logo-article

Les habits neufs de l’empereur

Compagnie Graine de Malice

Gros coup de coeur pour le spectacle Les habits neufs de l'empereur mis en scène par Marc Owitch dans lequel les personnages sont de drôles de personnages !

“Un conte d’Andersen revisité avec finesse et invention par une savoureuse mise en scène pour Serviteurs et Carafes : un Empereur, plus soucieux de sa garde-robe que des peines de son peuple (un Empereur bling-bling dirions-nous aujourd’hui) est pris au piège d’une farce grotesque.

Parabole sur la vérité où les personnages sont des carafes en verre et en cristal, ce spectacle offre une réflexion joyeuse et caustique sur la vanité que confère le pouvoir et qui parfois empêche de voir la réalité la plus nue. “
(Source)

A la Cour d’un Empereur très préoccupé par son apparence, deux fripons affirment être capable de lui tisser un habit aux propriétés extraordinaires, puisque visible par les seuls purs d’esprit et de cœur. Ils se mettent au travail, et tissent… du vide !
Nul dans le royaume, ne voulant paraître incapable ou borné, n’ose avouer ne rien voir.
Seul un enfant, lors de la présentation par l’Empereur de son nouvel habit, se risquera à révéler la vérité : « Mais l’Empereur est nu ! ».

C’est d’une matière ou d’un matériau précis que naissent les spectacles de la compagnie stéphanoise Graine de malice. Pour « Les habits neufs de l’Empereur », le verre est la matière première. C’est ainsi que tous les personnages du conte sont représentés par des carafes de cristal ou de verre. Ciselées, brutes, classiques ou avec des formes particulières, les carafes sont toutes adaptées à leur fonction de jeu (nobles, tisserands-fripons, gens du peuple, etc.) et sont habillées de sables de couleurs vives. L’Empereur est par exemple une magnifique carafe coiffée d’une couronne/presse-agrumes du plus bel effet.

La mise en scène soignée et minutieuse (avec même un extraordinaire petit métier à tisser fonctionnel), s’appuie sur ce détournement d’objets assez inattendu. Elle est « servie » par Roland Boully et Danielle Pasquier, deux talentueux manipulateurs et comédiens, artisans d’un théâtre d’objet plein d’imagination.

Petit plus de ce spectacle : il peut être joué dans de petits espaces, la dimension de l’espace total de représentation (Scène + Spectateurs) est de 9 m sur 9.

Galerie de photos sur Mascarille

Vues : 0

Tags

Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *