logo-article

Choctaw Ridge

New fables of the American south 1968-1973

Compilation

La compilation explore un moment particulier dans la musique country aux Etats-Unis, la fin des années 1960. Le succès de Bobbie Gentry 'Ode to Billie Joe' en est un des moteurs, et a participé à redessiner les contours d'un genre jusqu'alors associé au son et aux musiciens de Nashville. Et ce nouveau son vient du Sud, par les chemins de terre.

Une génération de songwriters, chanteurs et arrangeurs va alors s’imposer. C’est une country plus sombre dans les textes, aux thématiques terreuses, emplies d’anti héros crasseux à la mélancolie bleue, et plus ambitieuse dans l’orchestration : les arrangements sont luxueux, emplis de cuivres et de cordes. Les genres se télescopent : on est au carrefour de la country, la pop ochestrale, et de la tradition des crooners. L’épicentre de la scène country n’est alors plus uniquement Nashville mais prend un temps le soleil de Los Angeles.

Et qui mieux que Lee Hazlewood pour incarner ce super combo. Son morceau « the house song » ouvre le disque en beauté avec une histoire de divorce, qui illustre parfaitement cette « new country », aux textes proches de ceux du blues qui mettent en scène des gens ordinaires aux vies compliquées, des femmes qui veulent en découdre, des coeurs brisés. On retrouve enfin dans la lumière des arrangeurs de l’ombre comme Jerry Reed (auteur de « Guitar man » pour Elvis Presley) ou John Hartford (auteur de « Gentle on my mind » pour Glenn Campbell) et des stars en devenir comme Kenny Rogers et Dolly Parton.

Un âge d’or qui ne sera qu’une parenthèse, la compilation l’ouvre en 1968 pour la fermer en 1973. Plus tard la country se renfermera à nouveau sur elle-même, perdra un peu de son panache pour redevenir (ou rester) bankable. Mais ces crooners dépressifs presque inconnus au bataillon en auront écrit une très belle page, narrée ici par Tom T Hall, Nat Stuckey, et autres Rob Galbraith ou John Hartford.

 

Plantons le décor avec « Strawberry farms » par Tom T Hall

« My mother is dead / She doesn’t care where I go / My father left a long long time ago »

 

Jerry Reed ère sans but dans « Endless miles of highway » et se noie dans un océan de bitume.

 

Rob Galbraith « Mr. Stanton don’t believe it »

 

Billie Joe Spears quitte son job dans « Mr. Walker it’s all over » (I don’t like the New York secretary’s life)

 

Entre autres pépites à découvrir…

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *