L’Info retrouvée

1988, vœux de nouvel an sous les auspices de Guignol et Gnafron

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - par Laurent D

Cette rubrique propose de revenir sur des événements survenus à Lyon et dans la région au cours des deux derniers siècles, dans les domaines les plus divers, à travers un article de la presse locale de l’époque, une photographie, ou une illustration

Francisque Collomb et les marionnettes de Guignol et Gnafron. Claude Essertel. Fonds: Lyon Figaro (1986-2006). © Bibliothèque municipale de Lyon
Francisque Collomb et les marionnettes de Guignol et Gnafron. Claude Essertel. Fonds: Lyon Figaro (1986-2006). © Bibliothèque municipale de Lyon

11 janvier 1988. La salle de la Maison de Lyon place Bellecour est pleine à craquer.  Le maire, Francisque Collomb, honore la traditionnelle réception du nouvel an offert au tout-Lyon. Une surprise attend les participants, la présence de Guignol et Gnafron appelés à apporter une note d’humour à la manifestation bien rodée. Pour autant, pas d’entaille au protocole, c’est Christian Gelpi, le président du comité des fêtes de la ville qui donne le ton à la cérémonie en formulant des vœux de réussite à l’adresse des corps constitués. Dans sa réponse le maire s’empresse de donner des nouvelles de son état de santé : « des plus satisfaisants […] Ceux qui pensaient me succéder rapidement devront prendre patience ». Murmures et sourires de circonstances dans l’assemblée, a n’en point douter la course aux municipales de 1989 a commencé. Puis rappelant les grands projets de Lyon, dont l’installation du siège du secrétariat général d’Interpol, le maire se réjouit d’avoir rassemblé en ce jour tous ceux qui croient, sincèrement, en la dimension internationale de Lyon. Francisque Collomb conduira d’ici quelques jours une délégation lyonnaise à Canton, en Chine, pour la signature d’une convention de jumelage. Une convention qui peut s’avérer fructueuse en « grands contrats » pour les entreprises de la région. Zhu Schenling, le maire de Canton, est, lui, très intéressé par Lyon dont il ne cache pas qu’elle serve son objectif : faire de la troisième ville chinoise une ville moderne apte à concurrencer Hong-Kong a quelques années de sa rétrocession à la Chine.

Quant à la prestation de nos deux célèbres marionnettes, il y eut bien quelques jolies formules, s’agissant de Francisque Collomb, « qui va tellement bien qu’il part pour la Chine, de Simone André (vice-présidente du conseil général du Rhône), dont les cheveux bandés en geisha feront un malheur à Canton ou d’André Mure, (adjoint à la culture), qui ne sera qu’un petit … Mure devant la grande muraille. »

Sources

• Guignol et Gnafron ont présenté les voeux in Le Progrès de Lyon, 12 janvier 1988.
• 1988, une année perturbée in Lyon Matin, 12 janvier 1988.
• Lyon-Canton : La convention de jumelage est signée  in Le Progrès de Lyon, 19 janvier 1988.
• Lyon-Canton : les enjeux du jumelage in Le Progrès de Lyon, 17 janvier 1988.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *