logo-article

Cure the Jones

Mamas Gun

Neo soul classic british

 

 

C’est avec deux visées très précises, qu’Andy Platts semble avoir composé le nouvel album de son groupe Mamas Gun. Puisque c’est sous la double influence de Marvin Gaye et de Bill Withers qu’apparait Cure the Jones. Et si beaucoup font penser à ces deux maitres de la soul seventies américaines : les rythmes, les sons de synthé, les vocaux doublés, les percussions… C’est avant tout un album du XIXeme siècle et non pas une décalque rétro passéiste. Et comme ces maitres seventies, les Mamas Gun possèdent cette facilité à toucher l’âme et à faire monter la joie en même temps que la voix. Une aisance certaine mise au service de morceaux élégants, pulsants et savamment orchestrés.

 

 

Les cinq musiciens qui constituent Mamas Gun ont commencé leur carrière en 2008 avec un nom emprunté à Erykah Badu et sous influence du Yacht rock californien. Puis au fil des cinq albums, Mamas Gun et leur leader Andy Platts ont fait évoluer leur blue eyed soul vers une soul plus classique et plus profonde. Ainsi il n’y a rien à jeter dans ce nouvel album. Tout est savoureux et équilibré. Avec Cure the Jones, les britanniques peuvent de fait postuler au titre de meilleur album retro soul de l’année.

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.