Découvrir la nouvelle génération des écrivains turcs

- temps de lecture approximatif de 16 minutes 16 min - Modifié le 04/07/2016 par FGrignoux

La littérature turque ne se résume plus à la poésie et à la nouvelle comme elle a longtemps été perçue. La nouvelle génération des écrivains turcs, fait entendre une parole protéiforme et se risque à aborder toutes les questions qui lui sont chères, en particulier celles qui concernent l'individu dans une société en évolution.

© Pixabay
© Pixabay
Les écrivains de la nouvelle génération, prenant plus de recul avec l’histoire ressentent la nécessité d’aborder des sujets moins consensuels, en faisant référence à la question du génocide arménien (Orhan Pamuk), ou à la question kurde (Yachar Kemal) ou encore au coup d’Etat de 1980 (Murat Uyurkulak). Invités au Salon du livre de Genève, ou à la Foire du livre de Francfort, ces jeunes auteurs se sont fait connaître dans les pays européens. La Saison de la Turquie en France a été l’occasion de voir en librairie de plus en plus de livres issus de ce pays : romans , récits, romans policiers qui nous entrainent au coeur de la Turquie d’aujourd’hui.

Les dernières parutions

Nous vous proposons ci-dessous trois ouvrages récents qui
illustrent la diversité et l’émancipation de la littérature contemporaine turque.
genere-miniature[3]

Tol, par Murat UYURKULAK, Galaade
A bord d’un train à destination de l’est de la Turquie, Sair, un poète activiste de 1968, et Yusuf, un enfant du coup d’Etat,
règlent leurs comptes avec l’histoire et avec eux-mêmes. A leur arrivée, le pays, sous les bombes, est submergé par une force
destructrice, celle de la révolution.

clip image002

Autres cauchemars, par Bener YIGIT, Actes Sud
Des nouvelles sous forme de souvenirs d’enfance dans lesquels les insectes sont fortement présents, toujours associés à des événements dramatiques. La première nouvelle est magistrale, elle mêle la capture d’un scorpion à la première confrontation d’un adolescent au corps d’une femme nue. Une radiographie singulière de la société turque contemporaine.

9782864247432,0-2010010325[1]

Le sang des rêves, par Mine KIRIKKANAT, Métailié
Dans un futur proche, un tremblement de terre a entièrement détruit Istanbul. Rebaptisée Nova Roma, passée sous le contrôle des Nations Unies, la ville est le théâtre d’un conflit entre la Russie orthodoxe et l’Union chrétienne de l’Occident. A la recherche de chefs historiquement indiscutables, les services secrets américains et européens se mettent en quête d’un descendant de Constantin le Grand.

Traductions et édition française

Il suffit de consulter les chiffres de l’édition publiés par Livres Hebdo et la liste des ouvrages disponibles sur Electre pour remarquer que la littérature turque a de plus en plus de visibilité en France.
En effet, on constate qu’entre 1979 et 1992, seuls 8 ouvrages traduits du turc étaient disponibles, soit moins d’un titre publié par an. Cette production était alors dominée par deux auteurs : Yachar Kémal et Nedim Gürsel, tous deux édités par Gallimard.
Les années 90 ont vu les auteurs se multiplier dans plusieurs maisons d’éditions. Six titres en 1995 avec les premières traductions de Tekin Latife et Orhan Pamuk. L’accélération se poursuit jusqu’en 2003, année qui verra paraître les premières œuvres de Murathan Mungan, Asli Erdogan et Magden Perihan peu connus de nous jusqu’alors.
L’année 2006 reste celle où le Prix Nobel est attribué à Orhan Pamuk, ce qui permet de mettre en lumière toute une génération d’auteurs.
La littérature turque commence à s’imposer peu à peu dans le paysage éditorial français jusqu’à cette année 2009 qui a vu plus de quinze titres turcophones exposés dans les vitrines des librairies.

Panorama des livres turcs édités récemment à consulter sur Bibliosurf

JPEG - 9.9 ko

Une mosaïque culturelle

Le contenu des ces œuvres est représentatif de la mosaïque culturelle de la Turquie, que ce soit par l’origine des auteurs issus de diverses ethnies ou appartenant à diverses religions (kurdes, arméniens, alévis, juifs)ou par les thématiques abordées.
Les récits ne sont plus centrés sur Istanbul mais s’intéressent au reste de ce vaste pays. L’expérience de l’exil apparait aussi de façon récurrente, car de nombreux auteurs ont vécu ou vivent hors du pays, que ce soient pour des raisons personnelles ou politiques.
La question kurde, celle de Chypre apparaissent en filigrane de plusieurs romans parus cette année, ainsi que des références au coup d’état de 1980.

Des précurseurs à la nouvelle génération

La littérature contemporaine apparaît en Turquie à partir de 1928, lorsque l’alphabet latin remplace l’alphabet arabe.

JPEG - 5.9 ko

Nazim HIKMET : devenu le plus grand représentant du vers libre, il propose un regard révolutionnaire sur son époque. Auteur le plus connu en Occident mais controversé dans son pays et condamné pour marxisme en 1938, il sera fortement soutenu par Aragon, Sartre ou Neruda qui vont contribuer à sa libération en 1950.

Extrait de : C’est un dur métier que l’exil, Le temps des cerises, 1999 ( p.186)

On ira sur la lune
et plus loin encore
Là où même les télescopes sont aveugles
Mais quand sur notre terre
Nul n’aura-t-il plus faim ?
Nul n’aura-t-il peur d’un autre ?
Nul ne commandera-t-il autrui ?
Nul n’avilira-t-il personne ?
Nul ne volera-t-il l’espoir de personne ?
Si je suis communiste
C’est que j’ai répondu à cette question

JPEG - 8.3 ko

Yachar KEMAL : D’origine kurde, il est l’auteur de fresques historiques (Mémed le mince, 1955) dans lesquelles il s’intéresse aux difficultés des paysans forcés de rejoindre les grandes villes à cause de l’industrialisation. Il a été pressenti pour le prix Nobel en 1972.

Des nouvellistes comme Sait Fait ABASIYANIK et Sabahattin ALI renouvellent la littérature turque.Ils traitent d’Istanbul pour l’un et de la vie en Anatolie pour l’autre, ils seront suivis par des auteurs dont les sujets de prédilection sont la misère et les injustices sociales.

On pense ici à :

Sans titre

Macédoine 1900 : nouvelles, par Necati CUMALI, Actes sud, 2007
Ces onze nouvelles, nourries de l’idéologie socialiste et humaniste, éclairent une période charnière de l’Empire ottoman dans les Balkans : l’entrée dans le XXe siècle qui annonçait la naissance des revendications sociales et politiques des différentes communautés. Elles évoquent également les tragédies récentes dans cette région.

Au moment de la seconde guerre mondiale, le pays se retrouve confronté à des influences multiples et contradictoires.Les auteurs des années 50 seront largement inspirés des courants surréalistes et existentialistes.
9782853761086,0-9223000349[1]

L‘hôtel de la mère patrie, par Yusuf ATILGAN,Solin, 1992
Un huis clos dans un hôtel d’une petite ville turque qui permet, à partir d’une trame policière, de brosser le tableau en coupe d’une société qui apparaît dans sa diversité historique et sociale et dans ses frustations.

9782742771455,0-2007360821[1]

L’institut de remise à l’heure des montres et des pendules, par Hamet Hamdi TANPINAR, Actes sud, 2007
évoque la période de bouleversement qu’est le passage de l’Empire Ottoman à la République turque, et dénonce les absurdités de la bureaucratie. Cette œuvre date de 1962 mais ne paraît qu’en 2007 en France.

Les années 80, suite au coup d’état, ont été une période difficile pour la littérature et l’expression artistique.Les années 90 ont vu un nouvel essor de l’édition. En France, Timour Muhidine a fondé la collection Lettres Turques chez Actes sud, pour relayer ce mouvement.

La poésie reste très vivante et crée une effervescence créative :

28-001-090723134348[1]

 

Le sarcophage des pleureuses, par Enis BATUR, Fata Morgana, 2000
Suite de dix-huit poèmes très denses, librement inspirés de figures féminines réssuscitées de mosaïques byzantines.

Les romanciers eux ré- exploitent le roman historique en y instillant des préoccupations de l’époque :

9782742728879,0-2000210544[1]

Comme une blessure de sabre, par Ahmet ATLAN,Actes sud, 2000
Au début du XXe siècle, dans une société musulmane encore repliée sur elle-même, la passion érotique transgressive qui lie un couple de jeunes mariés annonce symboliquement les plus vastes bouleversements historiques de l’occidentalisation.

9782070771240,0-2005220308[1]

Neige, par Ohran PAMUK, Gallimard, 2005
Le jeune poète turc Ka quitte son exil allemand pour se rendre à Kars, petite ville provinciale de l’Anatolie. Pour le compte d’un journal d’Istanbul, il accepte d’enquêter sur le cas de jeunes femmes portant le foulard qui se sont suicidées après avoir été soumises à des pressions. Il désire aussi retrouver Ipeck, ancienne camarade de faculté fraîchement divorcée. Prix Médicis Etranger 2005.

9782742788279,0-2009380755[1]

La moustache, par Tashin YUCEL, Actes sud, 2009
Comment une simple moustache sur le visage de Cumali, fils d’un grand propriétaire terrien, va prendre un sens tellement important, que son propriétaire va vivre dans l’ombre de celle-ci. Une fable philosophique sur le pouvoir des apparences…Un livre plein d’humeur et de tendresse sur un attribut masculin avec lequel on ne plaisante pas…

9782020978613,0-2009261709[1]

Les filles d’Allah, par Nedim GURSEL,Seuil, 2009
Récit autobiographique. Le parcours d’un enfant éduqué selon les valeurs de l’islam par ses grands parents et qui a l’âge adulte va développer un regard critique et perdre la foi .L’auteur a été inquiété par les autorités de son pays pour irrespect envers l’islam dans ce livre.

Peu à peu la littérature turque, fortement inspirée des modèles occidentaux, s’émancipe des tabous d’une société et, bien que ces œuvres ne soient lues que par une élite intellectuelle du pays, elle se permet d’aller explorer toutes les facettes de l’individu. Ainsi :

Memet Murat SOMER n’hésite pas à mettre au centre de ses romans policiers un enquêteur à double vie, qui est travesti la nuit :

9782702434109,0-2009380472[1]

Meurtre d’un gigolo, Le Masque, 1999
A Istanbul, Burçak est consultant en informatique et hacker le jour, travesti cultivé et directeur de boîte de nuit à Beyoglu la nuit. Malgré ses déboires amoureux, il reprend ses activités de détective quand il apprend la mort d’un chauffeur de minibus, gigolo de haut vol.

Mungan MURATHAN interroge la société turque sur le tabou lié à l’identité sexuelle :

9782742744701,0-2003221003[1]
Quarante chambres aux trois miroirs, Actes sud, 2003
Le premier récit met en scène Alice Star, ancienne actrice porno, devenue une vedette de la chanson, qui se fait enlever en plein concert par Adam, un extra-terrestre qui l’aime. Dans le deuxième Aliyé, caissière dans une pâtisserie, décide de changer de vie et va consulter un écrivain diseur de bonne aventure. Le dernier retrace le destin du jeune Ali.

9782070775668,0-2005450820[1]

Délivrance, par LIVANELI,Gallimard, 2006

Meryem est une jeune adolescente qui vit en Anatolie. Sa mère est morte en couches et elle est élevée par la famille de son oncle, une sorte de cheikh. Un jour, elle est retrouvée en sang, visiblement victime d’un viol. L’honneur de la famille est souillé et la jeune fille enfermée. La famille souhaite que son cousin Djamal la fasse disparaître pour nettoyer cette faute.

Pour aller plus loin consulter :

  • les biographies de nombreux auteurs sur le site Librairie compagnie
  • Cemoti, n° 26 : Timour MUHIDINE « L’individu inquiet de la littérature turque »

L’émergence des femmes

Elles sont pour la plupart hautement diplômées des universités turques ou occidentales, ont en commun d’avoir vécu dans des pays différents et pour certaines d’avoir connu l’exil, de s’exprimer dans la presse sur les causes qui leur tiennent à coeur, d’avoir une double voire triple culture et surtout de nous proposer des œuvres fortes qui pour la plupart nous donnent à voir leur Turquie, chacune à sa manière.

9782742787586,0-2009380677[1]

Les Oiseaux de bois,par Asli ERDOGAN,Actes sud, 2010
Quatre textes courts écrits entre 1996 et 2006 donnent un regard sur la Turquie contemporaine. Le premier se situe entre Istanbul et la Suisse autour d’une relation amoureuse. Dans Les oiseaux de bois, des femmes s’échappent d’un sanatorium et rencontrent de beaux jeunes hommes. Les deux dernières nouvelles évoquent un séjour en hôpital psychiatrique.

L’auteur a été reçu à la BM (conférence en ligne) en 2009.

9782752903785,0-2009200948[1]

Lait noir, par Elif SHAFAK,Phébus, 2009
La dépression post-partum est abordée de manière onirique et autobiographique par E. Shafak, qui en a fait l’expérience après la naissance de sa fille. Six personnages, djinns ou matriochkas, forment le choeur des voix qui agitent la jeune mère : la cynique Intellectuelle, l’insolente Ambitieuse, la Rationnelle et l’humble Souffle, la Maternelle et la sensuelle Miss Satin Passion.

9782742781126,0-2008370076[1]

La Chute des prières, par Sema KAYGUSUZ,Actes Sud,2009
Face au silence d’un père blessé par la désertion de son épouse, Leylan, femme de tête qui multiplie les isolements, livre un douloureux corps-à-corps à ses propres difficultés d’être et de grandir. Premier roman

genere-miniature[3]

Les épées de glace, par Latife TEKIN,Stock, 1999
Dans la nuit sale de la ville d’Istanbul, fendant la foule de loqueteux, surgit soudain sur la route mouillée, la Volvo de Halihane. L’homme et sa voiture ne font qu’un. Elle est son rempart contre la pauvreté. Outre les filles, ce rêve tourne autour de la conquête du monde, c’est-à-dire de l’argent. Halihane, ses frères et son ami Gogui vont s’associer pour réactiver une entreprise. Peine perdue.

L’auteur s’intéresse particulièrement aux habitants des bidonvilles de la périphérie d’Istanbul et aux populations rurales déplacées en ville (Chère défunte, Stock, 1997).

9782358480116,0-2009201000[1]

Suites byzantines, par Rosie PINHAS-DELPUECH, Éditions Bleu autour,2009.
C’est l’un des rares écrivains turcs de langue française.

Dans les années 1940 à Istanbul, une petite fille est bercée par plusieurs langues dans sa maison. Sa mère parle allemand mais aussi judéo-espagnol avec la grand-mère, et le père s’exprime en français. Mais quand l’agent du recensement passe, il parle en turc, la langue du dehors, tout comme à l’école où elle ira à l’âge de 6 ans.

Pensionnaire d’état, par FURUZAN
Bleu autour (à paraître)
C’est le premier recueil de l’auteure, maintenant intégralement traduit en français. Les personnages sont des marginaux, des déclassés, surtout féminins. Prix Sait Faik de la nouvelle 1971.

9782742742516,0-2003070117[1]

Meurtres d’enfants messagers, par Perihan MAGDEN, Actes sud, 2003
Dans ce roman gothique inclassable, une jeune fille enquête sur la disparition d’enfants messagers, c’est-à-dire des enfants sans mère, des enfants clonés. Comment l’homme a-t-il pu rendre la vie tellement rationnelle que la part d’humain y est désormais réduite ? Telle est la question récurrente de cette histoire aux limites de l’absurde.

9782752602312,0-2006101509[1]

Le livre de ma grand-mère,par Fethiye ÇETIN,éd. De l’Aube, 2006

Quelques années avant la mort de sa grand-mère qui l’a élevée et aimée, la narratrice apprend que celle-ci n’est pas turque, comme elle, mais d’origine arménienne. Un sujet qui correspond à des situations encore courante, car le temps peu à peu délivre la parole.

A lire, sur le site Saison de la Turquie des portraits de femmes. A la rencontre d’Oya Baydar et Pinar Selek : deux paroles de femmes turques.

Reconnaissance européenne de la littérature turque contemporaine :

Quelques articles critiques

La presse européenne a largement relayé ces informations et consacré par la même occasion un grand nombre d’articles dédiés à la littérature turque.

Revue Europe, janv-fév 2010 (Dossier sur les auteurs turcs en seconde partie).
Nouvelle génération depuis les années 90 avec la prise de conscience d’un paysage culturel mondialisé où la Turquie doit avoir sa place.

Attribution du Nobel à Pamuk en 2006
Explosion dans les années 2000, d’un roman ni historique ni sentimental mais d’un nouveau genre tant au niveau de l’écriture que des thèmes plus centrés sur les traumatismes de la vie contemporaine.

La pensée de midi n° 29 Actes Sud, octobre 2009 (p.128-134) : consacre un article très fourni sur la littérature underground et révèle ainsi une grande activité de l’édition alternative. Timour Muhidine » Chats dégueulasses et jeunes batârds : une littérature underground.

Revue Siècle 21, numéro 15, automne-hiver 2009

Revue Action poétique Turc, numéro 199, mars 2010 : consacre un chapitre aux poètes turcs des années 1950-70.

A noter le document réalisé par les médiathèques de Plaine Commune Lire, écouter, voir en langue turque présente un joli panorama de la culture turque.

JPEG - 11.5 ko
Rudy Vega

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *