Vivre et écrire au Liban : des écrivains libanais

- temps de lecture approximatif de 10 minutes 10 min - Modifié le 04/07/2016 par FGrignoux

rencontre-314b9.jpg
rencontre-314b9.jpg
La littérature libanaise est à l’image de son pays : contrastée, plurielle, habitée de conflits et de rêves. Elle reflète le pluralisme culturel, religieux, linguistique de ses habitants. Les écrivains du Liban, francophones ou arabophones sont porteurs de multiples sensibilités. Du roman épique à la poésie, en passant par le récit intimiste ou le témoignage cru, ces auteurs d’aujourd’hui, qui pour la plupart vivent au Liban nous transportent au cœur d’une réalité qui les submerge……. Il ne s’agit pas de faire ici un panorama exhaustif de la littérature libanaise mais de proposer des pistes de découvertes.

Le Liban est un vivier d’écrivains de plus en plus traduits. Le Centre National des Lettres a choisi de rendre compte de la vitalité de cette littérature en invitant 12 auteurs qui font partie de deux générations : celle qui a connu la guerre de 1975 et celle qui y a vu le jour. Sans oublier la génération des années 1980 qui est celle de l’exil.




Trois occasions de rencontre directe avec ces auteurs et leur oeuvre :

- L’anthologie : Les belles étrangères : douze écrivains libanais, présente des extraits inédits de romans, de bandes dessinées, de nouvelles des 12 auteurs présents en France en ce mois de novembre 2007…
- le film : Ecrire le Liban à jamais. Ce film documentaire, tourné principalement au Liban, comprend une série d’entretiens avec Zeina Abirached, Mohamed Abi Samra, Abbas Beydoun, Rachid El-Daïf, Hassan Daoud, Tamirace Fakhoury, Joumana Haddad, Imane Humaydane-Younes, Elias Khoury, Charif Majdalani, Alawiya Sobh, Yasmina Trabouls…
- et : le site

JPEG - 2.6 ko
lecture par Venus Khoury Ghata

[*Des romans à découvrir*]



Le chant du pingouin, par Hassan DAOUD, Actes Sud

- Dans un petit immeuble au bout d’une route non goudronnée, à proximité de la vieille ville, un jeune homme habite avec son père, sans emploi et dont la vue s’obscurcit jour après jour, et sa mère qui les assiste et s’occupe du ménage. En dehors d’eux, l’immeuble abrite une autre famille composée d’une femme et de sa fille. Ni le lieu, ni le temps ne sont précisés, même si l’on devine qu’il s’agit du Liban, à la fin du XXe siècle. Aucun personnage n’est désigné par son nom. Nul événement extérieur, hormis les travaux de construction qui transforment peu à peu le paysage, ne vient perturber le long soliloque du fils handicapé. Depuis la chambre ou le balcon chacun des personnages rêve sa vie : celle qui a été, celle qui pourrait advenir.



Fais voir tes jambes Leila, par Rachid EL-DAIF, Actes Sud

- Le narrateur qui a eu un accident de voiture se remémore tous les déboires qui se sont accumulés dans sa vie depuis l’achat d’une fameuse « Subaru ». Non seulement cette voiture n’est pas la merveille qu’il espérait, mais son père, alerte sexagénaire, décide de se remarier. Se sentant menacé, le narrateur, égocentrique indécis et profiteur, propose à son amie de satisfaire les désirs sexuels de son père. Une satire d’une jeunesse libanaise désireuse de jouir rapidement des bienfaits de la civilisation contemporaine.

Mûriers sauvages, par Imane HUMAYDANE-YOUNES, Verticales

- C’est le parcours initiatique de Sara, enfant druze élevée sous le joug d’un père vieux et tyrannique, dans
une magnanerie de la montagne libanaise. Tandis que les ouvrières dévident les cocons de soie, Sara remonte le fil de ses origines. Elle n’a de cesse de reconstituer l’image de sa mère, « la maudite », une femme trop libre, qui a quitté la propriété lorsque Sara avait trois ans.

Mûriers sauvages est le roman d’une double métamorphose : celle d’une jeune femme qui finit par accepter son passé, celle d’une civilisation crépusculaire dont les derniers liens traditionnels lâchent.


Comme si elle dormait, par Elias KHOURY, Actes Sud

- Comme si elle dormait d’Elias Khoury est un roman envoûtant. Il raconte les rêves de Milia, jeune chrétienne dans le Beyrouth des années 40. Milia vit dans ses rêves et se raconte à travers eux. Elle y déchiffre le passé, y voit l’avenir. Elle réécrit les légendes familiales et les drames. Elle parle aux morts, enregistre le récit véritable de leur disparition. Et puis, au réveil, Milia raconte à Mansour son mari.

Pour faire écran entre lui et les fracas du monde, Mansour, lui, a choisi la poésie. Milia et Mansour se parlent en se racontant des histoires. S’entendent-ils ? Le roman s’ouvre sur leur nuit de noces, cauchemardesque, en pleine neige. Le couple s’installe à Nazareth et Milia tombe enceinte. Ses rêves s’emballent. Milia tentera jusqu’au bout de repousser la violence du monde.


Caravansérail, par Charif MAJDALANI, éd. du Seuil

- Au début du vingtième siècle, la rencontre d’un colonel anglais excentrique transforme Samuel Ayyad, un jeune Libanais aventureux, en une sorte de condottiere guerroyant aux confins du Soudan. Un jour, sa route croise celle d’un compatriote qui transporte à travers déserts et savanes, démonté et chargé à dos de chameau, un petit palais arabe qu’il espère vendre à quelque roitelet africain épris de faste. Samuel lui achète son encombrant bagage, avec l’idée de le ramener à Beyrouth. Mais entre-temps, la Première Guerre mondiale a éclaté. Un roman d’aventures qui nous emmène avec ce jeune libanais et sa caravane le long du Nil puis à travers l’Arabie et la Syrie soulevées par Fayçal et Lawrence, jusqu’aux neiges du Mont Liban.


Amers par Yasmina TRABOULSI, Mercure de France

- Amers de Yasmina Traboulsi est un roman provocant. Ses personnages rêvent d’un Liban libre, mais, en ce mois d’avril 2005, force leur est de reconnaître que la tourmente où sombre à nouveau le pays sert leurs desseins les plus inavouables. L’alternance des points de vue (celui du narrateur, ceux des deux protagonistes et rivales), la variété des modes de narration (scènes fantasmatiques, rêves éveillés, scénarios imaginaires, minuscules contes des Mille et Une Nuits) renvoient un portrait fragmenté et vif, cynique et blafard d’une société du chacun pour soi ; ainsi qu’un portrait d’un Beyrouth fractionné socialement et identitairement comme jamais.

[*La guerre omniprésente*]

Les conflits, les déchirures sont presque toujours présents dans les textes des écrivains libanais contemporains, de façon directe et réaliste ou de manière symbolique. Deux articles parlent de cet aspect fondamental de la littérature libanaise d’aujourd’hui, et un roman nous entraîne au coeur de la guerre :

La guerre du Liban dans la littérature francophone, un article publié en 1994 par Julia Schmidt dans la République des Lettres

Politics and culture in Lebanon, une interview d’ Elias Khoury




Yasser Arafat m’a regardé et m’a souri, par Yussef BAZZI, Verticales

- Journaliste à Al-Mustaqbal, Youssef Bazzi, né en 1966, est considéré comme le poète libanais le plus talentueux de sa génération. Yussef Bazzi a été combatant durant la guerre de 1980 à 1986. Il nous donne ici à lire le journal d’un enfant-soldat qui vit la guerre comme une nécessité et comme une escapade. Un texte brut à l’écriture très visuelle qui nous secoue.

[*D’autres écrivains libanais, romanciers et poètes*]

Le poète ADONIS
Adonis

La poète et romancière Vénus KHOURY-GHATA
Venus Khoury-Ghatakhoury

Le romancier Amin MAALOUF
Amin Maalouf

Le poète Salah STETIE

JPEG - 3.2 ko
Salah Stetie par Alechinsky

sans oublier Khalil GIBRAN, dont vous pouvez écouter des extraits de La voix du prohète, lu par Pierre Richard.

[*Pour en savoir plus : des études sur la littérature libanaise francophone et la littérature arabe*]


- Les écrivains libanais francophones : ce site, réalisé par l’écrivain Alexandre Najjar, se propose de fournir des repères sur les auteurs libanais d’expression française

- Littératures francophones du Moyen-Orient, par Zahida DARWICHE JABBOUR, Edisud présente en trois chapitres la poésie, le roman et le théatre libanais d’expression française.

- Le roman arabe, par Kadhim JIHAD HASSAN, Sindbad consacre un chapitre au roman libanais.


[*Pour suivre l’actualité du livre au Liban*]
consulter : L’Orient littéraire

et pour trouver le maximum de références consulter le travail de France Bourrassa à l’Université de Laval, Québec :

Présence de la littérature libanaise sur Internet

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *