CONDENSE : Genuflex (1995)

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - Modifié le 05/12/2018 par GLITCH

18 ans, l'âge de la majorité artistique… et le temps de se rendre compte que cet album n'a pas pris une ride...

Lyon, au début/milieu des années 90 voit naître une scène noise / hardcore dont la postérité a retenu les noms de Deity Guns ou Bästard (ceux-ci étant nés de ceux-là) … et Condense. Bien sûr ils ne sont pas les seuls en France : les Thugs, Sloy, ou Portobello Bones creusent à peu près au même moment mais avec des nuances de rudesse ce sillon noir électrique qui insuffle lyrisme et et névrose au punk.

Premier (et avant-dernier) album de Condense, paru en 1995 après un EP, Genuflex fait plier les oreilles avec classe et détermination.

Musique à la fois directe et torturée, au groove complexe en forme d’uppercut, servie dans une production parfaite, sans hormones de synthèse et équilibrée, à l’épreuve du temps. La voix, impressionnante, maîtrise le registre hardcore à merveille, il y a du Jesus Lizard, ou du Fugazi, ni plus ni moins dans cet art de la convulsion carrée, du dépotage calculé, du sombre agité, de la mélodie concassée, du riff qui crucifie.

Ecouter cet album près de 20 ans après sa sortie c’est assister à un hommage du temps : si les oreilles énervées ont eu 2 ou 3 décennies pour se faire à ce style, rien d’éventé ni de fatigué dans Genuflex… Dans ta face comme au premier jour !

Et tant qu’à parler lyonnais, on parierait que les mémorables Doppler, gônes noise / hardcore de la décennie 2000 ont écouté et réécouté ce petit bijou…

Voir dans le catalogue

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *