Zoom sur les hépatites virales : comprendre, prévenir, traiter

- temps de lecture approximatif de 5 minutes 5 min - Modifié le 21/06/2017 par Cécile CXR

Une étude récente publiée dans The Lancet montre que dans le monde, les hépatites virales tuent plus que le sida et la tuberculose. L’occasion de vous proposer dans ce dossier quelques clés pour comprendre ce que sont les hépatites et comment s’en prémunir.

couple-postcard
couple-postcard

Définitions

Une hépatite virale est une inflammation du foie  provoquée par un virus entraînant une destruction plus ou moins importante des hépatocytes, les principales cellules du foie.

 

S’il s’agit d’un premier contact avec le virus et si cette inflammation est récente (moins de 6 mois), on parle d’hépatite aiguë. Elle peut passer souvent inaperçue. D’autres fois elle provoque certains symptômes durant plusieurs semaines : jaunissement de la peau et des yeux, urines foncées, fatigue extrême, nausées, vomissements et douleurs abdominales. Elle guérit souvent en quelques semaines. Dans de rares cas, elle peut évoluer vers une forme grave, dite fulminante, mortelle en l’absence de transplantation. Elle peut également évoluer vers une maladie chronique.

 

Si l’inflammation persiste plus de six mois, on parle d’hépatite chronique. Celle-ci s’accompagne parfois de fatigue. Cependant, chez certains patients, l’hépatite chronique ne laisse apparaître aucun symptôme spécifique et peut donc passer inaperçue. Dans 75 % des cas, elle est la conséquence d’une hépatite B ou C.

 

Le saviez-vous ?

– Si les mots médicaux associés au foie commencent souvent par « hépato » ou « hépatique » c’est qu’en grec, le foie se dit « hepar ».

Source : SOS Hépatites.org :  Le foie et les hépatites

 

 

Quelles complications pour des hépatites mal soignées ?

  • L’hépatite chronique est la complication la plus fréquente,
  • La Cirrhose: correspond à une production excessive de « cicatrices » dans le foie, formées à la suite d’agressions répétées qui entravent la libre circulation du sang dans l’organe. De 20 % à 25 % des hépatites chroniques évoluent vers la cirrhose si le traitement n’agit pas pleinement ou s’il n’est pas bien suivi.
  • Cancer du foie. Il s’agit de la complication ultime d’une cirrhose. Les hépatites B et C, ainsi que l’hépatite toxique causée par une consommation excessive d’alcool sont les plus susceptibles d’évoluer vers un cancer. Un cancer du foie peut résulter de tout autre chose que d’une hépatite.
  • Hépatite fulminante. Très rare, l’hépatite fulminante se caractérise par une insuffisance majeure du foie, qui ne peut plus remplir ses fonctions. Une destruction massive des tissus du foie se produit et une transplantation d’organe est nécessaire. Elle survient surtout chez des personnes atteintes d’hépatite B ou d’hépatite toxique. Pour environ 1 personne sur 4, elle est mortelle à brève échéance.

Source : Passeport santé : Hépatites

6 types de virus responsables, de gravité variable

Les hépatites virales, de loin les plus fréquentes à travers le monde,  sont dues à l’un des six virus connus  pour provoquer une hépatite : virus de l’hépatite A, B, C, D, E et G.

 

L’existence d’un virus de l’hépatite F soupçonnée un temps a été depuis infirmée. Le virus de l’hépatite G se transmet par voie sanguine et n’entraîne que peu de symptômes. Les hépatites B et C représentent les enjeux les plus importants en termes de santé publique, en raison du nombre de cas et de leur gravité

 

Hépatites A et E

Les virus de l’hépatite A (VHA) et de l’hépatite E (VHE) se transmettent en cas de conditions d’hygiène précaires, via l’eau ou des aliments contaminés ; on les retrouve dans les selles de personnes infectées. Les deux virus provoquent une hépatite aiguë qui disparaît après quelques semaines d’évolution.

La maladie est immunisante : lorsqu’on a eu une fois l’hépatite A, on ne peut pas la contracter à nouveau. La maladie associée au VHE est souvent plus discrète que celle associée au VHA.

 

Comment prévenir la survenue de l’hépatite A ?

  • par des gestes simples d’hygiène : se laver souvent les mains à l’eau et au savon, désinfecter les toilettes, et les surfaces fréquemment touchées, nettoyer les ustensiles de cuisines et plans de travail, peler les fruits et légumes.
  • par la vaccination : elle est recommandée chez certains enfants et adolescents, chez certains adultes et pour les touristes voyageant dans les pays à risques.

 

Le viruse de l'hépatite B est 100 fois plus infectieux que celui du VIHHépatites B et D

100 fois plus infectieux que le virus du VIH, le virus de l’hépatite B  est potentiellement grave en raison du passage à la chronicité dans 2 à 10% des cas avec risque d’évolution vers la fibrose hépatique, voire la cirrhose.

Cette maladie se transmet facilement par voie sexuelle et par le sang. Elle peut être prévenue par la vaccination.

 

L’hépatite D est due à un co-virus du VHB qui ne touche que les personnes déjà contaminées par ce dernier. Les deux virus utilisent les mêmes voies de transmission. Se protéger du VHB permet de se protéger du VHD.

 

Comment prévenir la survenue de l’hépatite B ?

La vaccination reste la principale mesure de prévention  contre la maladie. Dans la mesure où le virus de l’hépatite B se transmet par voie sanguine et sexuelle, la prévention passe également par :

  • l’utilisation de préservatifs lors des relations sexuelles ;
  • l’utilisation d’objets d’hygiène personnels (brosse à dents, rasoirs, coupe-ongles, etc.) ;
  • l’absence de partage du matériel d’injection (seringue, aiguille, coton, cuillère, etc.) ;
  • la réalisation d’un tatouage ou d’un piercing avec du matériel à usage unique ou stérile.

 

Lorsqu’un certain nombre de critères médicaux sont réunis, l’hépatite B chronique est traitée  par des médicaments à visée antivirale. Une surveillance médicale est indispensable pour évaluer l’efficacité du traitement.

Il n'existe pas de vaccin contre l'hépatite C mais il existe un traitementHépatite C

 

Le  virus de l’hépatite C se transmet principalement par voie sanguine, elle devient chronique dans 65% des cas environ, pouvant évoluer vers des formes graves de fibroses ou cirrhoses. On estime qu’en France seules 60% des personnes atteintes d’hépatite C seraient diagnostiquées.

 

Il n’existe pas de vaccin pour prévenir l’hépatite C. Les mesures de prévention  passent par la désinfection, l’utilisation de matériel à usage unique, la recherche du virus chez les donneurs de sang ou d’organes….

 

Lorsqu’un certain nombre de critères médicaux sont réunis, l’hépatite C chronique est traitée par des antiviraux à action directe en association éventuelle avec de l’interféron et de la ribavirine. Une surveillance médicale est indispensable pour évaluer l’efficacité du traitement.

 

Dans le monde 350 millions de personnes ont une hépatite chronique B ou C mais moins de 5% des personnes infectées par le virus de l’hépatite connaissent leur état d’où l’importance de la journée mondiale d’information sur les hépatites.

 

Sites ressources pour aller plus loin :

 

 

Tags

:

Partager cet article

Poster un commentaire

One thought on “Zoom sur les hépatites virales : comprendre, prévenir, traiter”

  1. Ping : Hépatite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *