Une Fabrique de l'innovation : le Grand Lyon s'essaie au smart

- temps de lecture approximatif de 31 minutes 31 min - Modifié le 17/06/2016 par FGrignoux

linky-1_1_.jpg
linky-1_1_.jpg

La Bibliothèque municipale de Lyon programme du 05 novembre 2013 au 1er mars 2014 une série d’évènements qui parlent des révolutions industrielles en Rhône-Alpes à travers les domaines des pôles de compétitivité : le textile (Techtera), la chimie (Axelera), la plasturgie (Plastipolis), l’automobile et les transports (Lyon Urban Trucks and Bus), les biotechnologies (Lyonbiopôle), et l’image-cinéma (Imaginove). Expositions et rencontres sont regroupées sous le label Une Fabrique de l’innovation.

Lyon smart city, Lyon smart community, smart grids, datacenter… des termes qui fleurissent dans la presse et les revues institutionnelles à propos de Lyon ces derniers mois. De quoi parle-t-on ? Des innovations apportées par les technologies de l’information et de la communication dans la gestion et le développement des villes, en matière d’énergie, de mobilité, de services numériques. Ou comment le numérique peut aider au développement durable du territoire. Plusieurs expérimentations sont lancées dans le Grand Lyon, à l’heure où la transition énergétique fait l’objet d’un débat national.



Sommaire

Les smart grids : des réseaux électriques intelligents

- Le compteur Linky, une première brique du réseau (ou un pavé dans la mare)
- Rhône-Alpes, terrain d’expérimentation
- Lyon smart community : un démonstrateur à la Confluence

La donnée au cœur de l’innovation

- Optimod et compagnie, ça bouge côté mobilité
- Vers une ouverture des données publiques

« Lyon ville intelligente » à la Une

La transition énergétique, c’est maintenant ?
- Rhône-Alpes : première région énergétique de France
- Des atouts forts dans la recherche et l’industrie
- La transition énergétique au cœur des territoires

Etat, chercheurs, collectivités, entreprises… de nombreux acteurs se mobilisent pour répondre aux défis de demain en matière de développement durable. L’énergie fait partie des enjeux cruciaux : comment orienter les territoires vers la sobriété énergétique ? Quels outils développer pour engager la transition énergétique ? Alors qu’en 2013 le gouvernement français lance un grand débat national sur l’énergie en vue d’une loi sur la transition énergétique, les collectivités locales expérimentent sur leur territoire des solutions innovantes pour baisser leur consommation d’énergie. Parmi celles-ci, les « smart grids » ouvrent de nouveaux horizons pour une énergétique plus intelligente.

2Les smart grids : des réseaux électriques intelligents2

Les réseaux intelligents ou « smart grids » sont des réseaux d’électricité qui, grâce à des technologies informatiques, ajustent les flux d’électricité entre fournisseurs et consommateurs. En collectant des informations sur l’état du réseau, les smart grids contribuent à une adéquation entre production, distribution et consommation.
Grâce à une gestion ajustée du réseau, les smart grids favorisent l’intégration des énergies renouvelables intermittentes (solaire, éolien). Le développement de nouveaux quartiers offre un terrain d’expérimentation idéal pour la mise en place de ces réseaux intelligents.

[actu]@[actu] Voir la définition des smart grids sur le site de Connaissance des énergies
[actu]@[actu] Écoquartiers et sobriété : un mariage de réseaux, Hugo Leroux, Industrie et Technologies, no. 0949, jeudi 1 novembre 2012, p. 24
[actu]@[actu] Smart grids et énergies renouvelables : des technologies complémentaires, Agnès Sinaï, actu-environnement.com, 30 mai 2011

Le Grand Lyon s’investit particulièrement dans ce domaine en prêtant son territoire à de nombreux projets.

JPEG - 33.9 ko
linky-1[1]
  • [actu]Le compteur Linky, une première brique du réseau (ou un pavé dans la mare)[actu]

Testé par ERDF dans l’agglomération lyonnaise et le département d’Indre et Loire entre mars 2010 et mars 2011 auprès de 300 000 clients, Linky est un compteur « intelligent », capable de communiquer dans les deux sens : il peut récupérer des informations mais aussi envoyer des instructions. D’un côté, il transmet au fournisseur d’électricité les consommations de chaque logement équipé et s’insère dans un système capable de détecter les défaillances sur le réseau. De l’autre, il permet des interventions à distance : on peut ainsi envisager de pouvoir lisser les pointes de consommation sur le réseau en arrêtant ou en décalant le fonctionnement de certains équipements énergivores (chauffage électrique…) : c’est l’effacement.
Linky devrait aussi simplifier le suivi de la production d’électricité décentralisée (panneaux solaires, éoliennes) et peut enregistrer sur un seul et même compteur l’énergie produite et l’énergie consommée. La généralisation de ce compteur permettrait en outre aux fournisseurs d’énergie de développer de nouvelles offres pour leur clientèle. S’il n’est pas un « smart grid » à lui tout seul, le compteur Linky constituerait la première étape des réseaux de demain.

A Lyon, 5 entreprises ont été sollicitées (SPIE, Forclum, Conjonxion, SLTP et Energy30) et plus de 200 techniciens ont été recrutés et formés à la pose des compteurs Linky.

- Un compteur qui fait polémique
L’expérience a été validée par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) et par les pouvoirs publics fin 2011. Linky devrait donc remplacer les anciens compteurs électriques à partir de 2014 sur le territoire français pour atteindre un déploiement complet en 2020. Mais sa mise en place à l’échelle nationale rencontre des réticences de la part des collectivités locales comme des associations de consommateurs, qui soulèvent plusieurs problèmes.
Parmi les points litigieux : le financement de l’opération (4,5 milliards d’euros) et ses répercussions sur la facture de l’usager (s’il n’est pas prévu que l’installation du compteur soit payante, le coût pourrait se répercuter sur la facture d’énergie), le manque de transparence pour ce dernier (les données sur la consommation sont transmises à ERDF mais ne s’affichent pas à la source chez le particulier), la sécurisation des données transmises, la propriété de ces données mais aussi des compteurs, qui appartenaient jusqu’alors aux collectivités locales (ERDF étant le principal exploitant), ou encore la crainte des rayonnements électromagnétiques. Les disfonctionnements relevés sur les compteurs Linky déjà installés pèsent en outre sur les relations entre ERDF et Atos, la société en charge du développement du système d’information du compteur.
Les recours déposés contre Linky (dont celui de l’association UFC Que Choisir) ayant été déboutés par le Conseil d’Etat en mars 2013 et un compromis ayant été trouvé entre ERDF et les collectivités sur la question de la propriété, reste à trancher la question du financement avant de pouvoir envisager le lancement de l’appel d’offres pour la fabrication des compteurs.

Pour en savoir plus :
[actu]@[actu] Présentation de Linky et documentation sur le site d’ERDF
[actu]@[actu] Le compteur communicant Linky d’ERDF : une expérimentation réussie, dossier de presse ERDF, 01/07/2011
[actu]@[actu] Linky, le nouveau compteur électrique qui crée des tensions, Le Monde, 1 octobre 2011
[actu]@[actu] Linky : vers un compromis entre ERDF et les collectivités locales, Usine nouvelle, 4 avril 2012
[actu]@[actu] Le compteur intelligent Linky bientôt remis en selle, Usine nouvelle, 10 octobre 2012
[actu]@[actu] Compteurs intelligents : le Conseil d’Etat rejette quatre recours contre Linky, Laurent Radisson, 26 mars 2013, Actu-environnement.com
[actu]@[actu] UFC-Que Choisir craint la « menace » de généralisation du compteur Linky, 01.net, 29 mars 2013
[actu]@[actu] Linky fait des étincelles entre Atos et ERDF, La Lettre A, 19 octobre 2012, ERDF reprend la main sur Linky, La lettre A, 9 novembre 2012 et Linky toujours entre deux eaux, La Lettre A, 18 avril 2013, articles consultables sur Europresse (connexion avec le n° d’abonné BML)

En attendant, ERDF continue les expérimentations autour du compteur Linky et des réseaux électriques intelligents. 13 communes du Desvrois (Boulonnais) seront équipées en 2013 sur un réseau assez large où les habitants sont très espacés, afin de tester le compteur dans des situations plus défavorables. En région lyonnaise, les projets se multiplient.

  • [actu]Rhône-Alpes, terrain d’expérimentation[actu]

- Watt & Moi
Depuis mai 2012, ERDF expérimente avec Grand Lyon Habitat un nouveau dispositif de suivi des consommations électriques auprès d’un panel de locataires du bailleur social, qui peut suivre sa consommation sur un site dédié grâce aux données fournies par Linky. Un suivi en sciences humaines et sociales est programmé afin d’analyser la réception des utilisateurs et l’impact éventuel sur leur consommation électrique. Un enjeu non négligeable car le bénéfice attendu de ces nouvelles technologies dépend en partie de l’appropriation qu’en feront les utilisateurs.

[actu]@[actu] Smart grids : la grand inconnue du comportement des utilisateurs, A. Garrigues, La Gazette des communes, 30 janvier 2013

- GreenLys
Beaucoup plus englobant, le projet va tester le fonctionnement d’un réseau électrique intelligent dans sa globalité en créant un démonstrateur grandeur nature qui intègre le consommateur, les installations d’énergies renouvelables (photovoltaïque, hydroélectricité…), les véhicules électriques, le compteur communicant Linky. Pour cela, 2 plateformes technologiques vont être développées en zone urbaine, à Lyon et Grenoble auprès de 1 000 clients résidentiels et 40 sites tertiaires (bureaux, magasins …), en combinant des infrastructures existantes et des quartiers nouveaux.
A Lyon, la plateforme met à profit les compteurs déjà installés par ERDF : « En aval du compteur Linky, le projet GreenLys se concentre sur le déploiement d’outils permettant d’équilibrer la production intermittente (photovoltaïque, éolien, co-génération…), de fournir des services au système et aux clients (notamment pour diminuer les coûts d’approvisionnement les jours de pointe) »
La plateforme grenobloise permettra de développer une vision complémentaire. Plus concentrée géographiquement, elle intègre davantage la production intermittente, et notamment la production photovoltaïque couplée à la recharge des véhicules électriques. Le démonstrateur sera implanté sur les sites de l’éco-quartier de la Zac de Bonne et celui en développement de la « Presqu’île », sur la commune de Grenoble (Extraits du site web)

[actu]@[actu] Site du projet Greenlys

ERDF a aussi prévu l’installation à l’été 2013 d’une centrale photovoltaïque villageoise à Méaudre, dans le Vercors. L’un des objectifs premiers est de « couvrir le plus possible les besoins du village et, à terme, d’y associer du stockage. ». Il faut dire que Rhône-Alpes est l’un des terrains d’expérimentation favoris d’ERDF : « 30 % des projets nationaux se déroulent dans la région car elle bénéficie de pôles de compétitivité et d’un tissu académique favorables à l’énergie. ».

[actu]@[actu] ERDF : terrain de jeu électrique, Le Journal des entreprises : Rhône-Alpes, N°302, mars 2013

- Smart Electric Lyon : tout un programme
« Coordonné par EDF sur le territoire du Grand Lyon, Smart Electric Lyon est un important programme d’expérimentations sur l’évolution des usages de l’énergie électrique. Ce projet collaboratif réunit 19 partenaires industriels (fourniture d’énergie, équipementiers, acteurs de la domotique, industriels des télécommunications) et académiques français. L’accord de consortium est entré en vigueur le 1er octobre 2012 ». Un show-room devrait voir le jour à la Part-Dieu pendant l’été 2013.

[actu]@[actu] Smart Electric Lyon, Grand Lyon magazine, avril 2013
[actu]@[actu] Smart Electric Lyon sur le site de l’Ademe

Parmi les projets centrés sur la performance énergétique et les smart grids dans l’agglomération, citons aussi Transform (planification énergétique de la Part-Dieu), Showe it (réduire les consommations énergétiques et d’eau à Ecully), avant d’aborder plus en détail l’un des projets de démonstrateur de smart grids qui entre en phase opérationnelle en 2013 : Lyon smart community, à la Confluence.

[actu]@[actu] Lyon, une ville « intelligente » en énergie
[actu]@[actu] Smart Grids, les réseaux électriques intelligents, dossier de presse ERDF

JPEG - 107.7 ko
Lyon Confluence
(© Cyril Thomas and Kengo Kuma Associates)
  • [actu]Lyon smart community : un démonstrateur à la Confluence[actu]

Déjà reconnu pour son positionnement dans une démarche de développement durable (obtention du label Concerto, premier quartier durable WWF, reconnaissance comme éco-quartier par le Ministère français de l’Ecologie et du Développement durable), le quartier en mutation de la Confluence accueille un projet de démonstrateur « smart community » qui vise d’être l’un des plus aboutis à l’échelle européenne, positionnant ainsi la Confluence comme « le quartier européen exemplaire en matière d’efficience énergétique ».

A l’origine du projet, l’association du Grand Lyon et du NEDO, l’agence japonaise de soutien à l’innovation qui apporte, outre un investissement de 60 millions d’euros, son savoir-faire et un panel d’entreprises. Les partenaires opérationnels, la SLPA Lyon Confluence et le groupe Toshiba, travaillent avec une trentaine de partenaires dont 22 entreprises françaises.

Le projet tourne autour de quatre axes : la réalisation d’un ensemble de bâtiments à énergie positive, la mise en place d’une flotte de véhicules électriques en auto-partage, un système d’audit énergétique résidentiel au sein d’un programme d’éco-rénovation et un « Community Energy Management System » pour permettre une gestion globale de l’énergie au niveau du quartier.

[actu]@[actu] Lyon Confluence : signature d’une convention d’engagement entre le Grand Lyon et NEDO pour la mise en oeuvre d’un démonstrateur « smart community » d’ici à 2015, Economie Grand Lyon, 20 décembre 2011
[actu]@[actu] Lyon lance son « démonstrateur » « Smart Community » pour transformer le quartier Confluence en territoire à énergie positive, La gazette des communes, 6 décembre 2012
[actu]@[actu] Lyon smart community, présentation et dossier de presse sur le site du Grand Lyon
[actu]@[actu] La sobriété énergétique au programme, sur le site Lyon Confluence

- Hikari est le nom de l’ensemble de quatre bâtiments à énergie positive conçus pour l’îlot P par l’architecte japonais Kengo Kuma, en association avec l’agence lyonnaise CRB. Objectif : appliquer des innovations technologiques en vue d’optimiser les économies d’énergie et inclure la production d’énergies renouvelables. Démarrage de la construction ce printemps 2013 sous l’égide de Bouygues Immobilier, avec un objectif de livraison en 2015.

[actu]@[actu] Ilot P : un défi architectural et urbain au cœur de la métropole lyonnaise : consultation architectes-promoteur pour un îlot démonstrateur
Hikari, site de présentation par SLC Pitance
Kengo Kuma et CRB architectes, associés à Bouygues pour l’îlot P à Lyon Confluence, Vincent Charbonnier, Le Moniteur, 01 septembre 2011(avec une vidéo de présentation)

- Eco-rénovation Grand Lyon habitat a engagé un programme d’éco rénovation dans le quartier de la Confluence, notamment sur la cité Perrache, avec une isolation thermique des bâtiments par l’extérieur. Cette rénovation s’accompagnera pour 275 foyers de la cité Perrache d’un équipement en compteurs intelligents et d’une tablette numérique permettant de suivre les consommations en eau, gaz et électricité et de piloter certains appareils ménagers à distance.
[actu]@[actu] La cité HBM dite Perrache, dossier de l’Inventaire topographique

JPEG - 502.4 ko
Cité Perrache
(A. Meunier)

- Un « Community Energy Management System » by Toshiba. Parmi les entreprises incitées à s’installer en région par ces expérimentations, le groupe Toshiba n’est pas des moindres. Partenaire opérationnel de Lyon smart community, il intervient à plusieurs niveaux dans le projet. Il est ainsi responsable du développement du quatrième « pilier » du démonstrateur, le Community Energy Management System. La mission du CMES : collecter des données hétérogènes sur la production et la consommation d’énergie, les agréger et en assurer la transmission centralisée afin de fournir un outil de planification énergétique à l’échelle du quartier.
Toshiba est également chargé de mettre en place le datacenter regroupant l’ensemble des systèmes de pilotage des systèmes énergétiques. Inauguré le 27 mars 2013 à Limonest, ce datacenter lui servira en outre à héberger des données et des applications liées à l’e-santé, l’éducation et à la gestion de l’énergie, ainsi qu’à ses besoins internes.

[actu]@[actu] Toshiba inaugure un datacenter à Lyon, Cyrille Chausson, LeMagIT, 28 mars 2013
[actu]@[actu] Toshiba ouvre le premier centre de stockage de données d’Europe, Le Parisien, 27 mars 2013

- Des voitures électriques en autopartage : une flotte de 30 véhicules électriques fournis par Peugeot-Citroën et Mitsubishi sera installée à la Confluence d’ici la fin de l’année 2013. Les 6 bornes de rechargement seront alimentées par des panneaux photovoltaïques installés en toiture dont la gestion a été confiée à la CNR, avec le soutien d’ERDF. Toshiba prend en charge le logiciel de gestion des réservations ainsi qu’un système μEMS (Micros Energy Management System) qui doit réguler la répartition des énergies en fonction des besoins. La flotte cible un public mixte particuliers/professionnels avec des emplacements fixes (véhicule à ramener au point de départ).
Pour éviter tout court-circuitage avec les bluecar de Bolloré, l’autre système d’auto-partage de véhicules électriques déployé à Lyon courant 2013 sur un modèle « one way », aucune station bluecar ne sera installée sur le territoire d’expérimentation de Lyon smart community. En comptant Autolib (système d’autopartage préexistant à Lyon bien avant l’Autolib parisien) cela porte donc à trois les systèmes d’autopartage à Lyon.

[actu]@[actu] Lyon roule plus vert en auto-partage, Vincent Charbonnier, Les Echos, 29 mars 2013
[actu]@[actu] A Lyon, trafic encombré pour l’autopartage, GreenUnivers.com, 29 mars 2013 (à consulter dans Europresse)

JPEG - 231.2 ko
borne de recharge
(Louis Fabries)

- La mobilité, un enjeu majeur pour les grandes agglomérations
Le Grand Lyon multiplie les projets et applications innovantes dans le domaine de la mobilité (voir chapitre suivant). Dans la région, Grenoble fait partie des quatre grandes villes françaises à tester Infini Drive, un programme piloté conjointement par La Poste et ERDF et coordonné par Greenovia dont l’objectif est de favoriser la standardisation des infrastructures de recharge pour véhicules électriques.
Ce dynamisme attire des entreprises de pointe dans les domaines cibles comme la société suisse Green Motion, spécialisée dans les bornes de recharge pour véhicules électriques, qui prévoit d’ouvrir à la fin de l’année une unité d’assemblage et un centre de R&D à Grenoble.

[actu]@[actu] Véhicules électriques : Lancement du projet Infini Drive, Electro magazine, septembre 2012
[actu]@[actu] Infinidrive, point d’étape un mois après le lancement du projet,
[actu]@[actu] Infrastructures de recharge – 7 projets retenus dans le cadre du programme d’investissements d’avenir, Michaël TORREGROSSA, AVEM, 9 octobre 2012
[actu]@[actu] Bornes de recharge pour véhicules électriques : le Suisse Green Motion s’installe en Rhône-Alpes

- Concevoir, construire… et évaluer
La Société Publique Locale d’Aménagement (SPLA) Lyon Confluence se penche sur les réalisations déjà livrées de la Confluence. Elle a chargé Azimut Monitoring d’évaluer les espaces publics extérieurs : pollution, bruit, informations météo sont les données collectées par les balises Greenbee déployées en divers points du nouveau quartier (jardin d’enfant, restaurant, façade d’immeuble). Ces dernières, analysées en continu, devraient être rendues disponibles sur un portail internet dédié.

[actu]@[actu] Lyon Smart Community : évaluation de l’ambiance des espaces publics extérieurs à Lyon Confluence, Le site économique du Grand Lyon, 15 février 2013
[actu]@[actu] Azimut Monitoring évalue les espaces publics extérieurs de Lyon Confluence, Décision-achats.fr, 4 février 2013

Pour en savoir plus sur les smart grids, ces réseaux électriques intelligents :
[actu]@[actu] Smart grids : au-delà du concept, comment rendre les réseaux plus intelligents, coordonné par Gilles Guerassimoff et Nadia Maïzi, Presses des mines, 2013
[actu]@[actu] Les réseaux électriques de distribution : de la production décentralisée aux Smart Grids, sous la direction de Nouredine Hadjsaïd, Hermès science publications, 2010
[actu]@[actu] Smart grids – CRE, un site de la Commission de Régulation de l’Energie qui permet de suivre l’actualité des smart grids en France, en Europe et dans le monde.
[actu]@[actu] Scoop it Smart grid, smart city, une veille documentaire de l’Agence d’urbanisme de Lyon

JPEG - 264.3 ko
Toshiba à Pollutec
(Nathalie Vernus-Prost, 2012)

2La donnée au cœur de l’innovation2

La donnée est au cœur des systèmes d’information. Au-delà des smart grids, la collecte et l’exploitation de données devient l’un des enjeux majeurs de l’ère numérique. La multiplication de ces données (on parle de « big data ») est à la fois challenge et une opportunité pour les entreprises et les collectivités, qui peuvent développer de nouvelles stratégies et de nouveaux services.

[actu]@[actu] Big data is big business. Vraiment !, La Tribune, 3 avril 2013
[actu]@[actu] Open et big data sur Indexpresse (références d’articles de presse)

  • [actu]Optimod et compagnie, ça bouge côté mobilité[actu]

Le projet Optimod, initié par le Grand Lyon dès 2011, repose sur une coopération entre des partenaires publics et privés. La plateforme mise en place centralise toutes les données de la mobilité au sein d’un unique entrepôt de données, afin d’offrir à l’utilisateur (particulier, livreur…) des informations sur la mobilité en temps réel, avec une prévision du trafic à 1h, par le biais d’une interface accessible depuis un téléphone mobile. Optimod devrait être pleinement opérationnel en 2014.

D’autres développements sont en cours dans le domaine des mobilités : Citylog, géovélo, smartmov… voir la conférence de presse Grand Lyon, la ville intelligente

[actu]@[actu] Site web Optimod
[actu]@[actu] Site Infotrafic du Grand Lyon
[actu]@[actu] Optimod Lyon : signature de la convention partenariale en avril 2012
[actu]@[actu] Vers une ville multi-mobile, Anne-Caroline Jambaud, Millénaire 3, mis à jour le 31 mai 2012
[actu]@[actu] Retrouver toutes les expérimentations « smart city » sur le site du Grand Lyon

JPEG - 51.4 ko
Emplacement bluecar
(Jacques Léone)
  • [actu]Vers une ouverture des données publiques[actu]

Si la plupart des données utilisées dans les « réseaux électriques intelligents » sont privées et confidentielles, les collectivités s’intéressent de plus en plus à l’open data. Cette pratique, qui consiste à rendre publique et exploitable un ensemble de données, permet d’encourager le développement de nouveaux services par des opérateurs privés, le secteur public n’ayant pas nécessairement les moyens de développer lui-même des applications innovantes autour de ces données. Outre le développement du tissu économique et la création de nouveaux services, la démarche « open data » permet aussi à une collectivité de rajeunir son image.
Mais la transparence reste limitée à des données non sensibles (cartographiques…) et les manques d’homogénéité, de quantité et parfois de qualité freinent l’exploitation possible des données ainsi libérées. Reste aussi la question de la gratuité des données, susceptibles d’être réutilisées pour des applications commerciales.
- Le 28 février 2013, le gouvernement a publié sa feuille de route pour l’ouverture et le partage des données publiques. L’open data est en marche, reste à voir les modèles qui seront retenus.

[actu]@[actu] Open data : l’ouverture des données publiques en suspens, Tatiana Kalouguine, L’Hemicycle, 19 septembre 2012
[actu]@[actu] Données à valeur ajoutée et Service public 3.0 ?, Maud Serpin, L’Hemicycle, 12 février 2013
[actu]@[actu] Réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses, dossier Open data par la Gazette des communes, 8 mars 2013
[actu]@[actu] L’open data en construction

- Après Nantes, Rennes, la Saône et Loire, le Grand Lyon a finalement lancé en béta test sa propre plateforme de données publiques ouvertes en septembre 2012 en choisissant de diffuser de l’information géographique plutôt que des données textuelles.

[actu]@[actu] Catalogue des données géographiques libres du Grand Lyon
[actu]@[actu] Lyon est-elle fermée à l’ouverture des données publiques ?, Dalya Daoud, Rue 89 Lyon, 12 janvier 2012
[actu]@[actu] Grand Lyon, ouverture des données publiques, le site du Grand Lyon
[actu]@[actu] Les systèmes d’informations géographiques, dossier sur Localtis
[actu]@[actu] L’ouverture des données publiques, nouveau champ d’innovation urbaine, Millenaire 3, mise à jour 19 avril 2011
[actu]@[actu] Données et services : la donnée, carburant essentiel des services urbains, Anne-Caroline JAMBAUD, Millénaire 3, mis à jour le 18 décembre 2012
[actu]@[actu] Open data 69, Collectif pour les données ouvertes, a lancé le débat dans le Rhône en 2012.
[actu]@[actu] La donnée, au cœur du processus d’innovation ouverte, Millénaire 3, m.à.j. 18 décembre 2012

- Lyon urban data : autre projet en perspective, le développement d’une plateforme de données publiques et privées. Les données privées des grandes sociétés de transports par exemple pourraient être une mine pour le développement de nouvelles applications. A suivre fin 2013-début 2014

[actu]@[actu] Projet Lyon urban data

2« Lyon ville intelligente » à la Une2

Les innovations testées sur le territoire de l’agglomération sont une vitrine pour le Grand Lyon, qui peut ainsi faire valoir son dynamisme et espérer attirer de nouvelles entreprises. Une communication qui s’inscrit aussi dans un contexte de campagne électorale, à l’approche des municipales de 2014. Le concept dans les médias :

[actu]@[actu] Lyon expérimente la « ville intelligente » en temps réel, LA TRIBUNE, 29 mars 2013
[actu]@[actu] Lyon : Le grand labo du futur, Catherine Lagrange, Le Point, 28 mars 2013
Alternativ’city : vers une ville intelligente et durable. Urbanisme, transport, énergie…, supplément Mag2 Lyon d’avril 2013
[actu]@[actu] Dossier innovations technologiques : Lyon en 2020 : la ville média, Lyon Capitale, avril 2013, p. 62-71 (A consulter dans Le Kiosque)
[actu]@[actu] La ville durable sera-t-elle intellligente ?, dossier Entreprises Rhône-Alpes de novembre 2012 axé sur les entreprises actives dans la région.
[actu]@[actu] La ville innovante repose sur le numérique, Bref Rhône-Alpes, 27 février 2013
[actu]@[actu] Ma ville intelligente, Grand Lyon magazine, avril 2013. Dossier en ligne
[actu]@[actu] Dans un troisième mandat, Gérard Collomb imagine faire de Lyon la « ville du futur », Rue89 Lyon, 24 février 2013

Lyon ville intelligente pour les journalistes :
[actu]@[actu] Grand Lyon, la ville intelligente. Conférence de presse

2La transition énergétique, c’est maintenant ?2

  • [actu] Rhône-Alpes : première région énergétique de France[actu]

Si la région Rhône-Alpes s’affiche comme la première région productrice d’énergie, avec une hausse de la production en 2012, c’est avant tout grâce à son parc nucléaire. Autres point forts de la région : l’hydroélectricité, très présente dans les Alpes, et le solaire, en fort développement. Mais si les centrales photovoltaïques se multiplient, les énergies renouvelables ne constituent encore que 0,9% du total de la production électrique de la région, contre 3% au plan national. Encore loin de l’objectif des 20% en 2020.

[actu]@[actu] En regain d’énergie en région lyonnaise pour 2013
[actu]@[actu] Rhône-Alpes : la production d’électricité en hausse de 11 % en 2012, alors que la consommation a reculé de…5,5 %
[actu]@[actu] Energies renouvelables : état des lieux régional sur le site de Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement
[actu]@[actu] Energies et matières renouvelables sur le site de l’Ademe en Rhône-Alpes
[actu]@[actu] Rhônalpénergie-Environnement, l’agence de l’énergie et de l’environnement en Rhône-Alpes
[actu]@[actu] ADEME Rhône-Alpes

- Le photovoltaïque, un secteur industriel fragile. Après les difficultés rencontrées par l’entreprise iséroise Photowatt, finalement reprise par EDF, c’est l’usine Bosch de Vénissieux, spécialisée dans l’assemblage de panneaux solaires, qui est menacée.
[actu]@[actu] Bosch Vénissieux : la CGT demande à l’Etat et à la Région d’aider l’organisation du photovoltaïque, Enviscope, 22 avril 2013
[actu]@[actu] La reprise de Photowatt par EDF confirmée par la justice, Le Monde, 27 février 2012

  • [actu]Des atouts forts dans la recherche et l’industrie[actu]

- Acteurs publics et privés qui maillent le territoire rhônalpin dans le domaine des énergies et de l’environnement se regroupent pour faire émerger des projets innovants.
[actu]@[actu] Le pôle de compétitivité Tenerrdis a pour vocation d’accroître la compétitivité des filières industrielles des nouvelles technologies de l’énergie grâce à l’innovation.
[actu]@[actu] Le Cluster Rhône-Alpes Eco-énergies est une structure associative qui fédère plus de 800 acteurs privés et publics (dont 230 membres) impliqués dans la maîtrise de l’énergie et les énergies renouvelables appliquées au bâtiment
[actu]@[actu] Le pôle Arc 4, énergies : plus de 60 laboratoires de recherche, rattachés à l’ensemble des établissement universitaires et des centres de recherche sur les 4 sites universitaires de Rhône-Alpes, rassemblent ainsi près de 2500 chercheurs impliqués dans la thématique des énergies nouvelles et renouvelables

- Deux petits nouveaux dans le domaine de la recherche :
L’IDEEL, l’Institut des énergies décarbonées et écotechnologies, s’installe au cœur de la vallée de la chimie avec un objectif : créer l’usine du futur.
[actu]@[actu] Deux Instituts d’excellence retenus en matière d’énergies décarbonées, Rachida Boughriet, Actu-environnement.com, 7 juin 2011
[actu]@[actu] IDEEL : lancement de l’Institut des énergies décarbonées et écotechnologies de Lyon
Supergrid, un institut qui réunira à Villeurbanne industriels et chercheurs autour des futurs réseaux de transport de l’énergie électrique, en vue d’acheminer l’énergie produite par des sources renouvelables éloignées des lieux de consommation (exemple : éoliennes en mer)

- La MITRA (Mission Ingénierie et Prospective Rhône-Alpes) à travers sa cartographie Compétences et territoires 2013, recense les grands acteurs – organismes, entreprises, instituts de recherche… – présents sur le territoire rhônalpin.
[actu]@[actu] Voir la fiche Energies
[actu]@[actu] Voir la fiche Technologies environnementales

  • [actu]La transition énergétique au cœur des territoires[actu]

Dans le cadre du débat national sur la transition énergétique, rencontres et conférences sont prévues sur tout le territoire pendant le printemps 2013. A suivre sur le site de la région Rhône-Alpes :
[actu]@[actu] Transition énergétique. Quelle gouvernance pour les énergies de demain ? Rhône-Alpes en plein débat
Agenda, fiches thématiques et exemples concrets en Rhône-Alpes

Pour connaître les appels à projet et les initiatives encadrées par la région Rhône-Alpes :
[actu]@[actu] La région Rhône-Alpes en marche vers la transition énergétique

Territoires à énergie positive : le Réseau TEPOS
La Région et l’ADEME Rhône-Alpes souhaitent encourager et accompagner des territoires pilotes, dénommés « territoires à énergie positive » ou « TEPOS » qui s’engageraient dans une démarche de transition sur une trajectoire permettant d’atteindre l’équilibre entre la demande d’énergie et la production d’énergies renouvelables locales à l’horizon 2050.
Le territoire du Beaujolais Vert fait partie des territoires qui ont déposé leur candidature
[actu]@[actu] Appel à Manifestation d’intérêt « Territoires à Energie Positive » .
[actu]@[actu] Appel à Manifestation d’Intérêt Territoires à Energie Positive : Programme de démonstrateurs territoriaux d’une démarche de transition énergétique
[actu]@[actu] La mobilisation des Regions en faveur des TEPOS, les territoires à énergie positive, ETD, 3 avril 2013
[actu]@[actu] ÉNERGIE : Vers des territoires positifs. Environnement Magazine, no. 1716, dossier, lundi 1 avril 2013 (accessible sur Europresse)

Le plan climat énergie territorial a pour mission de formaliser les orientations des collectivités. Plus d’informations sur le site de l’Agence de l’énergie et de l’environnement en Rhône-Alpes
[actu]@[actu] Le plan climat du Grand Lyon
[actu]@[actu] Le projet de Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Energie présenté au conseil régional en mars 2012 a été rejeté, notamment en raison des votes d’EELV et du Front de gauche jugeant ce plan trop peu ambitieux.

Pour aller plus loin :
- Les collectivités locales au coeur de la transition énergétique : recueil de 30 démarches exemplaires, Amorce, février 2013
- Du blocage au déclic : chacun acteur et ensemble responsables, dès aujourd’hui, d’une métropole sobre en énergie et en carbone : contribution du Conseil de développement à l’élaboration du Plan climat énergie du Grand Lyon, Grand Lyon, Conseil de développement, 2010
- Vision 2020 pour une agglomération sobre en carbone : document préparatoire à l’élaboration des plans d’actions des partenaires de la Conférence énergie climat : coproduction des scénarios, Grand Lyon, 2011
- Energies, transition et continuité ?, dossier paru dans Administration, revue de l’administration territoriale et de l’Etat, n°237, mars-avril 2013
- Quelle transition énergétique ?, Henri Safa, EDP Sciences, 2013
- La révolution énergétique : une chance pour sortir de la crise, Denis Baupin, Petits matins, 2013
- D’autres références sur la transition énergétique

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *