Une Fabrique de l'innovation : Textiles techniques, le futur se tisse aussi en Rhône-Alpes

- temps de lecture approximatif de 39 minutes 39 min - Modifié le 17/06/2016 par FGrignoux

P0546_S_1700.jpg
P0546_S_1700.jpg

La Bibliothèque municipale de Lyon programme du 5 novembre 2013 au 1er mars 2014 une série d’évènements qui parlent des révolutions industrielles en Rhône-Alpes à travers les domaines des pôles de compétitivité : le textile (Techtera), la chimie (Axelera), la plasturgie (Plastipolis), l’automobile et les transports (Lyon Urban Trucks and Bus), les biotechnologies (Lyonbiopôle), et l’image-cinéma (Imaginove). Expositions et rencontres sont regroupées sous le label Une Fabrique de l’innovation.

Les textiles techniques envahissent notre quotidien. Ils sont légers, résistants, hydratants, mais aussi communicants ou thérapeutiques. Associés aux technologies numériques, aux nanotechnologies ou aux biotechnologies, ils deviennent « intelligents ». Imaginez alors les infinies possibilités : des fibres textiles convertissant la chaleur humaine en électricité (Sofileta), des textiles lumineux en fibres optiques utilisés pour le traitement de la jaunisse du nouveau-né (Brochier Technologies), des gants anti-coupures en fils composites de verre et d’inox (Massebeuf Textiles), des tissus aux propriétés amincissantes… Tous ces textiles imaginés par les industriels, hier encore à l’état de prototype, existent pourtant bel et bien.



Sommaire

1. De la fibre traditionnelle aux textiles techniques

2. Textiles techniques : la force de l’innovation

3. Les domaines d’emploi (par l’exemple)
- 3.1. Agriculture
- 3.2. Géotextiles
- 3.3. Construction et bâtiment
- 3.4. Industrie et emballages
- 3.5. Médical et santé
- 3.6. Protection individuelle
- 3.7. Sports et loisirs
- 3.8. Transports

4. Défense et valorisation des textiles à usage technique (TUT)
- 4.1. La région Rhône-Alpes, leader de la filière
- 4.2. Un pôle de compétitivité : Techtera
- 4.3. Des centres de formation
- 4.4. Une plateforme technologique : TEXT’IN

5. Les essentiels à la Bibliothèque de Lyon

Le temps d’une exposition, le Musée du tissage et de la soierie de Bussières (Loire) revient sur cette industrie florissante, celle des textiles techniques et fonctionnels. Une filière où la France se place au quatrième rang des pays producteurs, mais où les deux tiers de la production nationale sont réalisés en Rhône-Alpes – région leader des textiles techniques – par environ 200 entreprises, elles-mêmes soutenues, pour la plupart, par un Pôle de compétitivité, Techtera (Technical Textiles Rhône-Alpes).

21. De la fibre traditionnelle aux textiles techniques2

La présence d’un secteur consacré aux textiles techniques en Rhône-Alpes est intimement liée à l’histoire industrielle de la région. Si l’industrie de la soie remonte dans notre région au XVIe siècle, des espaces spécialisés de fabrication se sont progressivement mis en place au XIXe et XXe siècle : les tisseurs à Lyon, les mouliniers en Ardèche, les passementiers à Saint-Étienne, l’impression à Bourgoin-Jallieu, etc. Ces savoir-faire textiles ont ensuite bénéficié de connexions avec d’autres branches de l’activité industrielle, notamment des progrès de l’industrie chimique lyonnaise (cf. Point d’Actu : La saga des colorants à Lyon au 19e siècle) et du développement de nouvelles fibres, artificielles puis synthétiques (minérales ou organiques). Au XXe siècle, on ne tisse donc plus uniquement des fibres naturelles, d’origine végétale ou animale telles que la soie, la laine ou le coton, mais également des fibres chimiques, comme l’acétate de cellulose, la viscose, le nylon, ainsi que des fibres de verre ou de carbone.

Soieries Cornille et Cie, Lyon, s.d.
BM Lyon, Fonds Jules Sylvestre, P0546 S 1700.

JPEG - 352.4 ko
Métier à tisser L. Béridot,
Voiron, s.d.
BM Lyon, Sylvestre, S 999.
JPEG - 352.4 ko
Métier à tisser de la Maison
Berger, Thurins, 1931
BM Lyon, Sylvestre, S 1005.
JPEG - 234.2 ko
Soierie Ducharne,
Neuville-sur-Saône, ca. 1930
BM Lyon, Sylvestre, S 1294.
JPEG - 216.8 ko
Soierie Ducharne,
Neuville-sur-Saône, ca. 1930
BM Lyon, Sylvestre, S 1305.

Rhodiaceta : Usine Textile Nord (U.T.N.) à Vaise, 1970.
BM de Lyon, Fonds Vermard, P0702 B02 03 13 941 00015.

[actu]@[actu] « Lyon, berceau des textiles de demain » / Émile Hooge et Geoffroy Bing in Agenda métropolitain Lyon – Saint-Étienne, été 2007.

[actu]@[actu] « Le futur des textiles techniques » / dossier réalisé par Laurence Chesnais, Florence Pijaudier-Cabot et Didier Willot, in Les Cahiers industries, no. 114, mai 2006, p.11-18.

[actu]@[actu] Lyon et la soie aujourd’hui : recomposée et reconvertie / Pierre-Alain Four, octobre 2007.

[actu]@[actu] Des textiles étonnants à la fibre innovante / dossier réalisé par la Bibliothèque des sciences et de l’industrie (BSI – Cité des Sciences).

22. Textiles techniques : la force de l’innovation2

Les textiles sont donc aujourd’hui des matériaux qui rivalisent dans de nombreux domaines et de nombreuses applications avec les matériaux traditionnels, mais auquel on confère de nouvelles fonctions. Les textiles à usages techniques et fonctionnels, appellation donnée en opposition aux textiles à fonctions esthétiques et décoratives, sont principalement constitués de fibres chimiques. Ils sont des produits de hautes performances, aux propriétés spécifiques adaptées à certains usages, et peuvent se définir « comme tout produit ou matériau textile dont les performances techniques et les propriétés fonctionnelles prévalent sur les caractéristiques esthétiques ou décoratives » (Daniel Weidmann, 2010). Ces textiles peuvent être tissés, tricotés ou non tissés et les domaines d’application sont très variés.

Les TUT (pour « textiles à usages techniques ») sont aujourd’hui utilisés par les professionnels de la santé, du bâtiment, de l’agriculture, de l’automobile… ou vendus au grand public dans les magasins de sport, de jardinage ou les grandes surfaces spécialisées. On en trouve ainsi dans quasiment tous les domaines qui constituent notre quotidien et autant dire que le secteur ne se limite pas à l’habillement mais englobe bien au contraire des matériaux et des applications dont on découvre chaque année de nouvelles formes.

Les propriétés sont elles aussi très diverses. A la différence des textiles traditionnels utilisés dans l’habillement et la décoration dont on apprécie avant tout les qualités esthétiques, les textiles techniques se caractérisent par des propriétés fonctionnelles particulières : tissus retardateurs de flamme, fibres résistantes à la chaleur, aux agressions chimiques, à l’usure ou à des tractions de plusieurs tonnes, textiles bioactifs (anti-bactériens et anti-microbiens), textiles déperlants, rétroréfléchissants, anti-UV, etc.

Qu’ils soient souples ou rigides, synthétiques ou naturels, lisses ou rugueux, ces « matériaux caméléons » s’adaptent donc à tous les environnements, toutes les modes et tous les besoins. En un mot, ils sont devenus incontournables, à tel point que David Rigby, l’expert mondial des textiles techniques, annonce qu’à l’horizon 2020, ils pourraient représenter 50 à 80% du marché des textiles. Tous ces produits de haute technologie trouvent donc naturellement leur place dans les équipements automobiles, le matériel ferroviaire, le secteur médical, la protection, le bâtiment et les travaux publics, le sport ou les loisirs.

PDF - 980 ko
Rapport 1
PDF - 547.4 ko
Rapport 2
PDF - 459.9 ko
Rapport 3

« Textiles Techniques ». Etude conduite par le Cabinet « Développement et Conseil » pour le compte de la Direction Générale des Entreprises, 2005.

[actu]@[actu] Document 1 (en ligne) : « Périmètre économique du secteur des textiles techniques dans le monde et tendances d’évolution ».

[actu]@[actu] Document 2 (en ligne) : « État des lieux des forces et faiblesses françaises et positionnement des acteurs français dans la concurrence internationale des textiles techniques ».

[actu]@[actu] Document 3 (en ligne) : « Analyse prospective sur les débouchés porteurs pour les textiles techniques à partir d’une approche issue de l’offre et d’une approche issue de la demande ».

PDF - 681.7 ko
Synthèse

Une synthèse à cette étude est également disponible sur le site de la direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS) :

[actu]@[actu] Document de synthèse (en ligne) : « Textiles techniques : les clés du succès ». Extraits de l’étude conduite par le Cabinet « Développement et Conseil » pour le compte de la Direction Générale des Entreprises (DGE).

23. Les domaines d’emploi (par l’exemple)2

La filière des textiles techniques comprend onze domaines d’application, traditionnellement utilisés au sein de la profession en Europe. Hors habillement et ameublement, les secteurs importants d’application des textiles techniques peuvent se répartir de la façon suivante : l’agriculture, les géotextiles, la construction et le bâtiment, l’industrie et l’emballage, le médical et la santé, la protection individuelle, les sports et loisirs et les transports.

[actu]3.1. Secteur de l’agriculture[actu]

Le secteur de l’agriculture est le domaine des agrotextiles où l’on emploie aussi bien des fibres naturelles (coton, lin, jute, etc.) que des fibres synthétiques tels que le polypropylène ou le polyéthylène. En terme d’application, leur emploi se fait essentiellement dans le domaine de la pêche, dans celui de la protection (filets anti-insectes ou climatiques, isolants thermiques et solaires, etc.) et de l’activation des cultures (légumières, horticoles) ou bien encore pour les clôtures de parcs à bestiaux, les emballages ou le stockage de denrées (sacs et filets pour fruits, légumes, balles de pailles, etc).

JPEG - 251.6 ko
Usine Texinov
Photographie par Franck Ardito
Avec l’autorisation de l’auteur
© F.Ardito-Texinov
JPEG - 166.4 ko
Usine Texinov
Photographie par Franck Ardito
Avec l’autorisation de l’auteur
© F.Ardito-Texinov

- Texinov (La Tout-du-Pin, Isère)

La société Texinov, héritière de « La Maille des Buissières », est relativement récente. Fondée en 1972, elle est dans un premier temps spécialisée dans la production de textile « indémaillable » avant de développer des textiles techniques au début des années 1980. L’entreprise qui dépose en moyenne deux à trois brevets par an afin de protéger ses innovations techniques est aujourd’hui considéré comme le spécialiste européen en technologie maille jetée.

[actu]@[actu] Texinov : les gènes de l’innovation, article sur les success stories publié sur le site de Techtera.

[actu]3.2. Secteur des géotextiles[actu]

Les géotextiles sont quant à eux plutôt utilisés dans le domaine du génie civil (routes, voies ferrées, ouvrages spéciaux) où ils rendent des services de tous ordres : incorporés dans les sols ils aident au maintien de terrains, à la consolidation des sols, à la protection des plantations. La PME nord-iséroise Texinov (13 millions de chiffre d’affaires en 2012 dont les deux tiers à l’export) est l’un des premiers fabricants européens de géotextiles de renforcement pour le génie civil. Une de ses géogrilles intelligente avec fibre optique a récemment été testée sur le chantier de la future ligne TGV Sud Europe Atlantique, entre Tours et Bordeaux, dans la traversée du marais poitevin.

[actu]@[actu] « Texinov en piste pour faire passer le TGV dans des marais » / François Delestre in Le Dauphiné Libéré, 25 mars 2013.

JPEG - 1.3 Mo
Géogrille intelligente
avec fibre optique
© Texinov
JPEG - 1.4 Mo
Géogrille intelligente
avec fibre optique (détail)
© Texinov

[actu]3.3. Secteur de la construction et du bâtiment[actu]

Dans le secteur de la construction et du bâtiment, les matériaux textiles sont appréciés pour leur légèreté et pour leurs propriétés mécaniques qui procurent à la fois résistance et souplesse. Ils offrent en outre la capacité de remplacer des matériaux prohibés, comme l’amiante, et peuvent satisfaire les règles essentielles de sécurité en vigueur dans les constructions, tel que le classement « non feu » par exemple.

- Serge Ferrari (La Tour-du-Pin, Isère)

Spécialiste de l’architecture textile à base de toile enduite PVC, la société Ferrari à La-Tour-du-Pin, en Isère, s’est fait un nom avec le stade Delaune à Reims, le circuit de Formule 1 de Kuala Lumpur ou la fourniture de toiles pour les Jeux olympiques de Sydney (2000). En janvier 2012, en prévision de l’Euro 2012 de football, Serge Ferrari a notamment conçu pour le Stade de Varsovie une toiture centrale totalement rétractable en matériau composite précontraint.

JPEG - 93.7 ko
Stade de Varsovie, 2012.
© Serge Ferrari
JPEG - 110.6 ko
Stade de Varsovie, 2012.
© Serge Ferrari
Royal Artillery Barracks, Londres

Royal Artillery Barracks, Londres, 2012.
© Serge Ferrari

[actu]@[actu] « Les textiles Ferrari en forme olympique« 

[actu]@[actu] « Le stade olympique couvert en made in Nord-Isère » in Le Dauphiné Libéré, 29 mars 2012.

[actu]@[actu] « Des toiles pour recouvrir le monde » / Anne-Gaëlle Metzger in Journal des entreprises, édition Rhône-Alpes (Isère), 6 mai 2011.

[actu]3.4. Secteur de l’industrie et l’emballage[actu]

L’industrie et l’emballage sont les secteurs qui se classent parmi les plus gros consommateurs de TUT en volume. Dans l’industrie, les textiles techniques sont surtout utilisés pour la filtration, notamment dans l’industrie agroalimentaire, l’industrie chimique et minière et dans le traitement de l’eau (piscines par exemple). Ils apparaissent encore sous forme de renforts caoutchoutés (courroies de transmission, tuyaux flexibles…) ou dans le cadre d’applications électriques (isolation et blindage).
En volume, l’emballage constitue pour sa part le premier domaine d’application des textiles, avec une consommation annuelle mondiale de 3,5 millions de tonnes.

[actu]3.5. Secteur médical et la santé[actu]

Les textiles techniques sont également bien représentés dans le secteur médical et la santé. Ils y apparaissent sous forme de fils, bandes, pansements, prothèses, vêtements, linge hospitalier, jusqu’aux textiles pour zones à risque, tels que les blocs opératoires, les services de réanimation ou les services de grands brûlés. La ville de Saint-Etienne est devenue la capitale européenne des textiles de santé, notamment grâce à l’implantation de l’entreprise Thuasne dans le département de la Loire.

- Thuasne (Saint-Etienne, Loire)

Spécialisée dès le début de son histoire dans la fabrication des tissus élastiques étroits, l’entreprise Thuasne, fondée en 1847, effectue un premier tournant stratégique après la Seconde Guerre mondiale en mettant sur le marché des gammes de bandes de compression médicales (Plastex et Biflex), puis les premières ceintures médicales (Lombax et Lombacross). Parallèlement, plusieurs gammes complètes d’orthèses médicales (chevillères, genouillères, poignets…) sont développées avec le concours des spécialistes de l’orthopédie et du sport. S’y ajoutent des gammes pour la compression veineuse sous la marque Venoflex. A partir de 1990, Thuasne entreprend des développements internationaux pour parvenir aujourd’hui à une implantation systématique en Europe. Cette entreprise stéphanoise, leader européen dans le secteur du textile médical, a célébré ses 160 ans en 2007.

JPEG - 83.5 ko
Atelier Thuasne © Thuasne
PNG - 109.9 ko
Showroom Thuasne © Thuasne

[actu]@[actu] « Thuasne, fibres innovatrices et histoire élastique » in Histoire d’entreprises, no. 6, décembre 2008.

[actu]@[actu] « Thuasne, le textile médical« , in Journal Rhône-Alpes, numéro 9, printemps 2008. Repris sur le site de la région Rhône-Alpes.

[actu]@[actu] « Extension du domaine textile » in L’Usine Nouvelle, no. 3331, 2013.

[actu]@[actu] « Thuasne, le textile médical », Rhône-Alpes : le journal d’information de votre Région, no.9 (spécial innovation), printemps 2008.

[actu]@[actu] « Thuasne joue la carte de l’innovation« .
Vidéo. Élisabeth Ducottet, PDG de Thuasne, spécialiste des textiles techniques médicaux, est l’invitée de l’émission LCI-Le Figaro « Impressions d’entrepreneurs ».

- Sigvaris (Saint-Just-Saint-Rambert, Loire)

Leader du bas médical de compression, l’entreprise forézienne Sigvaris a fait le choix de l’innovation et de la haute technologie pour devenir une industrie de santé reconnue mondialement sur le marché de la compression médicale. En 2012, elle a inauguré son quatrième site industriel à Andrézieux-Bouthéon, le deuxième sur le territoire ligérien après son unité historique de Saint-Just-Saint-Rambert. Ce nouveau bâtiment de 4.000 mètres carrés est entièrement dédié à la production de fils guipés, c’est-à-dire à la préparation des fils avant la réalisation des textiles médicaux.

Nouvelle unité de guipage Sigvaris à Andrézieux-Bouthéon (Loire)

Nouvelle unité de guipage Sigvaris à Andrézieux-Bouthéon (Loire).
© Sigvaris

[actu]3.6. Secteur de la protection individuelle[actu]

Le secteur de la protection individuelle regroupe l’ensemble des vêtements, gants, chaussures de protection et accessoires de sécurité en usage dans le domaine professionnel et permettant de se protéger contre la chaleur et les chocs mécaniques (tenues des pompiers ou des CRS par exemple), mais aussi contre les agressions chimiques, biologiques ou nucléaires. Ce secteur, extrêmement contrôlé, régit par de nombreuses normes, fait appel à des fibres textiles à haute performance.

- Massebeuf Textiles (Pont-de-Labeaume, Ardèche)

Le textile en Ardèche, c’est une tradition. En 1850, 45% du personnel de moulinage français était installé dans ce département, une primauté que les industriels ont su préserver malgré le monopole des pays émergents sur le marché. Aujourd’hui, l’atout majeur des professionnels, c’est le savoir-faire.
La PME ardéchoise Massebeuf Textiles est spécialisée dans la conception, le développement et la commercialisation des fils à usages technique et textile. Son savoir-faire actuel est basé sur la mise en oeuvre de fils à l’aide de différentes opérations telles que la texturation, le guipage, le retordage, le câblage et, récemment, l’enduction.

Massebeuf Textiles sera récompensé avec ses partenaires le 10 juin prochain, à Francfort, par le prestigieux Techtextil Innovation Prize pour des textures à base de fil gainé silicone.

[actu]@[actu] « La filière textile : entreprendre avec une nature d’avance« . Production Conseil général de l’Ardèche, 2011.

[actu]@[actu] « Du fil haute technologie au service de la haute couture industrielle« , article publié sur le site du Conseil Général de l’Ardèche consacré au développement économique du département, 9 octobre 2012.

JPEG - 94.8 ko
Gant anti-coupures
© Massebeuf

[actu]3.7. Secteur des sports et loisirs[actu]

Le secteur des sports et loisirs est grand consommateur de textiles techniques qui procurent toutes les fonctionnalités recherchées par les sportifs : confort hygrothermique (isolation thermique, évacuation de la sueur, imperméabilité à la pluie, au vent ou au froid ), accroissement des performances, par exemple grâce à l’augmentation du rendement musculaire, sans oublier tous les aspects liés à la sécurité, notamment pour les sports à risque tels que les sports automobiles, les arts martiaux ou le sport équestre.

- Sofileta (Bourgoin-Jallieu, Isère)

Créé en 1911 à Bourgoin-Jallieu, Sofileta a d’abord été actif pendant une vingtaine d’années dans la teinture en sous-traitance pour les soyeux lyonnais, avant de se tourner vers la fibre synthétique dans les années 1950. Le groupe développe des savoir-faire textiles en intégrant progressivement de nombreux métiers (l’ourdissage, le tissage, le tricotage, la teinture, l’ennoblissement, l’enduction ou encore le contrecollage), et se positionne sur toutes sortes de marchés : le sport (montagne, surf, équitation, bain) et le sport extrême (parapente, parachutisme, sport automobile), mais fabrique aussi les tissus pour le personnel de la sécurité civile (pompiers, militaires et policiers) ou pour des métiers à risques (personnels exposés à la soudure ou travaillant sur des plateformes pétrolières). Dans le domaine du sport automobile, Sofileta est par exemple le leader mondial de la fabrication de tissus non feu pour les pilotes de course et leurs équipes de mécaniciens. En 2009, le groupe a remporté le « Trophée de la diversification » lors de la cérémonie du Trophée de l’Innovation organisé à Lyon. Ce prix vient couronner les développements du groupe en matière de textiles fonctionnels de haute technologie ou « textiles intelligents ».

Usine Sofileta à Bourgoin-Jallieu : l’ourdissage
(avec l’aimable autorisation de Sofileta © Sofileta)

[actu]@[actu] « Sofileta. Le textile innovant et familial », Le journal des entreprises, 1 mai 2009.

[actu]@[actu] « Sofileta innove avec des tissus aux propriétés amincissantes », Le Dauphiné Libéré, 12 avril 2012.

- Time Sport (Vaulx Milieu, Isère)

Dès sa création en 1987, la société Time Sport, aujourd’hui située à Vaulx Milieu (Isère), s’est spécialisée dans le sport cycliste avec la production de pédales sans cale-pied dites « automatiques » et la fabrication d’équipements pour le cyclisme. Elle s’est ensuite diversifiée dans les composants innovants du cycle (chaussure, fourche, selle, etc.) et les cadres. Ainsi, Time Sport a sorti en 1993 un premier « module » de cadre en carbone en utilisant la technologie exclusive RTM par tressage de fibres carbone procurant légèreté et résistance. La PME s’est lancée dans une course effrénée à l’innovation en commercialisant par exemple en 2011 des cadres en Vectran (Time RXRS Ulteam) qui améliorent l’amortissement des irrégularités de la route.

JPEG - 57.4 ko
Cadre Time RXRS ulteam
© Time Sports

[actu]@[actu] Reportage TIME Sport, France 3 Rhône-Alpes, 2011.

[actu]@[actu] « Time Sport peaufine ses pédaliers automatiques haut de gamme« , La Tribune, no. 4558, 17 septembre 2010.

- Porcher Industries et Porcher Sport (Badinières, Isère)

Créé en 1912 à Badinières (Nord-Isère), le Groupe Porcher Industries, d’abord spécialisé dans le tissage de la soie naturelle, a su anticiper les mutations industrielles et technologiques. Il consacre aujourd’hui l’essentiel de son activité à la fabrication de textiles à usages techniques en développant des produits innovants alliant textile et chimie, notamment à partir de fils de verre, de carbone, d’aramide… Ses produits touchent ainsi tous les secteurs industriels et les applications sont multiples : circuits imprimés, isolation, renfort, revêtement, coques de bateaux, voiles, airbags, courroie de transmission, aux amortisseurs hydrauliques, tissus ignifugés, etc. L’entreprise possède un rayonnement international et est notamment implantée au Brésil, en Grande-Bretagne, à Hong-Kong, ou à Moscou. Dans le domaine du sport, Porcher est le leader mondial des tissus légers haute performance pour les sports nautiques (voiles pour bateaux et pour la pratique du kitesurf) ou pour les sports aériens (voile de parapente, parachute, montgolfière, etc.).

JPEG - 124.9 ko
Tissus pour spinnaker
© Porcher Industries
JPEG - 186.4 ko
Textile pour parachute
© Porcher Industries

- Payen (Ardèche)

Créée en 1839, la société Payen spécialisée dans un premier temps dans la fabrication du fil de soie, se tourne vers le fil synthétique en 1950. En 1965, Pierre Payen met au point un fil révolutionnaire, le Pagastic, dont les propriétés d’élasticité et de robustesse vont asseoir sa notoriété. La société Payen est dispersée sur trois sites, tous en Ardèche, à Berrias-et-Casteljau, Saint-Julien-en-Saint-Alban et Les Vans. Les tenues de trail, de course à pied et de randonnée conçus sous la marque Raidlight utilisent ainsi les solutions textiles innovantes mise au point par Payen : des textiles présentant à la fois une forte durabilité, une exceptionnelle légèreté et permettant une évacuation rapide de la transpiration.

GIF - 212.5 ko
Tenue de trail Raidlight
© Raidlight
JPEG - 190.5 ko
Usine Payen Les Vans (Ardèche)
© Groupe Payen
JPEG - 92.4 ko
Laboratoire R&D
© Groupe Payen

[actu]@[actu] « La croissance à grandes foulées de Raidlight« , sur le site des trophées « Bref Rhône-Alpes » de l’Innovation, 1er septembre 2011.

[actu]@[actu] « Quand le fil fait de la résistance« , article publié sur le site du Conseil Général de l’Ardèche consacré au développement économique du département, 9 décembre 2011.
Innovation, créativité, adaptabilité, diversification, qualité…Pour faire face à une concurrence internationale accrue, les industriels ardéchois font preuve d’un réel dynamisme. Ils construisent la filière textile de demain à partir de la forte tradition textile héritée de leurs ancêtres. C’est en se regroupant que ces derniers sont parvenus à initier des actions collectives structurantes, largement soutenues par les collectivités locales, dont le Conseil général de l’Ardèche.

[actu]3.8. Secteur des transports[actu]

Le secteur des transports constitue l’un des principaux débouchés pour les textiles techniques. Ils sont présents dans les transports automobiles et ferroviaires, mais également dans l’aéronautique, le spatial et le nautisme. Qu’ils soient visibles ou cachés, les textiles assurent dans ce secteur des fonctions très diverses dans l’habitacle des véhicules (isolation phonique, sièges anti-lacération, etc.), dans leur équipement technique (ceintures, airbags, courroies, renforts des pneumatiques, filtres, etc.) et dans les éléments de structure (renforts de carrosserie, pare-chocs, nez d’avions supersoniques comme le Concorde, etc.). On estime par exemple qu’une voiture consomme en moyenne 20m[^2^] de textiles techniques.

- Brochier Technologies (Villeurbanne, Rhône)

Le Groupe Brochier Soieries a été créé en 1890 à Lyon, et travaille notamment pour la Haute Couture, domaine dans lequel il a développé des tissus innovants grâce à ses compétences dans le domaine du tissage Jacquard. En 1999, il réalise par exemple pour Olivier Lapidus le premier tissu lumineux pour une robe de mariée. Le Groupe crée alors à Villeurbanne l’entité Brochier Technologies pour développer les tissus techniques lumineux en fibres optiques qui reposent sur une technologie brevetée appelée Lightex®. Cette technologie permet de réaliser des surfaces lumineuses à très faible encombrement, à basse consommation et d’une durée de vie élevée. Pour mettre au point ces textiles lumineux innovants, l’entreprise s’est spécialisée dans le tissage de fibres optiques à éclairage latéral connectées à des diodes électroluminescentes appelées LED. Dans le domaine des transports, Brochier Technologies intervient notamment dans l’habillage lumineux et les ambiances intérieures créés dans les habitacles des avions, des trains ou des voitures.

JPEG - 26 ko
Brochier Technologies :
ambiance intérieure dans un train
© Brochier Technologies

[actu]@[actu] « L’entreprise Brochier tisse le nez du Concorde » / ORTF, 29 mars 1973.

[actu]@[actu] « Les vertus du textile lumineux » / Catherine Mary in Le Monde, 17 janvier 2013.
L’une des utilisations des fameuses LED pourrait se faire prochainement dans le domaine médical et dans le traitement contre la jaunisse du nouveau-né.

[actu]@[actu] « Brochier Technologies. La saga familiale se poursuit en lumière » / Camille Nagyos in Le Journal des entreprises Rhône-Alpes (Ed. du Rhône), 1er juin 2011.

[actu]@[actu] « Les Brochier : l’étoffe des héros » / François Chabriac in L’Express, 22 novembre 2004.

24. Défense et valorisation des TUT2

[actu]4.1. La région Rhône-Alpes, leader de la filière[actu]

Avec 203 entreprises recensées en 2010 par l’observatoire des textiles techniques (OTT), la région Rhône-Alpes confirme sa position de leader de la filière. Pour autant, leurs activités et leur dynamisme demeurent souvent méconnus du grand public, alors même que les textiles dits techniques, renommés depuis janvier 2010 sous l’appellation « textiles et matériaux souples », s’immiscent régulièrement dans notre quotidien sans que l’on en ait vraiment conscience : dans notre voiture (siège auto, airbag, etc), dans nos habitations (collants, couches pour bébés, bâches et toiles, moquettes, etc), à l’hôpital et dans le domaine de la santé (implants chirurgicaux, pansements, patch pour fumeur, etc.), au travail (chaussures de sécurité, tenues de pompiers, gilets pare-balles, filets horticoles, cordages pour alpinistes et marins, etc.). De nombreuses PME en région ont ainsi trouvé dans la fabrication de ces tissus high-tech (médicaux, géotextiles ou composites) une manière d’enrayer le déclin de la fibre traditionnelle.

Des PME familiales comme Thuasne dans le textile médical, Serge Ferrari dans les toiles et les bâches, ou Porcher Industries dans les fils de verre et composites, sont ainsi devenues des entreprises ultra-spécialisées, leaders dans leur domaine, parfois sur des niches de marché très pointues et condamnées à innover en permanence.

JPEG - 19.9 ko
Robe de mariée en fibre optique
pour Olivier Lapidus
© Brochier Technologies

[actu]4.2. Un pôle de compétitivité[actu]

Pour défendre et valoriser le secteur des textiles et matériaux souples, l’Etat a labellisé en juillet 2005 le pôle de compétitivité Techtera. Ce dernier est hébergé à la Villa Créatis, construite en 2003 par l’architecte Jean-Michel Wilmotte dans l’ancien quartier de l’Industrie, dans le 9e arrondissement de Lyon. Entre 2008 et 2011, il a accompagné 228 projets d’innovation et se classe en 2012 dans le peloton de tête des 20 pôles les plus performants. Grâce à ses 120 adhérents, dont une majorité de PME, il couvre l’ensemble des métiers du textile, de la fibre à la confection et l’ennoblissement.

La Villa Créatis, Lyon 9e

La Villa Créatis, Lyon 9e
© SERL

[actu]@[actu] Fiche technique de Techtera issue de l’annuaire national des Pôles de compétitivité

[actu]@[actu] Rapport d’activité 2010

- http://www.techtera.org/blog/presentation/

[actu]@[actu] Actualité des textiles et des matériaux souples en Rhône-Alpes
Sur le site de veille mutualisée maintenu par le pôle Techtera.

[actu]@[actu] Le Pôle de compétitivité Techtera (Technical Textiles Rhône-Alpes) : le lieu où se tissent les textiles du futur.

[actu]4.3. Des centres de formation[actu]

Le but du pôle Techtera est d’associer dans un même réseau les entreprises régionales – dont certaines sont aussi des leaders mondiaux comme Porcher, Thuasne, Gibaud ou Sigvaris – et l’ensemble des ressources locales : les centres de recherche, les centres techniques dont l’Institut Français du Textile et de l’Habillement, les laboratoires de recherches publics et privés ou des écoles à vocation technologique (ITECH, INSA, Ecole Centrale de Lyon), les organisations professionnelles du textile (Espace Textile, Unitex,…). L’objectif est de favoriser l’innovation, d’accélérer les collaborations croisées entre les entreprises de textiles techniques et fonctionnels et les centres de recherche et organismes de formation de Rhône-Alpes, et enfin de faciliter l’accès des entreprises aux aides publiques.

Institut Technique et Chimique de Lyon, D. Barrier, 2001

Institut Technique et Chimique de Lyon, D. Barrier, 2001.
BM de Lyon, Fonds Lyon Figaro, s.c.

[actu]@[actu] « Textiles : le futur se tisse à Lyon » / Franck Barnu in La Recherche, no. 469, novembre 2012, p.58-59.
« Textile, le futur se tisse à Lyon », est le titre du dossier que le magazine La Recherche a consacré à l’Université de Lyon en novembre 2012.

[actu]@[actu] L’Institut Chimique et Textile de Lyon
ITECH Lyon est la seule école d’ingénieurs héritière des écoles de textile, cuir et chimie fondées à Lyon depuis plus d’un siècle par des professionnels.

[actu]@[actu] Unitex (Union inter-entreprises textile Lyon et Région)
Syndicat national professionnel visant à resserrer les liens entre professionnels et à développer leur formation en jouant un rôle de partenaire social et de groupe de pression, Unitex a été créé en 1977.

[actu]4.4. Une plateforme technologique[actu]

Parallèlement à Techtera s’est mise en place une plateforme technologique : TEXT’IN. Créée en juillet 2005 en région Rhône-Alpes et spécialisée dans le textile et l’habillement, la PFT TEXT’IN est l’une des soixante plateformes technologiques homologuées en France et l’une des vingt financées par la Région Rhône-Alpes. Le projet est né de la volonté d’un réseau de partenaires, constitué principalement de quatre établissements scolaires (les Lycées La Martinière-Diderot à Lyon, la Cité scolaire Hippolyte Carnot à Roanne, les Lycées professionnels Adrien Testud au Chambon-Feugerolles et Jacob Holzer à Firminy), des branches professionnelles (Unitex, Mode Habillement Rhône-Alpes), des centres techniques et pôles de recherche (l’Institut français du textile et de l’habillement, le Pôle des technologies médicales), des établissements d’enseignement supérieur (l’Institut Textile et Chimique de Lyon, l’Université de la mode), de l’Académie de Lyon, de la Région Rhône Alpes et de la Délégation Régionale à la Recherche et à la Technologie – Rhône-Alpes. La labellisation de Text’In Rhône-Alpes a été renouvelée en 2012 pour une durée de trois ans.

JPEG - 211.4 ko
La Martinière Diderot
René Lanaud, 1997
BM de Lyon, P0793 LOT020 1308

[actu]@[actu] « L’Etat et la Région Rhône-Alpes ont lancé l’opération Plates-Formes Technologiques« 
L’ambition est d’accompagner une vingtaine de projets structurants, pour un montant global de 30 millions d’euros, enveloppe partagée entre l’Europe, l’Etat, la Région et les collectivités locales.

[actu]@[actu] « La plateforme Text’In Rhône-Alpes a obtenu sa labellisation PFT pour 3 ans » in Le Progrès de Lyon, 27 octobre 2012.

25. Les essentiels à la Bibliothèque de Lyon2

[actu]@[actu] Fibres et textiles chimiques : matériaux du XXIe siècle / coordinateurs Guy Nemoz et Fabien Roland, 2012.
Cette publication mensuelle contribue à la divulgation des connaissances auprès d’un large lectorat (chercheurs, industriels, professeurs de l’enseignement supérieur et secondaire, étudiants et élèves des classes préparatoires), attiré par les sciences chimiques et leurs impacts dans les innovations et avancées aux interfaces de la physique et des sciences du vivant.

[actu]@[actu] Textiles techniques et fonctionnels : Matériaux du XXIe siècle : exposition, Saint-Étienne, Musée d’Art et d’Industrie et Musée de Bourgoin-Jallieu, du 15 octobre 2009 au 14 mars 2010 / direction éditoriale Bernard Ceysson, [et al.] ; textes de Nadine Besse, Sylvain Besson, [et al.], 2009.

Les textiles techniques et fonctionnels (TTF) témoignent de l’esprit d’innovation des textiles dans des champs aussi divers que les sports et loisirs, les transports, les géotextiles et l’environnement, la santé et le bien-être ou encore l’architecture et la vie quotidienne. Matériaux multiformes partenaires de toutes les technologies du futur, ils s’adaptent, innovent, communiquent, protègent, réparent, et autorisent la performance. La région Rhône-Alpes constitue la première concentration européenne regroupant tous les métiers et compétences de la filière. La musée d’Art et d’industrie de Saint-Étienne et le Musée de Bourgoin-Jallieu se sont associés pour présenter ce destin textile. Ce catalogue d’exposition est un outil de connaissance pratique, largement illustré, comprenant des chapitres thématiques et des fiches techniques, ainsi qu’un glossaire exhaustif des termes et procédés techniques, le rendant accessible à tous.

JPEG - 51.3 ko
Textiles techniques et fonctionnels
BM de Lyon, 00 N TEX
JPEG - 31.4 ko
Textiles techniques : aide mémoire
BM Lyon, 677 WEI.

[actu]@[actu] Textiles techniques : aide mémoire / Daniel Weidmann, 2012.

Cet aide-mémoire, illustré par de nombreux schémas et photographies, détaille les technologies employées pour la production et la transformation des textures textiles destinées à l’habillement et aux textiles techniques. Sont présentés les propriétés, les techniques d’obtention et les secteurs d’utilisation des matières textiles ; les techniques de fabrication et de transformation des supports textiles ; les traitements d’ennoblissement et d’apprêt couramment appliqués ; les derniers concepts pour produire des textiles aux propriétés nouvelles ; les évolutions envisagées pour les années à venir. Cet ouvrage pédagogique s’adresse aux techniciens, responsables et ingénieurs travaillant dans le domaine textile, ainsi qu’aux étudiants en IUT, BTS et écoles d’ingénieurs.

[actu]@[actu] Futurotextiel : surprising textiles, design & art : exposition, Courtrai, Broelmuseum, NMBS Hall, du 15 octobre au 15 décembre 2008 / Commissaire, Caroline David… [et al.], 2008.
Futurotextiel, ou comment la science, la technologie et l’art associés au textile s’inspirent des rêves les plus fous et inventent aujourd’hui nos espoirs de demain. Ouvrage accompagné des travaux d’artistes, stylistes, designers et architectes qui explorent le monde de la science et du textile.

[actu]@[actu] Textiles techniques : secteurs, applications, recherches, formations, entreprises…, Lyon, AGRAP, 1992.

JPEG - 338.8 ko
Rhodiaceta : Usine Textile Nord (U.T.N.), à Vaise, par Georges Vermard, 1970.
BM de Lyon, Fonds Georges Vermard, P0702 B02 03 13 941 00015.
JPEG - 399.6 ko
[Soieries Cornille et Cie, Lyon]
BM Lyon, Fonds Sylvestre, S 1700.
JPEG - 59.9 ko
Ligne TGV Sud Europe Atlantique
© Texinov
JPEG - 91.8 ko
Circuit de Formule 1 Sepang (Malaisie)
© Serge Ferrari
JPEG - 47.9 ko
Royal Artillery Barracks, Londres » title= »Royal Artillery Barracks, Londres, 2012
© Serge Ferrari
JPEG - 171.6 ko
La Villa Créatis
© SERL
JPEG - 65.3 ko
Institut Technique et Chimique de Lyon, D. Barrier, 2001
BM de Lyon, Fonds Lyon Figaro, s.c.
JPEG - 43.3 ko
Nouvelle unité de guipage
Siygvaris à Andrézieux-Bouthéon (Loire)
© Sigvaris
JPEG - 776.5 ko
IMG 6875

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *