Chasseurs d'images

L’arrivée du Tour de France à Aix-les-Bains

Photographe : Nicolas Jarinoff, 16 juillet 1958.

- temps de lecture approximatif de 3 minutes 3 min - par dcizeron

Avec l’été, revient le Tour de France. Les exploits des coureurs rythment les vacances. Et chaque année le succès populaire de la plus grande course du monde se confirme.

Nicolas Jarinoff, L
Nicolas Jarinoff, L'arrivée du Tour à Aix-les-Bains, Bibliothèque municipale de Lyon / P0900 011 00103

Une nouvelle dimension pour le Tour de France

Le Tour de France est une fête, une grande attraction pour les territoires traversés.  A partir des années 50-60, des personnalités et chanteurs suivent le tour dans les villes étapes. Ils contribuent à son succès. Pour citer les plus célèbres compagnons de route : Tino Rossi, Line Renaud, Charles Trenet et Annie Cordy, ainsi que l’accordéoniste Yvette Horner sur le véhicule de la marque Suze dans la caravane du Tour. Les médias en font l’écho. D’abord, la presse. Puis, à partir des années 50, avec les premières diffusions du Tour à la télévision, sous la forme de résumés d’étape et d’images de l’arrivée. La course est entrée dans une nouvelle dimension. En 1958, le passage de certains cols est diffusé pour la première fois en direct grâce à des caméras fixes qui attendent les coureurs au sommet des cols.

C’est justement en 1958, à l’arrivée d’une étape copieuse de montagne que Nicolas Jarinoff a photographié les coureurs, à la sortie de l’Hôtel de Ville d’Aix-les-Bains.

Nicolas Jarinoff, L’arrivée du Tour à Aix-les-Bains, Bibliothèque municipale de Lyon / P0900 011 00099

Une étape de titans

Il pleut ce jour-là. C’est sous un vrai déluge, glaçant, que les coureurs affrontent les cols du Lautaret, du Luitel, de Porte, du Cucheron et du Granier. Charly Gaul, l’ange de la montagne s’envole dès le col du Luitel escorté par Bahamontès.

Un an plus tôt, Charly Gaul avait abandonné le Tour de France 1957 dès la seconde étape, en Normandie, victime de la canicule. Il préfère le froid, le vent, les éléments déchaînés. Cette même année Roland Barthes en faisait une « Mythologie » :

« Charly Gaul est le nouvel archange de le montagne. Ephèbe insouciant, mince chérubin, garçon imberbe, gracile et insolent, adolescent génial, c’est le Rimbaud du Tour. A certains moments Gaul est habité par un dieu ; ses dons surnaturels font alors peser sur ses rivaux une menace mystérieuse. Le présent divin offert à Gaul, c’est la légèreté : par la grâce, l’envol et le plané (l’absence mystérieuse d’efforts), Gaul participe de l’oiseau ou de l’avion (il se pose gracieusement sur les pitons des Alpes, et ses pédales tournent comme des hélices). Mais parfois aussi, le dieu l’abandonne, son regard devient alors “étrangement vide”. Comme tout être mythique qui a le pouvoir de vaincre l’air ou l’eau, Gaul, sur terre, devient balourd, impuissant ; le don divin l’encombre. »

Roland Barthes, Mythologies, Paris, Ed. du Seuil 1957

Nicolas Jarinoff, L’arrivée du Tour à Aix-les-Bains, Bibliothèque municipale de Lyon / P0900 011 00101

A partir du col de Porte Charly Gaul s’en va seul vers la victoire, toujours plus aérien. Il décramponne Bahamontès, qui craque. On ne le rattrapera plus. Passé le Granier, il reste pourtant 36 km de plaine. Mais il est déjà trop tard. Un sandwich pour éviter la fringale puis les 36 km avalés, Charly Gaul lève les bras. Il devance à l’arrivée Adriaensens et Favreo de respectivement 7 et 8 minutes.

Nicolas Jarinoff a photographié l’arrivée de cette étape d’anthologie. Si l’on ne voit pas le vainqueur il donne un aperçu de cette ferveur populaire que rien n’arrête, même pas le déluge.

Nicolas Jarinoff, L’arrivée du Tour à Aix-les-Bains, Bibliothèque municipale de Lyon / P0900 011 00102

Bibliographie

Et si vous vous posez des questions sur le cyclisme, cet « Actu en 10 question » : Le retour de la Petite Reine.

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *