Destins croisés et Résistance citoyenne

Pierre Vidal-Naquet & Jean-Pierre Vernant

- temps de lecture approximatif de 9 minutes 9 min - Modifié le 04/07/2016 par FGrignoux

En écho à l'exposition du CHRD, nous complétons les quelques éléments bibliographiques développés en 2007, année de la mort de Jean-Pierre Vernant , en mettant l'accent principalement sur l'engagement politique de ces deux personnalités hors pair.

Photographies croisées de JP. Vernant et P. Vidal-Naquet © CHRD
Photographies croisées de JP. Vernant et P. Vidal-Naquet © CHRD

« Tu es pour moi un grand frère. Dans notre amitié, il y avait de la fraternité, comme dans nos engagements et notre vie politique ». Lors d’un entretien publié dans le Monde des livres du 25 août 2006, Jean-Pierre Vernant revient sur cinquante ans de compagnonnage intellectuel avec Pierre Vidal-Naquet, « j’ai rencontré Pierre à la fin des années 1950, à La Closerie des lilas, après une conférence de presse sur l’affaire Audin et la torture en Algérie. J’y étais venu avec Louis Gernet, dont je suivais les séminaires et dont j’étais l’ami. L’ancien doyen de la faculté des lettres d’Alger s’était lui-même engagé. C’était notre première rencontre ; nous avons évoqué l’actualité algérienne et le cas de Maurice Audin – ancien assistant à la faculté des sciences d’Alger, arrêté le 11 juin 1957, déclaré ‘évadé’ et en réalité torturé à mort par les militaires -. D’emblée, Pierre a montré ses qualités d’historien en apportant la preuve que ce que l’on appelait l’évasion d’Audin n’était en fait qu’un mensonge. En même temps qu’on parlait de cela, il m’a dit qu’il s’apprêtait à publier un article sur ‘Temps des dieux, temps des hommes’ et moi je publiais dans la même revue un article sur ‘Le moment historique de la tragédie’. Dès cette première rencontre, une convergence très profonde s’est établie entre nous : essayer de comprendre le monde ancien et ne pas considérer que ce travail sur l’Antiquité nous tenait à l’écart de l’actualité ».

JPEG - 17.1 ko

- Jean-Pierre Vernant (1914-2007) et Pierre Vidal-Naquet (1930-2006) partagent l’amour de la Grèce antique et se singularisent par la force de leur engagement dans les grands combats contemporains

L’amour de la Grèce antique, leur œuvre commune

Mythe et tragédie en Grèce ancienne, par J. P. VERNANT, Pierre VIDAL-NAQUET, la Découverte poche
- Un recueil de sept études qui s’efforce de soumettre les textes antiques à l’analyse structurale, à une recherche de l’intention littéraire et au démontage sociologique. Cette triple approche n’est pas appliquée au mythe lui-même, mais aux tragédies en ce que chacune a de singulier, considérée comme « phénomène indissolublement social, esthétique et psychologique ». Seuil

GIF - 15 ko

La Grèce ancienne : T1 Du mythe à la raison, par J. P. VERNANT, Pierre VIDAL-NAQUET, la Découverte poche
- Comment lire un mythe ? De quelles
procédures de déchiffrement l’interprète moderne dispose-t-il pour restituer au récit légendaire son sens véritable ? Quel rapport la philosophie entretint-elle avec la tradition ? Comment s’est formée la pensée positive en Grèce ancienne ?. La tâche de l’historien, expliquent ici Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet, n’est pas de dresser l’un en face de l’autre le mythe et la raison. Il lui faut explorer, puis confronter, par une analyse précise des textes, le discours théologique des poètes et les écrits postérieurs des philosophes et des historiens…

JPEG - 3.8 ko

La Grèce ancienne T.2 : l’espace et le temps, par J. P. VERNANT, Pierre VIDAL-NAQUET, Seuil
- Il n’était pas écrit dans les astres que nous nous rencontrerions, Jean-Pierre Vernant et moi, et qu’une part de notre oeuvre deviendrait commune. Pour que la rencontre se fasse, il fallait que le philosophe (lui) rompe avec l’idée qu’il existe des catégories abstraites : l’espace, le temps, il fallait que l’historien (moi) recherche les chemins d’une autonomie de l’histoire intellectuelle. Où se situait le terrain de la rencontre ? Très précisément, je crois, au niveau du politique. Il s’agissait pour lui de montrer que la science grecque (l’astronomie par exemple) était, comme la raison grecque dans son ensemble,  » fille de la cité « . Il s’agissait pour moi de prouver que la Grèce n’avait pas été enfermée, comme les sociétés dites primitives décrites par Mircea Eliade, dans l’éternel retour d’un cycle.

Oedipe et ses mythes, par J. P. VERNANT, Pierre VIDAL-NAQUET, Complexe
- Les auteurs ont soumis Oedipe-Roi et Oedipe à Colone à, un double regard : celui du récit mythique qui, comme spectacle représenté, sur la scène au Ve siècle avant notre ère, ne pouvait se concevoir sans chant, danse et musique ; celui du public contemporain qui en lit le texte et pour lequel ils reconstruisent le milieu social et les sentiments individuels auxquels le récit fait référence.  »

GIF - 6.1 ko

La force de leur engagement dans les grands combats contemporains

Pierre Vidal-Naquet la passion pour l’universel

- Ce qu’il y a de plus saisissant avec Pierre Vidal-Naquet, c’est qu’il n’a cessé d’être fidèle aux deux serments, qu’il trouvait d’ailleurs indissociables dans sa passion pour l’universel. Le souvenir de ses parents déportés et assassinés à Auschwitz, bien qu’ils fussent patriotes français et juifs républicains, ne l’a conduit à faire ni de l’antisémitisme une fatalité ni des antisémites des ennemis exclusifs. C’est même le contraire.

Pierre Vidal-Naquet combattit les travaux de plusieurs universitaires lyonnais engagés sur la voie du négationnisme.
En décembre 1978, Robert Faurisson,enseignant à Lyon 2, publie une tribune dans Le Monde où il nie l’existence des chambres à gaz. Une pétition de l’EHESS,lancée notamment à l’initiative de Pierre Vidal-Naquet (Le Monde, 21 février 1979), a
pour effet de mettre un terme à la tentative de Robert Faurisson d’ouvrir un débat prétendument scientifique et médiatique…

Textes sur le négationnisme

Les assassins de la mémoire de Pierre Vidal-Naquet Ed. la Découverte
- Dans ce petit livre formé de cinq essais, P. Vidal-Naquet s’attache à montrer que le courant des historiens  » révisionnistes « , qui nie la réalité des crimes nazis, n’est qu’une scandaleuse entreprise de liquidation de la mémoire collective.  » Nier l’histoire n’est pas la réviser « , affirme-t-il. En historien rigoureux, il prend la peine de démonter l’argumentation de ceux qu’il nomme alors des  » négationnistes « .

L’Affaire Audin de Pierre Vidal-Naquet Ed. de Minuit
- Le 11 juin 1957, Maurice Audin, mathématicien, assistant à la faculté des sciences d’Alger, était arrêté par les parachutistes du 1er RCP. Le 21 juin, selon ses gardiens, il se serait évadé. Nul ne l’a plus revu vivant. Un comité Audin se constitua à Paris et décida de faire une enquête. En mai 1958, Pierre Vidal-Naquet écrivait, dans la première édition de L’affaire Audin, que l’évasion était impossible et que Maurice Audin était mort au cours d’une séance de tortures. Ouverte aussitôt, l’enquête judiciaire, menée d’abord à Alger, fut ensuite transférée à Rennes et se prolongea jusqu’en 1962.

Mémoires. t.1 La brisure et l’attente :1930-1955, par Pierre VIDAL-NAQUET, la Découverte

Mémoires. t.2 Le trouble et la lumière:1955-1998, par Pierre VIDAL-NAQUET, la Découverte
- Ce second tome raconte la vie d’un homme engagé dans ses travaux universitaires et dans l’actualité de son temps et de ses conflits. On verra ainsi défiler quelques épisodes de l’histoire contemporaine, de l’affaire Audin (1957) à l’affaire Faurisson (1980).

JPEG - 5 ko

Le Colonel Vernant-Berthier chef et ami Thierry, Jougla, Lacome, colonel « Berthier » ne sont qu’un seul et même homme :Jean-Pierre Vernant. Seul ce dernier pseudonyme est sauvé de l’oubli, le diplôme
de compagnon de la Libération a en effet été décerné à Vernant-Berthier. Vernant retourne sans regret à son métier de professeur après la guerre, malgré les propositions de l’armée à des postes à responsabilité. Berthier, homme d’action,
sait que la guerre est meurtrière ; il laisse définitivement sa place à l’intellectuel engagé. Diriger n’est pas une finalité pour Vernant : « dans la Résistance, pendant un moment, j’exerce un pouvoir. En septembre 1944, quand je remplace Ravanel, je dois commander à 45.000 hommes (…). J’ai ce
pouvoir mais il ne m’intéresse absolument pas. Je me suis posé ces problèmes du commandement : dans la Résistance, il n’y
a pas de hiérarchie instituée, mais il y a des hommes qui sont des chefs (…). Au fond, je suis un utopiste, je rêve sans doute de créer des groupes unis par l’amitié sur un plan
d’égalité. »

La volonté de comprendre, par Jean Pierre VERNANT, L’Aube
- Jeune antifasciste des années 30, grand résistant du Sud-Ouest, compagnon de la Libération, militant anticolonialiste, philosophe puis helléniste, Jean-Pierre Vernant a consacré sa vie à la mythologie grecque.
Avec son extraordinaire talent de conteur, il retrace ici son parcours tout en montrant « ce que la Grèce nous apprend du monde ».
Et « ce qui nous manque, constate-t-il, ce serait quelqu’un qui ferait un peu ce qu’a fait Marx pour la fin du XIXe siècle -tenter de comprendre les grand traits qui expliquent le mouvement et la crise de notre culture. »
N’est-il pas l’un de ceux qui comblent ce manque ?

La traversée des frontières:entre mythe et politique, par Jean Pierre VERNANT, Seuil
- le livre de Jean-Pierre Vernant regroupe plusieurs textes, pour certains inédits, permettant à l’auteur de réfléchir sur les liens entre, d’une part, ses travaux, le choix et le traitement de ses objets de recherches, et d’autre part, son parcours et ses engagements. Il s’interroge en particulier sur les liens entre sa lecture de l’épopée homérique et son action dans la Résistance. Il établit un « réseau de correspondances » qui auraient orienté sa lecture « savante » et contribué à priviégier dans l’œuvre du poète, la vie brève, l’idéal héroïque, la belle mort. C’est dire les multiples lectures possibles de cet ouvrage au statut complexe qui mixte habilement les différentes étapes de la vie de son auteur. Cet opus est ainsi à la fois une biographie, un essai, un témoignage. Cette autobiographie mêlant des souvenirs d’engagements et de résistances est aussi une réflexion sur l’histoire, le temps, le travail de mémoire, la place et le rôle de l’historien…article de Corinne Delmas

JPEG - 6.7 ko

Jean-Pierre Vernant sur France Culture

JPEG - 13.9 ko

- Sur la Résistance, témoignage de Pierre Benech, extrait de Le bon plaisir de JP Vernant par Renée Elkaïm-Bollinger, 1994.
- Vernant au quartier latin, témoignage de Lucie Aubrac, extrait de le Bon plaisir de JP Vernant, par Renée Elkaïm-Bollinger (1994).
- l’apprentissage du militantisme, extrait de A voix nue, par M. Bydlowski, 1997.
- la résistance et le Parti communiste après guerre, extrait de A voix nue par Michel Bydlowski, 1997.

En conclusion, parcourez le dossier de presse de l’Exposition

Destins croisés Pierre Vidal Naquet Jean pierre Vernant

et surtout, allez-y nombreux !


Il est aussi possible de s’inscrire à la journée d’études, organisée au Centre d’Histoire et de la Résistance, le 26 mai prochain.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *