L’Info retrouvée

La Maison de tous à Monplaisir est inaugurée

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - par Laurent D

Cette rubrique propose de revenir sur des événements survenus à Lyon et dans la région au cours des deux derniers siècles, dans les domaines les plus divers, à travers un article de la presse locale de l’époque, une photographie, ou une illustration

Inauguration de la piscine de Monplaisir. Georges Vermard. Bibliothèque municipale de Lyon

Lundi1juin 1965. Le Maire de Lyon, Louis Pradel, accompagné d’un imposant cortège de personnalités du monde de l’état et de l’église, s’apprête à inaugurer la Maison des Jeunes et de la Culture du quartier Monplaisir. Le ruban tricolore coupé ceux-ci pourront accéder aux deux bâtiments, mis à la disposition des 400 jeunes déjà inscrits, mais encore à celle des familles et des établissements scolaires.

Avant d’être occupée par la M.J.C, le domaine appartenait à la Famille Neyron Champollon, créateur de l’entreprise Rasurel spécialiste du prêt-à-porter, de maillots de bain. En 1960 le domaine est vendu à la ville de Lyon qui a l’objectif de créer un centre d’éducation populaire ouvert à tous. Ce programme novateur s’inscrit dans un projet global de développement des M.J.C au niveau national, initié en 1959 par Maurice Herzog, secrétaire d’Etat à la jeunesse et aux sports. S’adressant à des maires inquiets de la montée de la violence urbaine et du phénomène « blousons noirs », il préconise quelques remèdes dont « l’expansion rapide des Maisons des Jeunes ».

Ce point est confirmé par le maire de Lyon qui fait observer lors de son allocution que les bandes de « Blousons noirs » ont disparu de la ville. L’ancienne villa est devenue un centre modèle de vie communautaire ouverte à tous : gymnase qui se transforme en salle de spectacles, une bibliothèque, différentes salles de jeux, deux piscines, une d’été et une d’hiver, des terrains de sports. « Cette maison offre à ceux qui la fréquentent la possibilité de prendre conscience de leurs aptitudes, de développer leur personnalité et de se préparer à devenir les citoyens actifs d’une communauté vivante. Elle s’interdit toute prise de position politique ou confessionnelle ».

Le président de la M.J.C prend la parole à son tour pour rendre hommage à Louis Pradel et à tous les « bâtisseurs » des centres d’éducation populaire. « Adolescents et adultes y sont accueillis. Nous demandons seulement à chacun d’eux de respecter les idées des autres ». Il cite Saint-Exupéry : « Le plus beau métier c’est d’unir et de former les hommes ».

Bien qu’un escabeau traine sur la scène du théâtre et que les salles du 2ème étage ne soient pas toutes remises en état la M.J.C peut être considérée comme inaugurée.

Sources

• Le Progrès de Lyon, 02 juin 1960
• La Dernière heure lyonnaise, 02 juin 1960
Histoire : piscine de Monplaisir et M.J.C 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *