villeurbanne, sont les seules villes de France à avoir développé un tel service public dédié aux seniors. Cyclopousse propose des trajets dans les quartiers Montchat / Villette-Paul Bert (Lyon 3e), Plateau de la Croix-Rousse (Lyon 4e) et Plateau du Point du Jour / Charcot / La Plaine (Lyon 5e).

En savoir plus sur le site d’AREFO


© Agence d'urbanisme - Lyon

Le Cyclopolitain

Cyclopolitain est la première compagnie de Cyclos nouvelle génération en France. Ces tricycles électriques sont conduits par de jeunes chauffeurs, appelés Cyclonautes, empruntant en priorité les pistes cyclables, les rues piétonnes (à faible allure) mais aussi toutes les voies de circulation.
Ils transportent dans un périmètre incluant la presqu’île de la place Carnot aux pentes de la Croix-Rousse, et le Vieux-Lyon ou encore la Part-Dieu et le parc de la Tête d’Or.


Un foisonnement associatif

Sur le plan associatif, le collectif Pignon sur rue et sa Maison du vélo regroupent de nombreux acteurs de la vie lyonnaise à vélo, comme par exemple les associations La ville à vélo, Lyon vélo, Le Recycleur, atelier vélo participatif et solidaire la Rustine, Vélos & chemins de traverse, Rue de l’avenir ou L’heureux cyclage.

Lyon et la « vélorution »

Partant du constat multiple que la ville est envahie par la voiture, la pollution, que le climat se dérègle et que le prix du pétrole flambe…, un certain nombre de citoyens a choisi de se mobiliser.
La Vélorution est une manifestive menée par une communauté de cyclistes. Elle prône les vertus de la bicyclette, moyen de transport simple, écologique et efficace. C’est une action directe contre la politique du « tout-voiture ». Pour qu’émerge réellement une volonté politique et individuelle de transformer les villes en cités calmes et solidaires.
Que ce soit à vélo, à trottinette, en skate ou à rollers, ils se retrouvent le 4e samedi du mois pour une manifestive à travers les rues de Lyon.

Vélorution Lyon

Le vélo à la reconquête des villes : bréviaire de vélorution tranquille, etc.

 

Aller plus loin

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *