Octobre rose

- temps de lecture approximatif de 4 minutes 4 min - Modifié le 04/07/2016 par Cécile CXR

Un mois pour parler du cancer du sein et de son dépistage. Pour la 10ème année consécutive, octobre est le mois de mobilisation nationale contre le cancer du sein.

© DR
© DR

L’occasion de lutter contre les idées reçues sur cette maladie.
L’occasion également de rappeler que cette maladie demeure, malgré les progrès thérapeutiques, un enjeu de santé publique majeur : 1 femme sur 8 sera concernée par un cancer du sein au cours de sa vie.
Le cancer du sein est le 1er cancer en nombre de cas et la 1ère cause de décès par cancer chez les femmes en France. Pourtant, dépisté à temps, le cancer du sein peut-être guéri dans plus de 90% des cas et être soigné par des traitements moins agressifs, moins mutilants ou entraînant moins de séquelles.

Cette année, la campagne apportera également un éclairage spécifique sur les femmes plus à risque avant 50 ans. Mais comme chaque année, ressurgira l’éternel débat entre les tenants du dépistage organisé et ses opposants.

JPEG - 99.1 ko

En faveur du dépistage organisé

  • Dans le Rhône, l’Adémas 69 est chargée par l’Etat, l’Assurance Maladie et le Département du Rhône de mettre en œuvre, le programme national de dépistage organisé du cancer du sein et du cancer colorectal. Pour ce faire, l’Adémas69 invite les femmes de 50 à 74 ans à réaliser une mammographie, sans avance de frais, tous les deux ans. Cette mammographie est systématiquement relue par un second radiologue si aucune anomalie n’a été détectée lors de la première lecture. En octobre 2014, ce sont plus de 30 actions mises en œuvre par l’Ademas69 pour apporter l’information la plus juste et la plus claire aux femmes et aux acteurs de santé du Rhône.
  • De nombreuses associations :La ligue contre le cancer, Europa donna et les structures de soins. On pense à Lyon aux Hospices civils et au Centre Léon Bérard
JPEG - 45 ko

Des réserves sur ce dépistage

  • Nous ne citerons là que l’ouvrage No mammo publié en 2011 par Rachel Campergue. A sa sortie, le livre avait suscité de nombreuses polémiques.
  • Ou les réserves qu’exprime le médecin blogueur Luc Périno dans son « Humeur médicale » du 15 octobre 2013 : « Le sein entre deux feux »

Les bénéfices en vies sauvées dépasseront-ils les dangers du sur-diagnostic ?
Oui, semblent répondre les auteurs d’une étude sur le sujet publiée en 2012 dans le Journal of medical screnning et présentée sur le site d’APM International.

Lectures complémentaires :

Pour conclure, nous laisserions volontiers le mot de la fin à Catherine Cerisey qui, le 29 septembre 2014, écrivait sur son blog « Après mon cancer du sein » : « J’aimerais juste que l’on polémique moins sur les vertus du dépistage et qu’on parle plus des malades qui, je le rappelle souvent, ne souffrent pas qu’au mois d’octobre ! »

Un dernier petit conseil de lecture : une BD à l’humour grinçant et décapant.

JPEG - 38.9 ko

Victime d’un cancer du sein à l’âge de 43 ans, une illustratrice new-yorkaise décrit son quotidien avec la maladie et son combat pour la vie. Cela donne Cancer in the City, dont la version française est publiée par l’Iconoclaste en 2007.

Tags

:

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *