Le Carré de Soie : un site d'histoire et de nature à reconquérir

- temps de lecture approximatif de 17 minutes 17 min - Modifié le 30/09/2022 par Admin linflux

Hippodrome_vue_aerienne-s-f1de3.jpg
Hippodrome_vue_aerienne-s-f1de3.jpg
Le 1er avril 2009, le pôle de loisirs et de commerces du Carré de Soie ouvrait ses portes au public. L’implantation de ce pôle est la première phase d’un projet urbain ambitieux devant s’étaler sur plusieurs décennies. Situé à cheval sur les communes de Vaulx-en-Velin et Villeurbanne, ce complexe s’intègre dans un vaste espace représentant 5 fois la superficie du Parc de la Tête d’Or ! S’inspirant du patrimoine industriel et paysager du site, un nouveau concept de complexe urbain voit le jour : un quartier mixte qui s’inscrit dans une logique de développement durable. En effet, de nombreux logements et des bureaux rejoindront à terme cet ensemble, participant à la redynamisation de l’Est lyonnais. Mais cette innovation urbaine n’est peut-être pas sans risques dans le contexte économique actuel.

[actu]Sommaire[actu]
1) Introduction sur le projet urbain
2) Le patrimoine du Carré de Soie
3) Les enjeux et objectifs du projet : l’exemple du pôle de commerces et de loisirs

JPEG - 39.6 ko
Vue aérienne de l’hippodrome
(Cliché Grand Lyon – © Jacques Léone)

21) Introduction sur le projet urbain2

[actu]État des lieux[actu]

« Carré » pour la forme, « soie » en référence au passé industriel du site, le Carré de Soie est un vaste territoire de 500 hectares, à la frontière des communes de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin. Il est délimité au Nord par le canal de Jonage, au Sud par la route de Genas, à l’Ouest par le boulevard périphérique Laurent Bonnevay et à l’Est par l’avenue Franklin Roosevelt (voir l’étendue couverte par le Carré de Soie).

Aujourd’hui libéré par l’industrie, le Carré de Soie est fortement sous-exploité. Sa position stratégique, très proche du centre de Lyon, lui confère un potentiel majeur dans le développement de l’agglomération.

Le Carré de Soie est un ensemble très diversifié. Il regroupe globalement une population aux revenus modestes. Les types de logements vont du collectif de type HLM à la maison individuelle. Il convient donc de redonner une cohésion sociale à cet ensemble qui regroupe à ce jour 14 000 habitants, soit 1% de la population du Grand Lyon. Le tissu économique du quartier participe à cette diversité : environ 900 entreprises (activités industrielles ou de services) y sont implantées, ce qui génère plus de 10 000 emplois.

JPEG - 123.4 ko
Localisation du Carré de Soie
(© Grand Lyon)


[actu]@[actu] Consulter le Point d’actu ! sur l’histoire de Vaulx-en-Velin

[actu]Les enjeux du projet[actu]

Le but du projet urbain du Carré de Soie s’inscrit dans une dynamique de reconquête de la première couronne Est de l’agglomération lyonnaise. En ce sens, ce projet s’inscrit dans la continuité d’autres projets menés actuellement comme les quatre Grands Projets de Ville, et surtout le Confluent où il est aussi prévu l’ouverture d’un pôle de commerces et de loisirs.

Le territoire a donc commencé à être reconquis, notamment avec le développement des réseaux de transports (pôle multimodal) : ligne A du métro, tramway T3, 8 lignes de bus et bientôt Lesly… qui permettent de le sortir de son isolement et de renforcer son attractivité.

La mixité du quartier fait sa richesse, sa restructuration en tient donc compte. Les activités économiques seront maintenues, tout en favorisant l’implantation de nouvelles et en privilégiant celles compatibles avec les quartiers d’habitation.

Un autre des axes majeurs de ce projet concerne l’approche environnementale et le développement durable. Les énergies renouvelables et les modes de transports doux vont être privilégiés. L’offre de transports en commun permet d’envisager la limitation de l’usage de la voiture. Le développement des commerces de proximité favorise aussi cette éventualité.

JPEG - 288.7 ko
Toit végétalisé du pôle


Une réflexion a également été engagée sur le thème des éco-quartiers puisque que le concept d’aménagement retenu pour les futurs logements est celui du « Parc Habité ». La relation ville-nature est au cœur de ce concept qui prévoit entre autres de favoriser la végétation et la présence d’eau par le développement des espaces verts, de jardins familiaux, de toitures et murs végétalisés. A ce titre, le projet est inscrit sur l’Agenda 21 du Grand Lyon.

Le respect de l’histoire du quartier est un autre axe majeur. Le Carré de Soie est un site exceptionnel comportant un patrimoine industriel et environnemental important. Il offre des vues lointaines qui sont un atout à l’échelle de l’agglomération.

En savoir plus sur les éco-quartiers
[actu]@[actu]Télécharger un panorama des éco-quartiers sur le site du Grand Lyon.

22) Le patrimoine du Carré de Soie2

Le but du projet urbain du Carré de Soie est de s’appuyer sur le bâti existant afin de structurer la réflexion sur ce nouveau quartier. C’est aussi une façon de revaloriser le site, d’une grande richesse sur le plan industriel et environnemental.

[actu]Le patrimoine industriel[actu]

L’usine hydroélectrique de Cusset

JPEG - 57.8 ko
Usine hydroéléctrique à Cusset
(BML – Fonds Sylvestre)

La centrale de Cusset est entrée en service en 1899 et est alors la plus puissante installation hydroélectrique française. La nouvelle géographie induite par l’aménagement du canal de Jonage et la mise en eau de la centrale profitent aux industriels qui s’implantent à proximité du site. L’approvisionnement continu en énergie permet l’installation de nombreuses usines, qui investissent l’espace jusqu’à présent plutôt rural.

Aujourd’hui, on peut voir la centrale encore en activité à partir du point de vue du nouvel hippodrome Lyon/Carré de Soie.

JPEG - 44 ko
Fronton de l’usine hydroélectrique
(Cliché Grand Lyon – © Laurence Danière)


Découvrez la centrale hydroélectrique de Cusset et le canal de Jonage, Les guides du patrimoine Rhônalpin, 2007.
En savoir plus sur les installations hydroélectriques sur le canal de Jonage

L’usine Gillet et les cités TASE

En 1924, une usine de fibres synthétiques, appelée d’abord SASE (Soieries artificielles du Sud-est) s’implante au sud de Vaulx-en-Velin dans le quartier de la Côte. S’étendant sur 25 hectares, elle est la propriété de l’industriel Gillet, héritier d’une dynastie de teinturiers spécialisés dans la soie noire de Lyon. Elle est composée d’un bâtiment principal en forme de U dont la façade Sud est très ornementé (acrotères) et très vitrée. En 1935, au plus fort de sa croissance, la société devient la TASE (Textile artificiel du Sud-est). Elle compte alors plus de 3000 ouvriers. L’usine ferme ses portes en 1980 à l’initiative de Rhône-Poulenc qui a racheté le groupe Gillet.

JPEG - 28.2 ko
Exemple de maison individuelle
(Cliché Grand Lyon – © Franck-Olivier Kodjo)

Une cité industrielle lui est adjointe, accueillant les salariés du site, construite en reflétant la hiérarchie de l’usine. Les « Petites Cités », situées au nord de l’usine, sont composées de 97 logements de type pavillonnaire qu’occupaient les cadres et les chefs d’équipe. Ce lotissement se distingue par son originalité : le tracé des rues est sinueux, il n’y a pas moins de 10 types d’architecture différente dont certains rappellent un style alsacien. La présence de jardins individuels sur chaque parcelle de logements lui a valu le surnom de « Cité des jardins ». Les « Grandes Cités » sont, elles, situées à l’ouest de l’usine. Elles sont constituées de 20 immeubles destinés au personnel ouvrier de l’usine, en majorité des travailleurs d’origine étrangère.

JPEG - 29.2 ko
Immeuble situé entre l’avenue Salengro et la rue Louis Blanc
(Cliché Grand Lyon – © Stéphane Autran)


Le projet urbain du Carré de Soie s’est beaucoup inspiré de cet ensemble, qui, tout en ayant une activité industrielle, offrait des commerces et des lieux de détente à proximité des logements. La production de cette soie artificielle a également donné son nom au projet, ce qui est la marque de la volonté d’intégration de ce patrimoine dans le réaménagement des espaces industriels.

[actu]@[actu] Consulter les dossiers électroniques de l’Inventaire général du Patrimoine Culturel de Rhône-Alpes sur l’usine Gillet et les cités ouvrières.
Carré de Soie : les cités TASE, Grand Lyon, 2008.
La dynastie des Gillet, les maîtres de Rhône-Poulenc, Marcel PEYRENET, Le Sycomore, 1978.

[actu]Le patrimoine paysager[actu]

Nous l’avons vu, les cités TASE ont beaucoup participé à l’aménagement paysager du site, grâce aux nombreux jardins mis à disposition des ouvriers de l’usine.

Toutefois, la grande spécificité du Carré de Soie, c’est qu’il bénéficie de la présence du canal de Jonage et de ses berges.
Après l’aménagement du canal de Miribel au milieu du XIXème siècle, c’est au tour du canal de Jonage de faire l’objet d’un gigantesque chantier en 1894. Avec 18,850 kilomètres, Jonage est à la fin du XIXème siècle le plus long canal d’Europe alimentant une usine hydroélectrique. Dès sa mise en service, le canal est perçu comme un espace de détente. Bien avant les congés payés, le canal permet aux ouvriers de « s’évader ». On vient également admirer l’usine hydroélectrique, symbole du progrès technique. Les activités sportives liées à l’eau se développent et la pêche devient populaire. Le canal est peu à peu oublié car moins visible au milieu d’autres aménagements culturels et sportifs ainsi que l’aménagement de la base de loisirs de Miribel. Il est donc temps que la qualité de ce cadre soit reconsidérée. C’est chose faite avec le projet de revalorisation de « l’Anneau bleu » et le projet urbain du Carré de Soie. La nature a une place prépondérante aujourd’hui dans l’image d’un quartier.

[actu]La préservation de l’existant[actu]

JPEG - 254.7 ko
Ancien chateau d’eau de l’usine, mis en valeur

Ces vestiges industriels sont fondateurs dans l’aménagement de ce nouveau quartier. Ils constituent un patrimoine à préserver, à rendre plus lisible et à mettre en scène par le biais du projet. Dés le début des concertations avec les Villeurbannais et les Vaudois sur le projet, des associations locales regroupées dans le Cercle de la Soie rayonne, ont signifié leur attachement à ce patrimoine. L’ensemble TASE est notamment visé. Aujourd’hui, celui-ci bénéficie d’une inscription sur la liste du patrimoine du XXe siècle. La façade principale de l’usine TASE est portée sur le PLU (Plan local d’urbanisme) mais sans les deux ailes, dont l’une a été détruite en 2007. La DRAC (Direction Régionale des affaires culturelles) doit se prononcer sur la demande de classement aux Monuments historiques le jeudi 23 avril 2009. La reconversion de l’usine est encore incertaine mais le Grand Lyon a proposé un projet d’aménagement au promoteur propriétaire d’une partie de l’usine, Bouwfonds-Marignan.

[actu]@[actu] Découvrir les édifices labellisés Patrimoine du XXe siècle en Rhône-Alpes sur le site web de la DRAC

23) Les enjeux et objectifs du projet : l’exemple du complexe de commerces et de loisirs2

Le pôle de loisirs et de commerces est porteur de l’image que le projet urbain ambitionne pour ce nouveau quartier dont il a pour vocation d’être le cœur : un lieu agréable et chaleureux, convivial et animé. L’investissement a été réalisé en partenariat entre Altarea et Foncière Euris, pour un montant de 130 M€.

Le pôle de commerces et de loisirs

JPEG - 13 ko
Logo du pôle de commerces et de loisirs


[actu]Présentation[actu]

Après plusieurs rebondissements, le projet du Carré de Soie a commencé avec la démolition puis la reconstruction de l’hippodrome nouvellement renommé Lyon-La Soie en 2007.

_

JPEG - 75.4 ko
Campagne d’affichage

Tout a été pensé pour répondre aux attentes des consommateurs du XXIème siècle : sur 60 000 m² et deux niveaux, on peut retrouver des boutiques et des moyennes surfaces ainsi que des espaces de restauration. Les activités commerciales sont tournées vers les loisirs : le jardinage, la décoration intérieure, la connaissance, le jeu, le bien-être et la santé, les équipements de sport…

Le tout est doublé par 70 000m² de loisirs en plein air dont les équipements sont gérés par l’UCPA (Union nationale des centres sportifs de plein Air) : un poney-club, un boulodrome, un « flow-park » (aire de glisse pour skateboard, …), un terrain de « beach sport », une aire de jeux pour enfants et un espace événementiel. L’hippodrome, situé en face du pôle, a aussi un rôle à jouer au niveau de l’organisation de manifestations et d’activités culturelles ou sportives.

[actu]Architecture[actu]

Les architectes du pôle de loisirs sont FaulknerBrowns et ARTE-Charpentier. Labellisé HQE (haute qualité environnementale), il limite ses consommations d’énergie et ses émissions à effet de serre par des techniques de triple vitrage, d’isolation extérieure, de chauffage de l’eau chaude par panneaux solaires et de production de l’électricité par panneaux photovoltaïques.

L’agencement des espaces et le choix des matières montrent que le bâtiment s’inscrit dans une démarche de transparence, de convivialité et de modernité. Les lames de bois incurvées donnent des allures de pergola au bâtiment, impression renforcée par la végétalisation de l’ensemble. Les places et les rues sont agencées de façon à privilégier la convivialité.

JPEG - 315.8 ko
Pôle de commerces et de loisirs
JPEG - 315.8 ko
Pôle de commerces et de loisirs

Ce genre de centre commercial est très en vogue aujourd’hui : on les appelle « retail park ». Ce sont des centres commerciaux à ciel ouvert, situés en périphérie, et qui ne sont pas dotés d’un supermarché. 81 centres de cette sorte ont ouvert en 2008, le double est prévu en 2009. L’accent est mis sur l’offre d’enseignes culturelles et de loisirs ainsi que la qualité de l’architecture et ses performances environnementales. Le Carré de Soie s’inscrit dans ce schéma.

[actu]@[actu] Visiter le site du pôle de loisirs et de commerces
Le Carré de Soie : une réalisation exemplaire in Vaulx le journal, n°303 du 1er avril 2009, p. 2 à 5.
Inauguration Carré de Soie in Bulletin d’information Btp – Cellule économique Rhône-Alpes, n°377 d’avril 2009, p.17 à 20.
Carré de Soie : tous au pôle ! in Grand Lyon magazine, n°28 d’avril 2009, p. 16.
[actu]@[actu] Télécharger l’article Carré de Soie : l’Est de Lyon se dessine un avenir in Le Journal de l’immobilier – Aderly, p. 22 à 25.
[actu]@[actu] Télécharger la synthèse sur le projet urbain d’octobre 2008 sur le site du Grand Lyon.
[actu]@[actu] Télécharger les lettres d’information du Grand Lyon sur le projet : n°1 d’août 2007, n°2 de janvier 2008, n°3 de juillet 2008.

Le contexte économique

Le pôle de commerces et de loisirs a pour but de renforcer l’offre commerciale du quartier qui jusque là n’était équipée que d’un équipement important : le centre commercial des Sept chemins qui compte un hypermarché et une galerie commerciale. Mais cet équipement est vieillissant et d’autres implantations commerciales sont prévues à terme, puisque l’offre en logements va faire augmenter le nombre d’habitants du quartier. La zone de chalandise est évaluée à 1 800 000 habitants.

Le projet est surtout très positif en termes d’emplois dans le contexte économique actuel. Il en a généré plus de 600, dont 250 profitent à des habitants de Vaulx-en-Velin.

La direction régionale de l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) a publié en février 2009 des chiffres à propos de l’impact de la crise en Rhône-Alpes. La Région, très industrialisée est plus exposée que les autres aux problèmes économiques. Le nombre de demandeurs d’emplois y est plus élevé (+ 23,4 %, contre 15,4 % pour la France) et le chômage pourrait atteindre 8% d’ici la fin de l’année 2009. Le secteur du bâtiment est très touché : la construction d’immobilier d’entreprise s’est effondrée de – 35 % en un an. On peut pourtant noter que la consommation des ménages résiste, mais peut être plus pour longtemps puisque l’heure serait plutôt à l’économie et à l’épargne.

[actu]@[actu] Voir les chiffres de l’INSEE

Le Grand Lyon ambitionne de positionner le Carré de Soie comme le second pôle tertiaire de l’agglomération après la Part Dieu. Le Grand Lyon poursuit avec ce projet l’ambition de devenir une grande métropole européenne et d’accroître sa visibilité à l’international, en offrant aux entreprises l’opportunité de s’implanter au Carré de Soie.

Et après ?

En cours : pôle de la coopération et de la finance éthique (11 000m² de bureaux, 1 500m² de surfaces commerciales, programme mixte de 92 logements)

Finalisation du pôle multimodal de transports en commun (parc relais, tram express Lelsy)
Prochaine étape : aménagements des secteurs TASE et Yoplait. Ces deux sites associeront des logements, des bureaux et des commerces de proximité. Les premiers travaux seront lancés en 2012 et se dérouleront sur une quinzaine d’années.

Interpol (l’Organisation internationale de coopération policière) a aussi exprimé son désir de s’implanter au Carré de Soie.

[actu]@[actu] Voir toutes les opérations d’aménagement prévues sur le site du Grand Lyon

A terme le Carré de Soie, ce sera :

- 600 000 m² de bureaux
- 700 000 m² de logements

Bibliographie générale

¤ Consulter les documents édités par le Grand Lyon sur le projet urbain

¤ Base des Dossiers de presse Rhône-Alpes (références d’articles de presse de 1993 à nos jours). Les articles numérisés jusqu’en 2004 sont consultables à partir des postes informatiques de la Bibliothèque municipale de Lyon.

¤ Europresse (articles du Progrès de 1997 à nos jours). Base de données consultable à partir des postes informatiques de la Bibliothèque.

Quelle était l’histoire de la villa Gillet, et qui était cette famille ? Voir
Quelle est l’histoire du Carré de Soie, son passé industriel, …? Voir

Partager cet article

Poster un commentaire

2 thoughts on “Le Carré de Soie : un site d'histoire et de nature à reconquérir”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.