Une Fabrique de l’innovation : Le film d’animation, star en Rhône-Alpes

- temps de lecture approximatif de 28 minutes 28 min - Modifié le 17/06/2016 par Département Lyon et région

La Bibliothèque municipale de Lyon programme du 5 novembre 2013 au 1er mars 2014 une série d'évènements qui parlent des révolutions industrielles en Rhône-Alpes à travers les domaines des pôles de compétitivité : le textile (Techtera), la chimie (Axelera), la plasturgie (Plastipolis), l'automobile et les transports (Lyon Urban Trucks and Bus), les biotechnologies (Lyonbiopôle), et l'image-cinéma (Imaginove). Expositions et rencontres sont regroupées sous le label Une Fabrique de l'innovation. L'intérêt porté à l'image (photographie, cinéma, jeu vidéo, multimédia, animation, etc) est fortement inscrit en région lyonnaise et plus largement en région Rhône-Alpes. Parmi ces disciplines, l'animation est particulièrement dynamique. Offrant des possibilités narratives et esthétiques sans limites, omniprésente dans le domaine de la fiction, l'animation a également des applications dans de nombreux champs dont la science, l'architecture, la publicité, la pédagogie. En Rhône-Alpes, le travail des artistes est fortement présent et reconnu. La région a su constituer sur son territoire plusieurs pôles d'excellence en développant à la fois l'enseignement, la réalisation, la diffusion et la promotion de cet art.

Art_ludique_par_J-s-47a61.jpg
Art_ludique_par_J-s-47a61.jpg


Sommaire

1. Rhône-Alpes pionnière de l’aide à la création

2. Imaginove : le pôle de compétitivité des filières de l’image en mouvement

3. Formations : des écoles de renommée internationale :

- Emile Cohl à Lyon

- La Poudrière à Bourg- les-Valence : l’école du film d’animation

- Autres formations

4. Des lieux de production : les studios : Folimage, TeamTo, Vanilla Seed…

5. Les grandes manifestations :

- Cartoon Moovie à Lyon

- Le Festival international du film d’animation d’Annecy

6. Pour le public, des possibilités d’initiation foisonnantes

A propos du film d’animation : quelques ouvrages

21. Rhône-Alpes pionnière de l’aide à la création2

Rhône-Alpes a été la première région française à créer une structure d’aide à la production des films. Un dispositif de soutien précieux pour la création et envié en France comme à l’étranger. Au total, la Région investit 10 millions d’euros par an dans le cinéma et l’audiovisuel, que ce soit dans le développement des pôles d’excellence, l’aide à la production, la numérisation des salles d’art et essai, le soutien à une trentaine de festivals ou encore la médiation culturelle.
Le poids très important de la coproduction de longs-métrages, comme de documentaires, est une spécificité de la Région depuis plus de 20 ans. Elle apporte 2 millions d’euros par an auxquels s’ajoute un million d’euros versé par le CNC, la totalité va à la production de films via des accords de coproduction. Les retombées sont parfois mirifiques. Créé il y a maintenant 22 ans en 1990 à l’initiative de Roger Planchon, le Centre européen cinématographique Rhône-Alpes s’est développé autour de 3 activités : Rhône-Alpes Cinéma, Rhône-Alpes Studios et la Commission du Film Rhône-Alpes. En 2001, la Région a créé le fonds de soutien à la création audiovisuelle et cinématographique qui intègre l’aide à la production de documentaire, et depuis 2002 l’aide au court-métrage et au film d’animation.
Les objectifs des aides régionales sont à la fois culturels – soutenir la création d’oeuvres et l’émergence de talents en région – et économiques – conforter l’emploi et la formation, générer des retombées économiques, et aider à structurer la filière du cinéma et de l’audiovisuel sur le
territoire.
En moyenne, la Région consacre chaque année environ 800 000 € à la production de films d’animation, qu’ils soient longs, courts ou en séries. Avec Rhône-Alpes Cinéma, la Région a aidé à coproduire de beaux succès comme La Prophétie des Grenouilles (2003), Mia et le Migou (2008) de Jacques-Rémy Girerd ou encore Azur et Asmar (2006) de Michel Ocelot. En accordant son aide à la plupart des films produits par Folimage, la région participe au maintien à Bourg-les-Valence d’un des plus importants studios d’animation en France. Cette année, elle renouvelle sa convention avec la Poudrière et consacre 300 000 euros sur 3 ans à l’école.

GIF - 54 ko
Art ludique

 

[actu]@[actu] Le fonctionnement, les activités de Rhône-Alpes Cinéma

[actu]@[actu] Sur le site de la région : l’Aide à la production d’animation et plaquette : Cinéma et audiovisuel en région Rhône-Alpes

[actu]@[actu] Cinéma : Rhône-Alpes en haut de l’affiche

22. Imaginove pôle de compétitivité des filières de l’image en mouvement en Rhône-Alpes2

Dans la région la filière image s’est structurée autour du pôle Imaginove qui accompagne depuis 2005 les professionnels de cette filière. Il est le pôle de compétitivité et cluster des filières des contenus et usages numériques en Rhône-Alpes. Imaginove appuie son ambition sur une filière de l’image forte en Rhône-Alpes : 650 entreprises, 23 laboratoires de recherche, 28 formations liées à l’image, ainsi que des évènements internationaux tels que la Game Connection, le Marché et le Festival du Film d’Animation d’Annecy ou les Serious Game sessions.
Dédié exclusivement au contenu, Imaginove axe ses actions sur la création, la production et la diffusion. L’association a pour ambition de faire partie des « pôles images » de référence en Europe. Le cross média resserre les liens entre animation et jeux vidéo. Le but est de développer des synergies entre les métiers du cinéma, de l’audiovisuel, du multimédia et du jeu vidéo mais aussi avec les laboratoires de recherche et les organismes de formation en réunissant les compétences présentes dans la région. Le pôle favorise l’anticipation et stimule l’innovation des professionnels de la filière.
Rhône-Alpes est une région moteur en matière de soutien aux nouveaux médias mais aussi une région riche de compétences pointues et complémentaires

Rhône-Alpes Cinéma et Imaginove sont installés sur [actu]@[actu] le pôle Pixel , à Villeurbanne, pôle Image en mouvement de l’agglomération lyonnaise, il accueille actuellement plus de 60 entreprises.

[actu]@[actu] Rhône-Alpes territoire d’accueil pour les entreprises créatives
[actu]@[actu] Cartoon Movie à Lyon au cœur d’une région « animée »
[actu]@[actu] Imaginove, l’image en mouvement !
[actu]@[actu] Imaginove en région Rhône-Alpes
[actu]@[actu] Thing Tank Imaginove : une plateforme de partage
[actu]@[actu] Le site ganuta.com créé par Imaginove, des rubriques : rechercher un job, consulter l’annuaire des entreprises, etc.
[actu]@[actu] Sur le site économique du Grand Lyon , plusieurs dossiers sous la rubrique « Ressources ».

23. Formations : des écoles de renommée internationale :2

[actu]Emile Cohl à Lyon [actu]

L’Ecole Emile Cohl de Lyon est un établissement privé d’enseignement supérieur artistique reconnu par l’Etat. Fondée en 1984 par Philippe Rivière, professeur aux Beaux-arts de Lyon, avec le concours de Roland Andrieu, elle est aujourd’hui l’une des plus en vue du secteur et forme des dessinateurs de talent. Elle porte le nom d’Émile Cohl (1857-1938), pseudonyme d’Émile Courtet, dessinateur français qui est historiquement considéré comme l’inventeur du dessin animé. Il réalise en effet, le tout premier sur pellicule de cinéma, Fantasmagorie qui est projeté pour la première fois le 17 août 1908, au théâtre du Gymnase à Paris, pour la société Gaumont. C’est via les studios Disney, dans les années 1930 que l’animation de dessin se diffuse à l’échelle planétaire. L’école Emile Cohl est consacrée à l’enseignement des arts dans les différents domaines de l’image (peinture, affiche, illustration de récits et de livres, dessin de presse, bande dessinée, dessin animé, sites internet, jeux interactifs, livre numérique). L’enseignement est dispensé par les meilleurs spécialistes.
Depuis 1994, elle est installée dans le quartier Villette Part-Dieu, rue Paul Bert, dans une infrastructure de 2400 m2 totalement réhabilitée.

JPEG - 199.4 ko
etude-doc-proba-2013
© Ecole E. Cohl
JPEG - 174.3 ko
atelier-dessin-platre
© Ecole E. Cohl

L’établissement compte environ 450 étudiants et propose depuis 2013 un master dessinateur-concepteur, en cinq ans, avec option : dessin-animé, jeu vidéo, édition (illustration ou BD), infographie-multimédia. Les trois premières années de tronc commun permettent aux étudiants d’acquérir l’essentiel des techniques du dessin. Les étudiants doivent bien sûr avoir l’œil du dessinateur. Le dessin est en effet un processus nécessaire quelle que soit la technique employée pour réaliser un film d’animation. Dessin à partir de modèles vivants ou autres, il s’agit de créer des images narratives. Puis il y a la conception du story-board, la mise en couleur, etc. L’établissement propose également un module professionnel infographie et médias sur 6 mois.
L’institution, qui depuis sa création se veut militante, affiche son attachement à des règles éthiques qui concernent les étudiants comme les enseignants, ce qui n’est pas si courant. Chacun est invité à souscrire aux grandes orientations pédagogiques et humanistes de la charte de l’école.

En 2012, l’école de dessin Emile Cohl et CiteCréation ont marié leur savoir-faire pour créer EcohlCité, un établissement international d’enseignement supérieur qui propose des formations en art mural extérieur.
Le quotidien régional Le Progrès a bénéficié du talent des étudiants qui ont illustré magnifiquement la publication 40 faits divers extraordinaires de 1862 à nos jours : Rhône, Ain, Jura et région

De nombreux anciens élèves d’Emile Cohl ont collaboré à quelques-uns des très grands succès du film d’animation en France, tels que Le Magasin des suicides (Patrice Leconte – 2012), Une vie de chat, (Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli – 2010), Kaeloo, série réalisée par Rémi Chapotot (2010), ou encore Persépolis (Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud – 2007) qui a obtenu le prix du jury à Cannes et a été nommé pour l’Oscar du meilleur film d’animation.

[actu]@[actu] L’Ecole Emile Cohl, Best of
[actu]@[actu] La page Facebook de l’école
[actu]@[actu] L’Ecole Emile Cohl, 2013-2014 : organisation des études
[actu]@[actu] Le site de l’école
[actu]@[actu] Présentation de l’école sur le site Imaginove
[actu]@[actu] EcohlCité
Emile Cohl l’inventeur du dessin animé par Pierre Courtet-Cohl et Bernard Génin, Omniscience, 2008

[actu]La Poudrière à Bourg- les-Valence : l’école du film d’animation[actu]

Créée en 1999, l’école est installée depuis 2009 à Bourg-les-Valence au sein de la Cartoucherie, pôle d’excellence du film d’animation. La Cartoucherie conjugue avec l’école La Poudrière, les studios Folimage et l’Equipée : formation, production, et action culturelle. Site inscrit au patrimoine des monuments historiques, la Cartoucherie accueille également d’autres structures liées à l’animation (TeamTo, Foliascope, Fargo, Les Films du Nord) et à l’image en général (Les Ecrans de la Drôme et de l’Ardèche, Le Bureau Cinéma Drôme-Ardèche). La Poudrière est l’école européenne du cinéma d’animation, elle forme au métier de réalisateur. S’adressant à des personnes qui ont déjà une pratique de l’animation, la formation de deux ans permet la maîtrise globale du processus de production d’un film. Les étudiants peuvent à la fois suivre des cours, réaliser des films et rencontrer des professionnels confirmés de cette industrie. L’école participe activement au réseau d’écoles d’animation animé par Cartoon, association européenne du film d’animation.
En 2013, Benjamin Renner, ancien étudiant de l’école du film d’animation de la Poudrière (promotion 2007) a reçu pour Ernest et Célestine le César du meilleur film d’animation, c’est son premier long métrage. Les deux protagonistes un ours et une souris ont pris vie dans les studios de Folimage. Une amitié improbable unit les deux marginaux. Un conte narré avec beaucoup de poésie et d’humour et où l’aquarelle crée un univers délicieusement ouaté. A l’issue d’une série d’aventures mouvementées où ils sont poursuivis par les polices de leurs mondes respectifs, les deux héros vont retrouver enfin la sérénité.

La 13ème promotion de l’école est également prometteuse, en témoigne la sélection des films de fin d’études d’Elsa Duhamel (Pieds verts) au Festival international du film d’animation d’Annecy 2013 et la mention spéciale obtenue par celui de Marie Vieillevie (Soeur et frère) au festival Anima à Bruxelles.

[actu]@[actu] Présentation de l’école sur son site
[actu]@[actu] La Cartoucherie cour des images

[actu]Autres lieux de formation en Rhône-Alpes [actu]

[actu]@[actu] Le pôle Imaginove anime le réseau des écoles de l’image
[actu]@[actu] Gobelins-Annecy : Animateur 3D : Formation à l’animation de personnages 3D dans une perspective cross media.
[actu]@[actu] Le site de Bellecour Ecoles d’art
[actu]@[actu] L’ENAAI à Voglans (73)
[actu]@[actu] Le Centre Factory à Villeurbanne…, etc.

JPEG - 331.3 ko
© Ecole E. Cohl

[actu]@[actu] Films de fin d’étude : la sélection officielle Annecy 2013

24. Des lieux de production : les studios : Folimage, TeamTo, Vanilla Seed…2

[actu]@[actu] Un historique du cinéma d’animation : une frise le présente sur le site CLIclic.

Pour réaliser un film d’animation long métrage le studio recrute une équipe d’artistes qui esquisse, dessine, puis peint les personnages et les décors pendant parfois plusieurs années. Ses dessins réalisés par milliers sont la base du travail de tous les participants.
Certains font le choix de l’animation sur cello au dessin, ou de l’animation en stop-motion avec de l’argile, des marionnettes ou des objets, ou bien de l’animation par ordinateur, d’autres mélangent les techniques. La réalisation par technique mixte est plus répandue dans les petits studios ou les studios indépendants. L’animation est une forme de chorégraphie où se conjuguent les mouvements des personnages et la bande son qui joue bien sûr également un rôle fondamental. Les devoirs créatifs : permettre au public de s’identifier au personnage principal, le toucher mais aussi l’intriguer, le faire voyager au de-là de ses attentes, l’émouvoir. Il existe aussi une autre catégorie de films d’animation « à tendance documentaire », c’est le cas par exemple de Valse avec Bachir (2008) ou encore de Persepolis, des films ancrés dans la réalité.

[actu]Folimage, Bourg-les-Valence[actu]

Le studio Folimage aujourd’hui installé à Bourg-les-Valence est créé en 1981. Il a pour but de favoriser la création d’auteurs et bénéficie aujourd’hui d’une renommée internationale. Le studio est spécialisé dans la réalisation de films image par image ; tout est fait sur place ce qui permet de contrôler la production jusqu’au bout. Il faut trouver un univers graphique. Les personnages sont dessinés sur du papier puis créer en volume, avec de la pâte à modeler. Ils sont ensuite fabriqués dans des moules (c’est le travail des modeleurs), puis peints. Il faudra ensuite constituer les accessoires, les décors, s’occuper de la lumière, enregistrer les voix… etc.

L’entreprise produit des courts et longs métrages, et des séries télévisées. Les séries sont présentes dans les programmes télévisés des cinq continents.
Jacques-Remy Girerd ancien élève des beaux-arts de Lyon est le fondateur du studio. Grand nom de l’animation française, c’est avec brio qu’il retranscrit l’univers pastel et doux des illustrations de livres pour enfants. Il est le réalisateur de La Prophétie des grenouilles en 2001, premier long métrage du studio, de Mia et le Migou en 2008 ou encore de Tante Hilda ! réalisé avec Benoît Chieux (sortie prévue en février 2014). Tante Hilda ! est une ode à l’écologie et dénonce les abus de la science ainsi que les collisions du politique et du bizness.

Parmi les productions :
En 2013, le studio produit les 26 épisodes de la série télevisée C’est bon diffusés sur France 3. Une série ludo-éducative sur l’alimentation et la santé, parrainée par Anne-Sophie Pic, avec la voix de Jean-Pierre Coffe. Autres productions : Une vie de chat, en 2010, un polar jazzy pour enfants et adultes faisant la part belle au dessin à la main et nominé aux oscars 2012. Ou encore Phantom Boy, attendu pour 2015, concocté toujours par le duo d’Une vie de chat : Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli. Le studio accompagne d’ailleurs ce tandem depuis une vingtaine d’années.
_

La France est le 3ème producteur mondial de films d’animation après les Etats-Unis et le Japon. C’est avec l’immense succès en 1999 de Kirikou et la sorcière de Michel Ocelot que le film français d’animation prend son essor et cela se confirme avec les réussites des Triplettes de Belleville de Sylvain Chomet et de la Prophétie des grenouilles de J.-R. Girerd. Les 3 films ont dépassé le million de spectateurs.

[actu]@[actu] La cartoucherie : les entités
[actu]@[actu] La Cartoucherie cour des images, pôle d’excellence sud Rhône-Alpes autour de l’image animée, c’est aussi : La Poudrière, L’équipée, TeanTO, Fargo, Les Ecrans : présentation générale
[actu]@[actu] Présentation et histoire de Folimage
[actu]@[actu] A propos de la série C’est bon
[actu]@[actu] La Résidence : 8 mois à un an dans les studios de Folimage
[actu]@[actu] Le film d’animation rhônalpin se porte bien, article du Progrès du 25/1/2012 sur le site du Progrès

[actu]TeamTo[actu] est un studio d’animation 3D créé en 2008, à Bourg-les-Valence par Guillaume Hellouin, également président de la structure et producteu. Il s’associe au projet de la Cartoucherie. En 2011, le studio ouvre un bureau à Los Angeles et totalise aujourd’hui 360 personnes. Un long métrage est en cours de fabrication : Gus, il raconte l’histoire d’un oiseau non migrateur qui devra pourtant conduire en Afrique toute une volée d’oiseaux.

JPEG - 53 ko
Gus
© TeamTO

[actu]@[actu] Le site de TeamTo
[actu]@[actu] TeamTo un studio d’animation et ses métiers

[actu]Vanilla seed[actu] studio lyonnais d’animation est au départ prestataire de réalisation en 3 D pour le compte de ses clients. Actuellement, le studio réalise sa propre production complète avec 9, chemin des Gauchoirs.
[actu]@[actu] Le site de Vanilla seed
[actu]@[actu] Le studio Vanilla Seed s’anime autour de son propre projet, sur le site Tribune de Lyon.

[actu]Iboo Interactive[actu]
[actu]@[actu] La page Facebook d’Iboo Interactive : une start-up lyonnaise fondée par une élève diplômée de l’école Emile Cohl. L’entreprise a présenté à Cartoon Movie « Moutcho et Pitrouille », son livre interactif pour tablettes numériques.

D’autres studios et sociétés de production en Rhône-Alpes :
[actu]@[actu] 3D Emotion , [actu]@[actu] 3D Event,
[actu]@[actu] Big company, [actu]@[actu] Jokyo images,
[actu]@[actu] Tanukis, [actu]@[actu] Pictor Media

25. Les grandes manifestations2

[actu]Cartoon Movie à Lyon [actu]

Cartoon Movie est le rendez-vous annuel du cinéma d’animation. Il existe depuis 1999. Né en Allemagne, implanté à Lyon en 2009, il a pour objectif de favoriser le développement des coproductions et coopérations transfrontalières, d’accélérer le montage financier et le processus de production des films et de faciliter leur distribution à l’échelle européenne et internationale. Ce forum qui se tient à la Cité Internationale dure trois jours, il permet la présentation de projets plus ou moins avancés et bien sûr des échanges entre professionnels (réalisateurs, producteurs, distributeurs, techniciens…). Il est un véritable tremplin pour le film d’animation européen. Aujourd’hui, l’animation est le produit audiovisuel qui se vend le mieux à l’international. Parmi les films présentés certains rencontrent un immense succès. Ainsi, deux des films nominés en 2012 aux Oscar Chico & Rita et Une vie de chat avaient commencé leur carrière à Cartoon Movie. Par ailleurs, le directeur général de Cartoon, Marc Vandeweyer, souhaite que le festival de Cannes accepte lui, plus souvent, des films d’animation européens.

Le forum professionnel du film Cartoon Movie, pour sa 15e édition, en mars 2013, a réuni 700 participants, venus de 40 pays. Depuis sa création, il a permis de trouver un financement à plus de 200 longs métrages, équivalent à un montant de 1,4 milliard d’euros. Plusieurs réalisateurs renommés ont présenté cette année leurs films parmi lesquels Sylvain Chomet (Swing Popa Swing), Patrice Leconte (Music !), Enzo d’Alo (Pinocchio) ou encore Jean-François Laguionie (Louise en hiver). Benjamin Renner a, lui, reçu le prix de la Région Rhône-Alpes récompensant une personnalité dans le domaine de la création et de la production.

JPEG - 155.4 ko
Cartoon Movie 2013


Pour la deuxième année consécutive Cartoon Games a lieu en même temps marquant le lien entre animation et jeu vidéo.
En France, la fréquentation des films d’animation a progressé de 7% avec 32,37 millions d’entrées. Le public se diversifie attirant autant d’adultes que d’enfants.

[actu]@[actu] Cartoon Movie le futur de l’animation européenne, sur Ecranlarge.com
[actu]@[actu] Vidéo : Cartoon Moovie kesako ? : Reportage de l’édition 2012 par Euronews
[actu]@[actu] Une importante revue de presse, Click to read, sur l’affiche 2013

[actu]Le Festival international du film d’animation d’Annecy[actu]

En 1960, après deux éditions à Cannes (1956 et 1958), les Journées internationales du cinéma d’animation (JICA) s’installent à Annecy et c’est en 1985 qu’a lieu, dans cette même ville, la première édition du Marché international du film d’animation (MIFA).
2006 voit la création de l’établissement public de coopération culturelle : CITIA, Cité de l’image en mouvement qui organise désormais le Festival d’Annecy, son Marché ainsi que le Forum blanc.

Aujourd’hui le festival d’Annecy est la référence mondiale du cinéma d’animation avec une compétition, des avant-premières, un marché du film et des séries, des projections publiques en plein air, des conférences professionnelles et des fêtes. Annecy 2013, 37e édition, c’est plus de 500 films projetés, 45 pays représentés. Un cru parfaitement réussi avec cette année 7100 accrédités. Le festival qui favorise les rencontres est devenu, par exemple, l’un des grands centres de recrutement des animateurs français par les studios américains car les français ont une vraie culture de l’animation et des écoles particulièrement performantes. L’industrie de l’animation en France ferait travailler près de 5000 intermittents.

JPEG - 205 ko
l-affiche-officielle-du-festival-du-film

Quelques événements du festival 2013 :

Présentation du film d’ouverture Annecy 2013, Monstres Académy et du Parapluie bleu :

De nombreuses avant-premières mondiales ont rythmé le festival. Parmi elles : Monstres Académy et le 2e opus de Moi moche et méchant, 2 titres actuellement en tête du box office, ou encore : Oggy et les cafards, série animée française devenue long métrage.
Un Cristal d’honneur à été attribué à Jerzy Kucia, l’un des maîtres de l’animation polonaise à l’honneur cette année.
Le cristal du long métrage attribué au film brésilien Uma historia de amor e furia récompense aussi l’internationalisation de la programmation voulue par Marcel Jean qui a endossé le rôle de délégué artistique pour la première fois. Cette édition a su trouver un bon équilibre entre la compétition et les évènements grand public.

La Drôme inventive était à l’honneur avec notamment la présentation en avant-première de Tante Hilda ! (cité précédemment) co-produit par Rhône-Alpes Cinéma, long métrage réalisé en 5 ans de travail par Jacques-Rémy Girerd avec Benoît Chieux. Ovationné, ce film burlesque créé à la main, relate les aventures d’une botaniste farfelue. Au casting des voix, Josiane Balasko et Sabine Azéma confirment, si besoin, l’engouement des célébrités pour le film d’animation.
Le groupe valentinois Dyonisos prolonge lui son univers musical sur grand écran avec la réalisation de La mécanique du cœur.
Ces deux films devraient sortir en février 2014.
L’automne de Pougne produit par Folimage a reçu le prix du meilleur spécial TV

JPEG - 615.6 ko
Tante Hilda !
© Folimage Production / Melusine Production / Rhône-Alpes Cinéma / France 3 Cinéma / SND

A l’occasion du festival Arte et Canal + ont consacré une large place au cinéma d’animation avec notamment une émission consacrée à la cinéaste allemande Lotte Reiniger, pionnière du film d’animation en théâtre d’ombres, surnommée par Jean Renoir la « maîtresse des ombres ». Des créateurs utilisent aujourd’hui ces mêmes techniques, par exemple Michel Ocelot pour Kirikou. Diffusion également, sur arte de l’excellent Coraline réalisé en 2009 par Henry Selick (USA). Projection aussi de court-métrage français qui reflètent la richesse du cinéma d’animation en France : Cargo Cult de Bastien Dubois ou encore Miniyamba de Luc Perez.

Le MIFA, Marché international du film d’animation obtient cette année un record de fréquentation, une fréquentation qui a progressé pour la 9ème année consécutive. Il réuni près de 2400 accrédités, 2000 sociétés, 454 exposants, 340 acheteurs, distributeurs et investisseurs (soit une hausse de 17 %) et 80 pays étaient représentés. On a pu noter la présence d’Aurélie Pilippeti, ministre de la culture.
Quant au festival off (3ème édition) qui a cette année élu résidence sur le bateau « Le Cygne », il a connu un joli succès avec sa centaine de films projetés concus par des réalisateurs de moins de 25 ans en provenance d’Afrique, des Etats-Unis et d’Europe.

Le festival d’Annecy est loin d’être absent sur les réseaux sociaux, il a en effet investi Twitter, Linkedin, Viadeo et Facebook
Quand au festival 2014, il devrait donner un coup de projecteur sur l’animation en volume ou stop motion.

[actu]@[actu] L’ensemble des communiqués de presse
[actu]@[actu] Bref historique du festival
[actu]@[actu] Présentation, sur le site du Festival
[actu]@[actu] Le palmarès 2013
[actu]@[actu] Annecy 2013 sur Cinécoulisses.fr
[actu]@[actu] Les papeteries de Cran-Gevrier à Annecy futur Pôle des entreprises de l’image en mouvement
[actu]@[actu] Les Drômois à l’honneur au festival d’Annecy
[actu]@[actu] NAAOW : un espace collaboratif permanent créé par le CITIA destiné aux créateurs talentueux et aux prospecteurs de talents.
[actu]@[actu] A Roanne, le Festival international du court métrage d’animation en est à sa 4e édition
[actu]@[actu] A Bourg-en-Bresse a lieu le Festival du film d’animation pour la jeunesse
[actu]@[actu] Haute-Savoie : L’image une filière en mouvement sur le site du Messager
[actu]@[actu] Les chiffres du marché de l’animation 2010 édités par le CNC

Cristal du long métrage, Annecy 2011 : Le chat du rabbin de Joann Sfar et Antoine Delesvaux : un joyeux périple au départ d’Alger la blanche magnifiquement retranscrite.

26. Pour le public des possibilités d’initiation foisonnantes2
Si le public -adultes et enfants – se presse pour découvrir les derniers films d’animation sortis en salle, il est également aussi curieux de connaître « l’envers du décor », de découvrir quels sont les processus qui permettent leur réalisation.

JPEG - 361.9 ko
© Folimage

- L’équipée, association pour le développement du cinéma d’animation installée sur le site de la Cartoucherie à Bourg-les-Valence fait justement ce lien entre les professionnels du cinéma d’animation et le public en proposant des activités multiples. C’est en s’appuyant sur les productions des studios Folimage qu’elle dévoile les différentes étapes de la création d’un film.
Ainsi, dans les ateliers pour enfants, l’animatrice utilise par exemple les personnages en mousse de latex, Boniface et Mélie ainsi que leurs accessoires et décors, une belle expérience pour les enfants qui participent avec enthousiasme.

JPEG - 330.7 ko
Boniface dans la fontaine
JPEG - 330 ko
L’Equipée, démonstration
JPEG - 284.8 ko
Mélie en cours de fabrication

 

[actu]@[actu] Présentation de l’Equipée sur son site
[actu]@[actu] L’Ecole du spectateur : des stages d’initiation pour adultes et enfants

[actu]@[actu] Des Interventions d’éducation artistique
[actu]@[actu] Le Festival d’un jour s’est déroulé cette année pour sa 19e édition du 18 au 23 mars 2013, dans 12 communes de la Drôme et de l’Ardèche. Le Festival d’un Jour, c’est en fait 6 jours d’évènements, 12 communes partenaires, 20 salles de projections, 12.000 spectateurs. Pour le public c’est une occasion unique de découvrir des films d’animation parmi les 130 courts et longs métrages proposés et de participer aussi à des ateliers ludiques.
[actu]@[actu] Le dossier de presse du Festival d’un jour 2013
[actu]@[actu] Des expositions qui peuvent être louées à des médiathèques, des festivals
[actu]@[actu] Des outils pédagogiques

- L’Ecole Emile Cohl organise également différents stages d’initiation ou de perfectionnement, que ce soit à la BD, à la conception d’un carnet de voyage, à la pratique de la sculpture /modelage, à l’aquarelle, à la réalisation d’un film d’animation.
[actu]@[actu] Les stages Emile Cohl sur le site de l’école

- Dans le cadre de l’exposition Une Fabrique de l’innovation organisée par la Bibliothèque municipale de Lyon, parmi les événements, ateliers, conférences, Gus, réalisé dans les studios TeamTo, sera présenté en avant-première, à la bibliothèque, début 2014.
[actu]@[actu] La présentation de Gus sur le site de TeamTo

JPEG - 41 ko
TeamtoGus
© TeamTo
JPEG - 46.8 ko
vue du ciel Teamto
© TeamTo

- Iboo Interactive organise des ateliers d’animation stop motion avec les enfants.

D’autres structures, associations proposent aussi des ateliers pédagogiques. C’est le cas par exemple de l’association Petits débrouillards qui dans le cadre d’Automne des gones 2013 proposera la découverte des ancêtres du cinéma, zootrope et thaumatrope, au programme aussi découverte des principes de base du cinéma d’animation, défis et expériences ludiques en tout genre.
[actu]@[actu] Le site des Petits débouillards

Toujours à l’occasion de cet évènement automnal, en octobre 2013, les étudiants de l’école Emile Cohl proposeront quelques courts métrages réalisés pour leur projet de fin d’étude.

Folimage et le CRDP ont créé de nombreux outils pédagogiques. A voir sur les sites suivants :

[actu]@[actu] A partir des Quatre saisons de Léon : l’art du conte, les métiers du cinéma d’animation en volume, l’atelier de l’enluminure
[actu]@[actu] Ma petite planète chérie : le site d’accompagnement pédagoqique du film
[actu]@[actu] A partir de la série « C’est bon » : Folimage avec le Centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Lyon proposent une application-jeu, un livret pédagogique… etc.

[actu]@[actu] Le site de l’exposition : Une fabrique de l’innovation

[actu]@[actu] Automne des gones 2013 : la programmation
2En savoir plus : le film d’animation : quelques ouvrages2

GIF - 88.8 ko
Techniques d’animation
GIF - 58.1 ko
50 ans de festival

- Créateurs & créatures : 50 ans de festival du film d’animation d’Annecy, Glénat, 2010
- Annecy : le coffret du 50e anniversaire : DVD : quarante courts métrages primés à Annecy entre 1969 et 2009.
- Le cinéma d’animation : un cinéma d’expériences plastiques, Patrick Barrès, L’Harmattan, 2006
- Emile Cohl : l’inventeur du dessin animé, Pierre Courtet-Cohl & Bernard Génin, Omniscience, 2008
- Du praxinoscope au cellulo : un demi-siècle de cinéma d’animation en France 1892-1948 Centre national du cinéma et de l’image animée , 2007
- Le cinéma graphique : une histoire des dessins animés : des jouets d’optique au cinéma numérique , Dominique Willoughby, Textuel, 2009
- Le cinéma d’animation , Sébastien Denis, Armand Colin, 2007
- Les fondamentaux de l’animation, Paul Wells, Pyramyd, 2010
- Techniques d’animation, Richard Williams, Eyrolles, 2011
- Cartoon, l’animation sans peine, Preston Blair, Taschen, 1999
- Stop motion, Barry J. C. Purves, Pyramyd, 2011
- Techniques d’animation pour débutants, Mary Murphy, Eyrolles, 2009
- Art ludique, Jean-Samuel Kriegk et Jean-Jacques Launier, éd. Sonatine, 2011
- Image à voir, image à faire : guide de l’image animée en milieu pénitentiaire, édité par le CNC, juin 2013
- Esthétique du cinéma d’animation, Georges Sifrianos, Cerf, 2012

Pixels de Patrick Jean, Cristal du meilleur court-métrage d’animation, Annecy, 2011.

Documentation régionale, 2013

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *