logo-article

Fir wave

Hannah Peel

Un album de musique électronique aux paysages évocateurs, entre passé révéré et souci écologiste

Encore peu connue en France, si ce n’est pour sa participation au groupe The Magnetic North avec Simon Tong (The Verve, The Good the Bad and the Queen, Gorillaz) et Erland Cooper (Erland and the Carnival) ou sa collaboration avec John Foxx, Hannah Peel est une artiste complète, compositrice, chanteuse, musicienne, arrangeuse, reconnue outre-Manche.

Son dernier album Fir wave a d’ailleurs été nommé au prestigieux Mercury Prize, prix qui récompense le meilleur album indépendant britannique. Son travail en solo se concentre sur des compositions électroniques influencées par la musique classique, l’ambient, le field recording, la library music ou les œuvres des compositrices pionnières des musiques électroniques telles Delia Derbyshire, Daphne Oram ou Bebe Barron.

Fir wave, édité sur son propre label My Own Pleasure, est d’ailleurs une réinterprétation de Electrosonic, un LP de Library Music sortie en 1972 sur KPM records crédité au trio Don Harper / Li De La Russe / Nikki St George. Derrière les deux derniers noms se cachaient en fait Delia Derbyshire et Brian Hodgson membre du BBC Radiophonic Workshop.

A la base de Fir wave, il y a donc ces 19 courts morceaux proto-electro, minimalistes et abstraits que l’irlandaise a samplés les enrichissant d’instruments acoustiques (comme des vents), de voix, de beats et nappes pour produire 7 pistes aux mélodies amples et mouvantes, aux sons luxuriants et au groove imparable.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.