A redécouvrir

Johann SCHELLE : Sacred music (2001)

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - Modifié le 01/07/2016 par Civodul

L'éditeur anglais Hypérion a constitué une excellente collection mettant en valeur la production sacrée de musiciens allemands contemporains de Bach (Bach's contemporaries). Le volume 3 est consacré à Johann Schelle (1648-1701).

 

Ce dernier est plus exactement un des prédécesseurs de Bach. Comme l’illustre cantor il fut en charge de la musique à l’église Saint-Thomas de Leipzig. Exécutées les dimanches à Saint-Thomas et Saint-Nicolas , les deux principales églises de la ville, les cantates de Schelle jouirent d’une grande popularité dans les deux dernières décennies du XVIIè siècle.

Ce succès populaire – et durable – est probablement dû à son éloignement de la stricte polyphonie de ses prédécesseurs ; Schelle s’attache en effet à conserver des structures simples et aisément perceptibles, même dans des compositions à plusieurs parties de grande envergure. Ces thèmes musicaux simples, ce sens mélodique infaillible rendent ces cantates immédiatement touchantes.

Il faut dire que cette belle et noble musique est ici servie par la Rolls de l’ensemble vocal : Robert King a réuni en son King’s Consort, aux côtés d’un magnifique ensemble instrumental, une équipe vocale de haut vol. Tous admirables solistes (Carolyn Sampson, James Bowman, Robin Blaze, James Gilchrist, Peter Harvey, entre autres), les chanteurs savent pour l’occasion fondre leurs talents vocaux et, merveille, comme oubliant leur brio individuel, chanter et exulter non plus côte à côte mais réellement ensemble. Un enregistrement à proprement parler « enchanteur ».

Ecouter  les splendides thème et variations  de  Christus, der ist mein Leben

Voir au catalogue

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *