A redécouvrir

ESTHER LAMANDIER "Psaumes de David en hébreu biblique " (1991)

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - Modifié le 01/07/2016 par Civodul

Le livre des Psaumes, aussi appelé Psautier, est un livre de la Bible. Il est le premier de la section des Ketouvim, troisième et dernière partie de la Bible hébraïque. La soprano Esther Lamandier, d'origine juive roumaine askénaze, en propose une version fondée sur le décryptage de la musicologue et compositrice Suzanne Haïk-Vantoura, qui déchiffra ces hiéroglypes musicaux à partir de la Biblie hébraïque.

 Dans l’Ancien Testament des chrétiens, la place des Psaumes a été variable. Ils tiennent une place importante dans le culte juif (plusieurs servent d’introduction à un moment de la prière et font également partie intégrante du rituel funéraire). Les chrétiens considèrent le Psautier comme un condensé de toute l’Écriture : au fil des psaumes, on voit évoquer l’histoire du salut : la création, l’histoire d’Israël, la vie du Christ. Jusqu’à la réforme de Vatican II, les Psaumes, récités comme tels, constituaient l’essentiel de la liturgie des Heures (ou bréviaire dans le langage populaire). Le calvinisme s’est limité au chant à l’unisson des Psaumes dans les langues nationales (cf. en français le Psautier de Genève). Ces textes sont également utilisés par les Églises orientales et même cités dans le Coran et l’Islam (le Livre des Psaumes y est appelé « Zabur »).

Dans l’histoire religieuse chrétienne de nombreux psaumes, parfois très connus, et désignés par leur incipit ont été mis en musique et ont inspiré les compositeurs de toutes époques (Beatus vir : psaume 1, Miserere : psaume 50, Dixit Dominus : psaume 109, Nisi Dominus : Psaume 126, … avec une mention spéciale pour le groupe Boney M et sa reprise décalée du psaume 137, Super flumina babylonis, dans son tube « by the rivers of Babyon ».

Les textes des Psaumes furent pour la plupart écrits par David lui même, selon la tradition, bien que les spécialistes s’accordent aujourd’hui pour dire que ces attributions sont relativement tardives et les exégètes estiment à présent que le livre est en fait une composition collective et anonyme. Variés dans leur forme les Psaumes se divisent en hymnes, complaintes individuelles ou collectives, chants de foi et de louange, psaumes sapientiaux (maximes et sentences). Les mélodies ont été crées il y a près de trois mille ans et notées dans les versets de la Bible elle même, dès l’origine, à l’aide de signes ancestraux énigmatiques scrupuleusement reproduits.

L’interprétation d’Esther Lamandier est vibrante et émouvante. Cette musique d’oration et d’adoration s’encombre peu de « beau son » (timbre grêle et accompagnement minimaliste, réduit à quelques notes de harpe). Ces mélopées aux orientalismes étrangement archaïques fascinent quel que soit le regard que l’on porte sur leur message religieux. On peut cependant regretter un livret bien chiche : pas de traduction des textes (il est vrai aisément accessibles par ailleurs) ; pas d’argumentation quant au choix des textes retenus.

Voir au catalogue

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *